1450-1540 - Adveus pour Ker(t/d)ug(d)oal extraicts de l'inventaire de Quimpercorantin - GrandTerrier

1450-1540 - Adveus pour Ker(t/d)ug(d)oal extraicts de l'inventaire de Quimpercorantin

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Documents    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Les trois aveux [1] et folios ci-dessous sont extraits d'un registre d'actes de propriétés nobles du 15e et 16e siècle, résumés et retranscrits au 18e siècle par un archiviste de Quimper sous la cote A85.

On y a ajouté également un document daté de 1460, cote 32J70/1, permettant de mieux comprendre les rattachements du lieu. Le lieu-dit est orthographié Kertugoal en 1450, Kerdugoal en 1502 et Kertugdoal en 1540, et est connu de nos jours sous le nom de Kerdudal, prononcé Kerzul.

Autres lectures : « 1454-1646 - Tous les adveus d'Ergue-Caberyc dans l'inventaire ADF-A85 de Kempercorantin » ¤ « 1459-1496 - Actes du fonds de La Marche pour les seigneurs de Kerfors » ¤ « Explications toponymiques relatives à Kerdudal » ¤ « Cartographie de Kerdudal » ¤ « 1692 - Le domaine congéable de Kerdudal sous René-Louis de La Marche et Guy de Charmoy » ¤ « Jérôme Salaun, agriculteur et mémoire de Kerzudal, Pont-Mein et Ste-Appoline » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Au 17e siècle le village de Kerdudal est une double tenue agricole à titre de domaine congéable vis-à-vis des héritiers de La Marche de Lezergué, anciennement de Kerfors. Le registre A85 et ses folios 527, 528, 537, et accessoirement 471 et 473, permettent de comprendre de ce qu'il en était aux 15e et 16e siècles et comment la transmission et l'intégration au domaine de Lezergué au 17e ont été possibles.

Au folio 527, les trois villages de Munuguic (Menancic), Kerdudal (Kertugdoal) et Kerdohal (Kerdochal) sont déclarés en 1540 comme appartenant en partie à Anne Pezron veuve et mère de François Gauvain, seigneur de Stangbihan en Kerfeunteun. En fait, pour Kerdudal, une seule des deux tenues ou « estage » [2] dépend du domaine noble de Stangbihan, l'autre étant détenu noblement par « sieur de Kerfors par succession ».

Cette succession trouve son explication dans un autre document de 1460 transcrit par Norbert Bernard, lequel est un acte d'échange entre Raoul Droniou et sa mère de Stangbihan d'une part et Caznevet de Kerfors d'autre part pour « ledit tiltre de eschange la moictié dun estaige [2] et tenement de terre ... situé au village de Kerdudal ». On comprend qu'avant 1460 les deux tenues de Kerdudal dépendaient de Stangbihan.

Et le folio 471 du registre A85 pour Canevet de Kerfors en 1488 confirme bien qu'une tenue a été transférée : « la moitié d'un tenement d'heritage situé au village de Querdudoel ». Alors qu'un siècle plus tard, en 1614, les deux tenues de Kerdudal seront regroupées dans les mains d'Yves de La Marche, l'héritier de « Querfors », comme en atteste le folio 473 du même registre A85 : « Les étages de Kerdudoal et Penanros ... autre etage du village de Kerdudoal ».

On peut donc conclure que Kerdudal n'était pas à l'origine un convenant de Lezergué, tout du moins pas avant que les de La Marche de Kerfors acquièrent le manoir voisin. Quand Lezergué était possession des Autret, les tenanciers de Kerdudal payaient leur rente à Kerfors, comme ils l'avaient fait précédemment aux seigneurs de Stangbihan.

Mais une question se pose néanmoins au folio 528, au travers d'un aveu d'Henry Aultret en 1502 pour « herittages au village de Kerdugoal » (et de Quelenec, Pailocquen) présenté pour de simples droits de « rachapt » [3]. Alors qu'en 1540 ce sont des droits féodaux complets qui sont dus par les tenanciers de Kerdudal à leur propriétaires nobles de Stangbihan : « En proche seigneurie de ligence [4] à foy hommage [5] et debvoïr de rachapt [3]. »

 

De plus la notion d'héritage non nommé est nettement moins consistante que celle de « estage » [2]. Dans les documents d'aveux ou d'inventaire de succession, le terme ancien « estage » qui désigne un corps de ferme et ses dépendances, est synonyme par extension de tenue ou de convenant, impliquant des droits féodaux associés.

