1540-1646 - Adveus de Lesergué extraicts de l'inventaire de Kempercorantin - GrandTerrier

1540-1646 - Adveus de Lesergué extraicts de l'inventaire de Kempercorantin

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Documents    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Ces six aveux sont extraits d'un registre d'actes de propriétés nobles du 16e et début 17e siècle, résumés et retranscrits au 18e siècle par un archiviste.

Le manoir de Lezergué est cité dans chaque aveu, ainsi que son moulin, colombier, et dépendances, et plus tardivement les patibulaires [1] à deux piliers de la montagne de Lestonan, la chapelle et la rabine [2].

Autres lectures : « 1454-1646 - Tous les adveus d'Ergue-Caberyc dans l'inventaire ADF-A85 de Kempercorantin » ¤ « 1736-1740 - Défense des droits de fief, de justices et de prééminences pour Lezergué » ¤ « 1540 - Adveu de Penanrun extraict de l'inventaire de Kempercorentin » ¤ « Archives de Lezergué » ¤ « Présentation et historique du manoir de Lezergué » ¤ « Histoire de Lezergué et de ses occupants » ¤ « Guy Autret et l'église d'Ergué-Gabéric, défense de ses prééminences » ¤ « Le tombeau enfeu noble des Kerfors à l'église St-Guinal » ¤ « 1634-1639 - Acte prônal, lettres patentes du Roi, registre du Parlement et prééminences » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Les trois premiers actes de 1540 à 1618 peuvent se résumer par cette formule : « prochement noblemement » ; « foy et hommage [3] et rachapt [4] est deub au roy au jour de la chandeleur. Droits de la Terre : colombier, moulin. »

Le domaine de Lesergué détenu par les Coatanezre, puis par les Autret, est centré sur son manoir et ses dépendances, sa rabine [2], ses bois (dont l'un désigné sous le nom « bois de quattanezre autement Coat Aultret »), son colombier et son moulin.

Les «  Collombier et fuye [5] à pigeons », bâtis non loin du manoir, constituent un droit réservé aux nobles, interdits aux roturiers et au clergé, qui apportait un revenu non négligeable à son propriétaire qui bénéficie ainsi de la chair tendre, de la fumure de fiente et des œufs produits par ses quelques centaines de pigeons (comptés par le nombre de trous ou « boulins » du colombier).

Par contre le moulin de Lesergué est par contre éloigné du manoir, car situé à Pont ar Marc'hat sur un affluent proche du Jet. Le revenu du moulin pour le propriétaire noble est sensiblement augmenté par les « droits de moute » obligatoires que doivent payer les fermiers du domaine quand ils amènent leurs céréales à moudre au moulin.

Le domaine de Lesergué relève de la juridiction du roi, contrairement à certaines autres propriétés gabéricoises dépendant de l'Evêché de Quimper. Ce qui veut que le seigneur propriétaire doit « foy et hommage » [3] et paiement de rente annuelle à la Chandeleur à son seigneur supérieur royal. Et à chaque décès d'un sieur ou dame Coatanezre ou Autret, la succession doit être déclarée avec paiement du « droit de rachapt » [4].

Mais le domaine de Lesergué ne se limite pas à son manoir et de ses dépendances proches. Les aveux donnent la liste de tous les autres manoirs et villages qui ont été acquis et rattachés au domaine principal. Et pour la plupart de ces villages ou « convenants  » [6] les détenteurs doivent payer annuellement une « chef-rente » [7] de quelques deniers au seigneur de Lezergué. Et bien sûr si un couvenancier ou domanier venait à mourir, son héritier devait généralement payer un droit de « rachapt » [4].

Parmi les manoirs secondaires rattachés à Lesergué on note ceux de Quillihuec (orthographié Quillihuezec), Kergonnarz, Knechcongar, Gongalic ou Goffgallic, Botsuzic, Kerstrat, Kerencamus. Les lieux-dits de trois d'entre eux ont complètement disparus aujourd'hui Knechcongar (ou Creacgongar), Botsuzic, et le mystérieux manoir de Kerstrat, tous voisins et situés côté ouest de la commune.

 

Quant aux villages dispersés, ils sont également nombreux et leurs terres chaudes [8] (cultivées) et froides [9] (pauvres) sont mesurées en journaux [10]. Un certain nombre de communs de villages, terres vaines et vagues, sont derrière le terme de « frostages » [11].

Les prééminences ecclésiales de Lesergué, c'est-à-dire les tombes au sol, les bancs d'églises, les « tombe prohibitive » (à usage exclusif) et « élevée » (c'est-à-dire surélevée et creusée dans un mur d'église), et les « droits à enfeu » [12] de Lesergué sont mentionnés dans les derniers actes présentés par Guy Autret et concernent quatre églises et chapelles à Quimper (église des Cordeliers et ancienne chapelle N.-D. de Paradis) et à Ergué-Gabéric (chapelle de St-Guénolé et église paroissiale). L'enfeu [12] « prohibitif au coeur de l'église paroissiale d'Ergué-Gabéric », hérité du domaine aujourd'hui disparu de Creac'hcongar (près de Pennervan) annexé à Lesergué, est bien mis en valeur : « tombe prohibitive au coeur de l'église dudit Ergue Gaberic du costé de l'évangile, armoirie des armes de sa dite seigneurie ».

Les aveux de 1634 et de 1646 présentés par Guy Autret revendiquent également des « droits de haute, basse et moyenne justice ». Et pour ce faire il est question de fourches patibulaires que le seigneur de Lesergué pouvait dresser à Lestonan, lieu proche du manoir, pour y exposer les condamnés à la pendaison : « Preste ladite terre d'Ergué droit de haute basse et moyenne justice sur ses fonds et faisant au droit d'ériger des patibulaires à deux piliers en la montaigne de Lestonnan et faire acte de juridiction ».

[modifier] 2 Transcriptions

Les textes transcrits ci-dessous contiennent des paragraphes ( § ) non déployés. Vous pouvez les afficher en un seul clic : § Tout montrer/cacher

Intercalaire

Le manoir et le fond. Kempercorentin. Le manoir de Lesergué, le manoir de de Quilhuec, le manoir de Kerstrat
Villages de Porcloguen
Village de Lestonnan
Village de Kervengalic
Tenüe de Kergonoren

Folio 477

Paroisse de Ergue Caberyc. Cotte : bmxxxbm. Année : 1540

Nom du Présentateur : Présanté par Allain Pennijeguin curateur de noble Charles de Coettanezre

Nom de la Terre Proche fief.

Et Premier

Le manoir yssues [13] et appartenances de Lesergué ° Ses maisons, cours, estables [14], colombier, moulin, courtils [15], pourpris [16], jardins, rues mautrayers, et bois de hautes fustées que taillis, contenant soubz maison, cours, pourpris [16] couchés jardins environ un journal [10], soubz bois de hautes fustees un autre journal [10], en terres chaudes [8] environ _________, en terres froides [9] environ _________, et soubz prés fauchables environ huit journeaux [10].

§ Item le lieu estages ... au village de Kerouzart ...

§ Item le lieu estage et tenemen d'héritage au village de Syulnem ...

Charge de la Terre. : Prochement noblement foy homage [3] et obeyssance et debvoir de rachapt [4]

Droits de la Terre. : Le moulin du manoir de Lesergue.

Folio 478

Paroisse de Ergué Gaberic. Cotte : 311. Année : 1551

Nom du Présentateur : Marie de Quoattenezre ve... et Jan Aultret

Nom de la Terre Proche fief.

Le manoir de Lesergué, avec ses maisons, jardin, courtil [15] et colombier, bois de haute fustaye et taillis ... manoir avec ses app... ses terres chaudes [8] ... journaux [10] ... soubz prés 10 journaux [10].