Il est difficile d'identifier cet Henri Aultret qui est antérieur aux générations qui ne se sont établies à Lezergué qu'à partir de 1575, doit l'historien et gazetier Guy Autret. Certes on sait que l'oncle de ce dernier, François Autret, seigneur de Kerveguen, sera mentionné comme détenteur du manoir de Kerstrat proche de Kerdudal, mais bien plus tard, en 1632.

Au folio 537, on a aussi une belle énigme, à savoir un aveu pour « un estage et tenue au village de Kertugoal.  » par un certain Bertrand de Lascoet. Était-ce Bertrand de Lescoet, le conseiller du roi Louis XI et capitaine du château de Loche de 1469 à 1475 : cela nous paraît très improbable. Peut-être s'agit-il d'un noble propriétaire Lescoet en bretagne (Guérande, Gouarec) ou un parent de l’évêque Charles du Liscouët.

Enfin on notera les diverses orthographes du lieu-dit aux 15e et 16e siècle, Ker(t/d)ug(d)oal, avec une hésitation sur les lettres t et d, mais la certitude d'un emprunt au nom de l'un des 7 fondateurs légendaires de la Bretagne. Saint Tugdual, saint gallois du 6e siècle, fils de Koupaia, fut évêque de Tréguier, et a donné aussi le nom Landudal, paroisse proche d'Ergué-Gabéric.

[modifier] 2 Transcriptions

Les textes transcrits ci-dessous contiennent des paragraphes ( § ) non déployés. Vous pouvez les afficher en un seul clic : § Tout montrer/cacher

Folio 527 A85 - année 1540

Village de Menancic
Village de Kertugdoal
Village de Quillihuezec

Paroisse d'Ergué Gaberic, 527
Extrait des adveus [1] de l'inventaire de Quimpercorantin

Cote: xxuy.xv

Année: 1540

Nom du Presentateur : presanté par Damoiselle Anne Pezron veuve et en son nom et en commemen et tutrice et garde de noble Escuyer Francois Gauvaign, son fils sr du Stang Bihan

Nom de la Terre Proche-fief. Nom de la Terre.

Des terres, rentes et chefrantes [6] heritages et droits heritets

Et premier

§ Le village du Menancyc ...

Le village de Kertugdoal.

... et louy à ban d'un estage [2] au dit village qu'ils tiennent dont le tiers apartient à la dite Anne de part indivis à la seigneurie de Kerfors et Quenech Congar.

Il y a audit estaige [2] parmy les terres d'iceluy non séparé un arrière estage [2] apelé craon an denes ... moitié apartenant à la dite Anne au nom ... sieur de Kerfors par succession.

Tient les dits deux estages [2] ensemble, scavoir

Maisons, creches, aires, pourpris [7], courtils [8], et leurs issues [13], environ un journal [9], dont advient à la dite Anne et au dit nom une moitié et ... de journal [9].

Item terre chaude [14] six journaux [9] et demy, et deux tiers journal [9] dont ... à la dite Anne une moitié et douzième qui est 4 journaux [9] ...

Item terre froide [11] pasturage enpars et clossures 8 journaux [9] et ... journal dont advient à la dite Anne cinq journaux [9]

Item montagne et frostage [12] dix huict journaux [9]

Item de pré un journal [9] et quart.

Item entre terres du sr de Kerfors et terres des issues de Kerlyas en la dite ...

§ Le village de Quillyhuezec ...

§ Suite. Le village de Kerdochal ...

Charge de la Terre. Droits de la Terre.

En proche seigneurie de ligence [4] à foy hommage [5] et debvoïr de rachapt [3].

Folio 528 - année 1502

QuimperCorantin
Heritages aux villages de Quelenec, de Kerdugoal, de Pailocquen.

Paroisse d'Ergué Gaberic, 528
Extrait des adveus [1] de l'inventaire de Quimpercorantin

Cote: 41

Année: 1502

Nom du Presentateur : Henry Aultret

Nom de la Terre Proche-fief. Nom de la Terre.

Certains herittages au village de Quelenec.
Autres herittages au dit village.
Autres herittages au village de Kerdugoal.
Autres herittages au village de Pailocquen.

Charge de la Terre. Droits de la Terre : à rachapt [3]

Nota qu'il ne nomme point les dit herittages.

 

Folio 537 / année 1450

Minu paroisse d'Ergue Gaberic. Kempercorantin
Heritages aux villages de Kertugoal, de Pouldouic, et de Bozseudic.

Paroisse d'Ergué Gaberic, 537
Extrait des adveus [1] de l'inventaire de Quimpercorantin

Cote: A37

Année: 1450

Nom du Presentateur : Bertrand de Lascoet

Nom de la Terre Proche-fief. Nom de la Terre.