Le lieu et manoir de Kergonnarz contenant huit journaux [10].

Un parc nommé Goarem contenant 4 journaux [10].

Le village et tenüe de Goazangallic contenant 20 journaux [10].

Un estage [14] situé au village de Quillihuezec contenant 12 journaux [10].

Sur lequel étage [14] ... de chefrente au terme de la chandeleur deux deniers monnoie.

§ Autre étage avec ses appartenances ...

Charge de la Terre. Droits de la Terre : à rachapt [4]

Folio 479

Paroisse de Ergue Caberic. Cotte : 15. Année : 1618

Nom du Présentateur : Yves Autret

Nom de la Terre Proche fief.

Declare ledit advouant tenir le manoir et lieu noble de Lesergue contenant en maisons, bois, apartenances et dependances, coulombier 25 journaux [10] de terre et soubz prés 15 journaux [10] de fautoze.

Une tenue et convenant [6] au village de Kergonnes.

Le lieu et manoir de Quilhuec avec deux tenues et convenant [6].

Le village de Guengalic.

Le manoir de Kerstrat.

Le village de Parcloguen.

Une prée nommée Fouennec Hergué

Le village de Lestonnan

Et cheffrentes [7] sur un bois taillis nommé Bois Couatnezre 12 livres de chefrente [7]

Charge de la Terre. : foy et hommage [3] et rachapt [4] est deub au roy au jour de la chandeleur.

Droits de la Terre. : Colombier, moulin.

 

Folio 480

Paroisse de Ergue Gaberyc. Cotte : 496. Année : 1634

Nom du Présentateur : M. Guy Aultret

Nom de la Terre Proche fief.

De moulin ... la ligence, foy et obéissance, rachapts [4] ... le tout devoirs seigneuriaux. { Suitte de l'aveu du folio 481

Kerveguen

Une tenue audit village contenant vingt cinq journaux tant chaudes que froides.

Posterie

La posterie dudit Ergué.

Charge de la Terre. Droits de la Terre

Comme aussy audit Aultret à cause d'icelle terre une tombe élevée et un bancq et une vitre a ... pronneaux [19] en l'eglise St francois en la ville close de Kempercorantin et une vitre en l'esglise de nostre-dame du Paradis proche St Mathieu et ... fauxbourg cy ... ville de Kermpercorantin et ses armes escussons aux fenestre de la salle où se tient les audiances du siège présidial de Kempercorantin

Preste ladite terre d'Ergué droit de haute basse et moyenne justice sur ses fonds et faisant au droit d'ériger des patibulaires à deux piliers en la montaigne de Lestonnan et faire acte de juridiction.

Folio 481

Paroisse de Ergue Caberic. Cotte : 196. Année : 1634

Nom du Présentateur : Messire Guy Aultret sieur de Lesergué

Nom de la Terre Proche fief.

Le manoir et maison noble de Lesergue ses batimens, cours, jardins, vergers, chapelle, bois de haulte fustaye, rabines, taillis .., garennes frostaiges [11], pourpris [16], ... en la dite paroisse contenant en tout soubz fond quarante journaux [10].

La mettairie noble dudit lieu de Lesergué contenant vingt neuf journaux [10] de terres chaudes [8] et dix journaux [10] de terres froides [9].

Autre mettairie noble nommée la mettairie de Kergarradec contenant en terres chaudes [8] et froides [9] 27 journaux [10].

§ Quillihuec. Le manoir de Quillihuec ...

Charge de la Terre. : rachapt [4]

Droits de la Terre. : Le colombier et fuye d'icelle terre avec ... le moulin à eau dudit lieu

§ A cause de laquelle ... seigneurie de Lesergué ...

Folio 482

Paroisse de Ergue Gaberyc. Cotte : 43. Année : 1646

Nom du Présentateur : Messire Guy Autret de Lesergué

Nom de la Terre Proche fief.

Le lieu manoir et maison noble de Lesergué contenant 40 journals [10].

La métairie noble dudit lieu contenant 49 journals [10]

Le manoir et métairie noble de Guillihuec contenant un journal [10] oultre la part des communaux.

Un manoir et convenant [6] audit Guillihuec contenant 30 journals [10].

Autre manoir audit lieu contenant 3 journals [10].

Deux parcs nommés Rupin proche de Lestonan contenant 46 journals [10].

Autre tenue et manoir audit lieu contenant 41 journals [10].

Plus une tenue audit lieu contenant 35 journals [10].

§ Autre tenue audit lieu contenant 30 journaux ...

Charge de la Terre. : foy hommage [3] et rachapt [4]

Droits de la Terre. : Collombier et fuye à pigeons, haute basse et moienne justice, justice patibulaire en la montagne de Lestonan } suitte des droits (au) verso

§ Une tenue au village Lesgouenech ...

§ Droits de la terre - verso ...


[modifier] 3 Originaux

Lieu de conservation :

  • Archives Départementales du Finistère.
  • Cote A 85, Folios 477 à 482.
 

Usage, droit d'image :

  • Accès privé et restreint aux abonnés inscrits.
  • Utilisation obligatoire d'un compte GrandTerrier autorisé et mot de passe valide.

[modifier] 4 Annotations

Certaines références peuvent être cachées ci-dessus dans des paragraphes ( § ) non déployés. Cliquer pour les afficher : § Tout montrer/cacher