Un estage [2] et tenue au village de Kertugoal.
Avec etage [2] au village de Pouldouic.
Avec au village de Bozseuzic

Charge de la Terre. Droits de la Terre : foy hommage [5] et rachapt [3]

Document 32J70/1- année 1460

Document transcrit par Norbert Bernard. Au verso : « [non lu] Kerdudal et contract deschange dentre escuyer Raoul Droniou, sr du Stangbian, et Canevet Kerfors. »

« xiiij mars 1460

Sachent touz que en nostre court de Kempercorentin furent presentz au droit et personnellement establiz noble escuier Raoul Droniou, en nom et comme comme celuy qui se fit fort pour Margaricte Anstancbihan [a], sa compaigne, dune partie, et Caznevet Kerfors, ou nom et se fessant fort pour Katerine Kerfors, sa mere, daultre partie. Lesquelx et chacun deulx en eulx submectantz et lesquelx se submidrent o touz leurs biens et par leurs serment en mondit [non lu] et nostredite court quant à tout et fournir tout le contenu en cestes et quant mestier est. Congneurent et confesserent et par cestes congnoessent et confessent pour leurs [non lu] et proufit communs ensembles avoir fait [non lu] et par cestes font eschange et par mutacion de partie de leurs heritages et rantes ensamble en la maniere que senssuit : savoir est ledit Droniou, ou nom que dessus, avoir livré, cedé, baillé et transporté et par la teneur de cestes baille, livre, cede et transporte audict Caznevet, oudit nom, prenant et acceptant par ledit tiltre de eschange la moictié dun estaige [2] et tenement de terre, o toute ses ysues [sic], largesses, preriez et apartenances, que ledit Droniou et sadite compaigne à cause d’icelle, aont et à eult appartient en [non lu] vers le seigneur de Lanros, situé au village de Kerdudal [b], son terrouer et appartenances, et en general tout quant de heritage que Daniel Kerdudal tient et souloit tenir à convenant desditz mariez oudit village de Kerdudal es mecte en la parroesse de Ergué Gaberic. § Et que en retour et pour recompanse d’iceulx ...


Constat de interlligne : « à l’aultre d’eulx », donné comme dessus.

Jehan Hemery, passé. C. Le Chever, passé. C. de Kerfors, voir est. »

§ D’une autre écriture ...

Notes NB :

  • [a] De la famille des seigneurs du Stang-Bihan en Kerfeunteun, dont les successeurs détiendront encore des terres à Kerdudal en 1540 (cf. maîtrise Nathalie Calvez, annexe, p. 103-104).
  • [b] Kerdudal, lieu-dit d’Ergué-Gabéric à 2,5 km au NO du bourg.
  • [c] Rudalae, au SE du bourg de Saint-Evarzec.
  • [d] Kerony.


[modifier] 3 Originaux

Lieu de conservation :

  • Archives Départementales du Finistère.
  • Cote A 85, Folios 527, 528, 537.
 

Usage, droit d'image :

  • Accès privé et restreint aux abonnés inscrits.
  • Utilisation obligatoire d'un compte GrandTerrier autorisé et mot de passe valide.

[modifier] 4 Annotations

Certaines références peuvent être cachées ci-dessus dans des paragraphes ( § ) non déployés. Cliquer pour les afficher : § Tout montrer/cacher