  1. Fourches patibulaires, s.f.pl : colonnes de pierre dotées d'une traverse de bois où les condamnés à la mort sont pendus et exposés à la vue des passants. Elles ne servent donc qu'aux supplices capitaux, dont les exécutions ne se faisaient autrefois que hors les villes. Seul le seigneur Haut Justicier a le droit d'avoir des fourches patibulaires (ou gibets), puisqu'il a le droit de condamner un criminel à mort. À l'égard du nombre des piliers des fourches patibulaires, il y en a à 2, à 3, à 4 ou à 6, selon le titre et la qualité des fiefs qui ont droit d'en avoir. Les simples seigneurs Hauts Justiciers n'ont ordinairement le droit d'avoir que des fourches patibulaires à 2 piliers, s'ils ne sont fondés en titre ou possession immémoriale. Les fourches à 3 piliers n'appartiennent de droit qu'aux seigneurs châtelains; celles à 4 piliers n'appartiennent qu'aux barons ou vicomtes ; celles à 6 piliers n'appartiennent qu'aux Comtes. Source : "La justice seigneuriale et les droits seigneuriaux" de Claude-Joseph de Ferrière. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  2. Rabine, s.f. : allée de grands arbres plantés sur l'avenue d'une maison de noblesse et de quelque monastère ; source : Dom Pelletier. Ce mot existe en breton avec la même prononciation ; source : dictionnaire gallo de cc-duguesclin. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 2,0 2,1]
  3. Foi et hommage, s.f. et s.m. : le vassal devait la foi et l'hommage, lorsqu'il entrait en possession de la terre, et lorsque le seigneur le demandait. La foi traduisait un lien personnel ; l'hommage, une reconnaissance du fief (Dict. de l'Ancien Régime). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4]
  4. Rachapt, rachètement, s.m. : en terme de coutume droit du au seigneur à chaque mutation du fief (dictionnaire Godefroy 1880). Droit du au seigneur par un nouveau tenancier après une succession qui est appelé également relief ou rachat des rentes. La somme à laquelle est estimé le revenu d'une année du fief qui doit le droit de relief (Dict. de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 4,00 4,01 4,02 4,03 4,04 4,05 4,06 4,07 4,08 4,09 4,10]
  5. Fuie, s.f. : petite volière en bois où l'on abrite des pigeons domestiques et qui est généralement dressée sur un pilier et fermée par un volet. Source : dictionnaire TLFi. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  6. Convenant, s.m. : qualifie un bail dans lequel le preneur acquiert la propriété des bâtiments qu'il a construits et des plantations qu'il a faites. Synonyme de bail à domaine congéable. Convenancier (ère), adj. : qui est relatif au bail à convenant ou congéable. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 6,0 6,1 6,2 6,3 6,4 6,5 6,6 6,7 6,8]
  7. Chefrente, s.f. : rente perpétuelle payable en argent ou en nature au seigneur suzerain par le détenteur d'un héritage noble. La chefrente était en principe immuable (Yeurch, histoire-bretonne). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 7,0 7,1 7,2 7,3 7,4 7,5 7,6 7,7]
  8. Terres chaudes, s.f.pl. : terres cultivables, par opposition aux terres froides ; exploitées en rotation triennale, soit blé noir, seigle, avoine [¤source : Jean Le Tallec 1994]. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 8,00 8,01 8,02 8,03 8,04 8,05 8,06 8,07 8,08 8,09 8,10 8,11 8,12 8,13 8,14 8,15 8,16 8,17 8,18 8,19 8,20 8,21 8,22]
  9. Terres froides, s.f.pl. : terres pauvres mises en culture de loin en loin parfois après un brulis, par opposition aux terres chaudes; les terres froides prennent le reste du temps la forme de landes qui servent de pâturage d'appoint, et fournissent divers végétaux utiles : bruyères et fougères pour la litière, ajoncs pour la nourriture des chevaux, genets pour la couverture de la toiture (Jean Le Tallec 1994). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 9,00 9,01 9,02 9,03 9,04 9,05 9,06 9,07 9,08 9,09 9,10 9,11 9,12 9,13 9,14 9,15 9,16 9,17 9,18]
  10. Journal, s.m. : ancienne mesure de superficie de terre, en usage encore dans certains départements et représentant ce qu'un attelage peut labourer dans une journée [¤source : Dictionnaire de l'Académie]. Le journal est la principale unité de mesure utilisée pour calculer les surfaces dans les inventaires. Dans la région quimpéroise un journal vaut 48,624 ares, à savoir 80 cordes. Dans les documents on trouve les expressions « journée à homme bêcheur » ou « journée à faucheur », cette dernière valeur étant équivalente à 2 journaux de laboureur, soit presque un are. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 10,00 10,01 10,02 10,03 10,04 10,05 10,06 10,07 10,08 10,09 10,10 10,11 10,12 10,13 10,14 10,15 10,16 10,17 10,18 10,19 10,20 10,21 10,22 10,23 10,24 10,25 10,26 10,27 10,28 10,29 10,30 10,31 10,32 10,33 10,34 10,35 10,36 10,37 10,38 10,39 10,40 10,41 10,42 10,43 10,44 10,45 10,46 10,47 10,48 10,49 10,50 10,51 10,52 10,53 10,54 10,55 10,56 10,57 10,58 10,59 10,60 10,61 10,62 10,63 10,64 10,65 10,66 10,67 10,68 10,69 10,70 10,71 10,72 10,73 10,74 10,75 10,76 10,77 10,78 10,79 10,80 10,81 10,82 10,83 10,84 10,85 10,86 10,87 10,88 10,89 10,90]