  1. Aveu, s.m. : déclaration écrite fournie par le vassal à son suzerain lorsqu’il entre en possession d’un fief, à l'occasion d'un achat, d'une succession ou rachat. L’aveu est accompagné d’un dénombrement ou minu décrivant en détail les biens composant le fief. La description fourni dans l'aveu indique le détail des terres ou tenues possédées par le vassal : le village dans lequel se situe la tenue, le nom du fermier exploitant le domaine congéable, le montant de la rente annuelle (cens, chefrente, francfief) due par le fermier composée généralement de mesures de grains, d'un certain nombre de bêtes (chapons, moutons) et d'une somme d'argent, les autres devoirs attachées à la tenue : corvées, obligation de cuire au four seigneurial et de moudre son grain au moulin seigneurial, la superficie des terres froides et chaudes de la tenue. Source : histoiresdeserieb.free.fr. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 1,0 1,1 1,2 1,3]
  2. Estage, s.m. : habitation, demeure, bâtiment destiné à divers buts (Dictionnaire Godefroy 1880). Dans les documents d'aveux ou d'inventaire de succession, le terme désigne un corps de ferme et ses dépendances, et par extension est synonyme de tenue ou de convenant[Terme] [Lexique] [Ref.↑ 2,00 2,01 2,02 2,03 2,04 2,05 2,06 2,07 2,08 2,09 2,10 2,11]
  3. Rachapt, rachètement, s.m. : en terme de coutume droit du au seigneur à chaque mutation du fief (dictionnaire Godefroy 1880). Droit du au seigneur par un nouveau tenancier après une succession qui est appelé également relief ou rachat des rentes. La somme à laquelle est estimé le revenu d'une année du fief qui doit le droit de relief (Dict. de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4]
  4. Ligence, ligance, s.f. : état de celui qui est lié à son seigneur, qui lui a engagé sa foi ; vassalité hommage lige, l'obligation de cet hommage, et, selon Ragueau, qualité d'un fief qu'on tient nuement et sans moyen d'un seigneur, en raison de quoi on devient son homme lige (Dictionnaire Godefroy 1880). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 4,0 4,1]
  5. Foi et hommage, s.f. et s.m. : le vassal devait la foi et l'hommage, lorsqu'il entrait en possession de la terre, et lorsque le seigneur le demandait. La foi traduisait un lien personnel ; l'hommage, une reconnaissance du fief (Dict. de l'Ancien Régime). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 5,0 5,1 5,2]
  6. Chefrente, s.f. : rente perpétuelle payable en argent ou en nature au seigneur suzerain par le détenteur d'un héritage noble. La chefrente était en principe immuable (Yeurch, histoire-bretonne). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  7. Pourpris, s.m. : enceinte, un enclos et parfois une demeure, dans la France de l'ancien régime. La réalité désignée dépasse celle d'un simple jardin en ce qu'elle recouvre les différents éléments d'un domaine physiquement bien délimité et fermé (mur, fossé, etc.). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 7,0 7,1]
  8. Courtil, curtil, s.m. : jardin potager. Du bas latin cohortile, dérivé de cohors (voir Cour). Jardin, cour, enclos (Dictionnaire de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 8,0 8,1]
  9. Journal, s.m. : ancienne mesure de superficie de terre, en usage encore dans certains départements et représentant ce qu'un attelage peut labourer dans une journée [¤source : Dictionnaire de l'Académie]. Le journal est la principale unité de mesure utilisée pour calculer les surfaces dans les inventaires. Dans la région quimpéroise un journal vaut 48,624 ares, à savoir 80 cordes. Dans les documents on trouve les expressions « journée à homme bêcheur » ou « journée à faucheur », cette dernière valeur étant équivalente à 2 journaux de laboureur, soit presque un are. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 9,00 9,01 9,02 9,03 9,04 9,05 9,06 9,07 9,08 9,09 9,10 9,11 9,12 9,13 9,14]
  10. Parc, park, s.m. : champ clos, procédant d'un emprunt du moyen breton parc au vieux français parc "lieu clos" en général. Le gallois parc et le cornique park sont issus de l'anglais park, également emprunté au vieux français (Albert Deshaye, dictionnaire des noms de lieux bretons). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 10,0 10,1 10,2]
  11. Terres froides, s.f.pl. : terres pauvres mises en culture de loin en loin parfois après un brulis, par opposition aux terres chaudes; les terres froides prennent le reste du temps la forme de landes qui servent de pâturage d'appoint, et fournissent divers végétaux utiles : bruyères et fougères pour la litière, ajoncs pour la nourriture des chevaux, genets pour la couverture de la toiture (Jean Le Tallec 1994). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 11,0 11,1 11,2 11,3]
  12. Frostages, s.f.pl. : terres incultes, friches, terres vaines et vagues ou terres froides. En breton le terme existe : Fraost , ad. g. -où (en) friche, parfois clair, desserré, & brut, grossier (dictionnaire Favereau). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 12,0 12,1 12,2]
  13. Issues, issue, s.f. : terre non cultivée d'un village servant à la circulation entre les habitations, les chemins et les champs ; les issues communes de villages pouvaient être utilisées par les plus pauvres pour faire "vaguer" leurs bestiaux ou ramasser du bois pour se chauffer. Lorsqu'un village est tenu en domaine congéable, les "issues et franchises" peuvent être incluses dans les aveux de déclaration des droits et rentes. Les inventaires et dénombrements contiennent également l'expression "aux issues" qui désigne l'éloignement par rapport au centre du village. Dans les descriptifs d'habitations, le terme "issues" désigne les portes et accès. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 13,0 13,1]
  14. Terres chaudes, s.f.pl. : terres cultivables, par opposition aux terres froides ; exploitées en rotation triennale, soit blé noir, seigle, avoine [¤source : Jean Le Tallec 1994]. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]


Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

Date de création : Octobre 2016    Dernière modification : 27.08.2018    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]