  11. Frostages, s.f.pl. : terres incultes, friches, terres vaines et vagues ou terres froides. En breton le terme existe : Fraost , ad. g. -où (en) friche, parfois clair, desserré, & brut, grossier (dictionnaire Favereau). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 11,0 11,1 11,2 11,3]
  12. Enfeu, s.m. : ancien substantif déverbal de enfouir. Niche à fond plat, pratiquée dans un édifice religieux et destinée à recevoir un sarcophage, un tombeau ou la représentation d'une scène funéraire. Avant la Révolution française, les seigneurs du pays étaient enterrés par droit d'enfeu dans un sépulcre de ce genre. Source : Trésors de la Langue Française. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 12,0 12,1 12,2 12,3]
  13. Issues, issue, s.f. : terre non cultivée d'un village servant à la circulation entre les habitations, les chemins et les champs ; les issues communes de villages pouvaient être utilisées par les plus pauvres pour faire "vaguer" leurs bestiaux ou ramasser du bois pour se chauffer. Lorsqu'un village est tenu en domaine congéable, les "issues et franchises" peuvent être incluses dans les aveux de déclaration des droits et rentes. Les inventaires et dénombrements contiennent également l'expression "aux issues" qui désigne l'éloignement par rapport au centre du village. Dans les descriptifs d'habitations, le terme "issues" désigne les portes et accès. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 13,0 13,1 13,2]
  14. Estage, s.m. : habitation, demeure, bâtiment destiné à divers buts (Dictionnaire Godefroy 1880). Dans les documents d'aveux ou d'inventaire de succession, le terme désigne un corps de ferme et ses dépendances, et par extension est synonyme de tenue ou de convenant[Terme] [Lexique] [Ref.↑ 14,00 14,01 14,02 14,03 14,04 14,05 14,06 14,07 14,08 14,09 14,10 14,11 14,12 14,13 14,14]
  15. Courtil, curtil, s.m. : jardin potager. Du bas latin cohortile, dérivé de cohors (voir Cour). Jardin, cour, enclos (Dictionnaire de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 15,0 15,1 15,2 15,3 15,4 15,5 15,6]
  16. Pourpris, s.m. : enceinte, un enclos et parfois une demeure, dans la France de l'ancien régime. La réalité désignée dépasse celle d'un simple jardin en ce qu'elle recouvre les différents éléments d'un domaine physiquement bien délimité et fermé (mur, fossé, etc.). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 16,0 16,1 16,2 16,3 16,4 16,5 16,6 16,7]
  17. Ligence, ligance, s.f. : état de celui qui est lié à son seigneur, qui lui a engagé sa foi ; vassalité hommage lige, l'obligation de cet hommage, et, selon Ragueau, qualité d'un fief qu'on tient nuement et sans moyen d'un seigneur, en raison de quoi on devient son homme lige (Dictionnaire Godefroy 1880). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  18. Monoie, Monnoye, adj : un sol monoie désigne une petite pièce de monnaie faite de billons, c'est-à-dire de cuivre, tenant un peu d'argent, mais plus ou moins, suivant les lieux (Encyclopédie Diderot). Existence de « livres monnoie » et de « deniers monnoye » à signaler également, en complément des « livres tournois ». [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 18,0 18,1 18,2]
  19. Prône, s.m. : lecture faite par le prêtre, en chaire, après l’évangile, à la grand-messe. Le prône comporte des prières en latin et en français à l'intention des vivants, à commencer par le Roi, et des défunts ; parfois, mais pas toujours, une homélie commentant les lectures du jour ; et enfin une série d'annonces concernant les fêtes et les jeûnes à venir, les bancs de mariage, les monitoires de justice, les ordres adressés par le Roi, etc. On comprend ainsi que ce prône peut être fort long, mais il est essentiel pour la cohésion de la communauté paroissiale et pour la communication du haut en bas dans le royaume. Source : Dictionnaire de l'Ancien Régime. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  20. Chapon, s.m. : jeune coq chatré. Source : Dictionnaire du Moyen Français. Utilisé comme moyen de paiement de rentes ou redevances. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  21. Champart, s.m. : redevance seigneuriale, proportionnelle à la récolte. Droit féodal qu'a le seigneur de lever une partie de la récolte de ses tenanciers ; [¤source : Dictionnaire du Moyen Français].  [Terme] [Lexique] [Ref.↑]


Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

Date de création : Décembre 2012    Dernière modification : 11.01.2018    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]