1679-1681 - Aveu de François Rannou aux Régaires pour Creach Ergué - GrandTerrier

1679-1681 - Aveu de François Rannou aux Régaires pour Creach Ergué

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Sommaire

En savoir plus : [1636-1740 - Aveux pour la tenue de Creach-Ergué, fief des Regaires]

1 Résumé des sources

« 1679 Aveu de François Rannou x Françoise Morel » (Inventaire Bernard Vayssette CGF).

Aveu [1] de François Rannou et Françoise Morel aux Régaires [2] de Quimper pour Creach Ergué les 10 juin 1679 et 18 juin 1681. Document conservé aux Archives départementales du Finistère, série 1 G 132.

 

A noter que la graphie du nom de la paroisse n'est pas figée :

  • Sur le feuillet de séparation, Ergué gaberic sur la plupart des annotations, sauf la toute première à moitié effacée : Ergué guabelic
  • Sur le document principal très lisible (a-t-il été recopié ? ) de 1679 : Ergue gabéric
  • Sur la feuille intérieure datée de 1681 : Ergue guabellic

2 Transcription

Feuillet séparateur :

10 juin 1679

Aveu [1] fourny de m. françois de Coetlegen [3] pour françois rannou, françoise morel sa femme du village [...] creach ergué en Ergué guabelic - 1679.


[...] lods et ventes [4] et rachat [5]


cet aveu [...] a devoir de ventes et rachat [5]


Chefrente [6] sur une portion de Creach-ergué 5 sols tournois [7] et la dixme [8] à la onzieme gerbe [9].


10 juin 1679 et 18 juin 1681
Ergué gaberic | Creach Ergué

aveu [1] de francois Rannou et francoise morel sa femme leur anenu par acquest judquelement fait en la jurisdiction des regaires [2] et dont il declare avoir payé les dites rentes au seigneur Evesque [3].

au franc fief [10] des regaires [2] à devoir de foy et homage [11], droit de chambelenage [12], devoir de rachapt [5] lods et ventes [4]

la dixme [8] à l'onzieme gerbe [9]

un etage au dit village

la moitié du placitre [13] en [...] avec l'autre moitié appartenant à hervé lizen

chefrente à la st michel cinq sols tournois [7]


1679 | aveu | Ergue-gaberic | Creach-ergue

Feuille intérieure :

18 juin 1681

Le dix huitiesme jour de juin environ midi de l'an mil six centz quatre vingnt, devant nous, nottaire de la cour de juridiction des Reguaires [2] de Quimper en [...] de Cornouaille audit [...] a comparu [...] francois Rannou [...] paroisse de Ergue guabellic, lequel a [...] le dixième juin mil six cents soixante dix [...] luy appatenants au village de Creachergué sur la dite paroisse, [...] procureur fiscal de la dite juridiction [...] par ledit adveu [...] [...] [...] soubs les ditrs proche fief des Reguaires [2] a bebvoir de rachapt [14] lods et ventes [4] [...] [...] [...] fait le raport.

 

Document principal :

10eme juin 1679

Adueu [1] et denombrement des héritages roturiers possédés par francois Rannou et francoise Morel sa femme au village de Creach Ergué, paroisse d'Ergue gabéric au franc fieff des Regaires [2] de Cornouaille à debuoir de foy et hommage [11] & droits de chambellenage [12] de Sr Soubz reverend pere et dieu, Messire francois de Coetlegen [3]par la grace de Dieu et son siège appostolique evesque de quimper et comte de Cornouaille et des Salles, pour luy en payer par chacun et a chacun terme de la st michel en septembre, la somme de cincq solz tournois [7] de cheffrente pour la dixme [8] a l'onzième gerbe de bleds [15] qui se cultivent [...] terre par chacune année.

Et Premier

Soubz maison, court a fembroix [16], jardin aire et [...] a paille contenant en fond un quart et seizieme de journal [17] en terre chaude [18] et soubz la moitié du placitre [13] en indivis avec l'autre moitié appartenant a hervé Lizen, deux huitièmes de journal [17] de terre froide [19]

Plus trois parcs [20] et pieces de terres chaudes [18] [...]oignantes, luy appellé Parc ar forn contenant en fond soubs fossés deux journaux [17], autre appellé Parc an [...] bian contenant en fond et soubs fossés un journal et quart, huictieme et seizième de journal, et l'autre appellé Par an [...] bras assy terre chaude [18] et y comprins un courtil [21] appellé liorz bras à son orient et un petit jardin a son midy contenant en fond et soubs fossés deux journaux [17] et quart et huict cordées [22] donnant au midy et nort sur tette à louys morel, d'orient sur le placitre [13] et d'occident sur terres aux mineures de Jan le masson, et [...] judiciel a esteinte de chandelle en la cour et juridiction des Reguaires [2], et dont ledit rannou declare avoir payé les lods et ventes [4] audit Seigneur Evesque.

A la continuation du payement annuel de ladite cheffrente [6] et [...] de ladite dixme [8], ledit Rannou demeurant au lieu de Kerlaviou audit Ergué, présent [...]


Devant nous notaires de la cour de quimper et celle des dites Reguaires [2] de Cornouaille, promet et s'oblige soubs obligation gage et hyppotheque de touts et chacuns ses biens [...] et immeubles presentes et futures et par foy, serments. Et pour presenter le present adveu audit Seigneur Evesque au [...] procureur fiscal, il a nommé a procureur [...] aux tout pouvoir et requis a la dite [...] et d'y faire apposer le sceau de la dite cour ce qu'il a ainsy voulu et consenty [...] par le jugement et authorité des dites cours faict et gré audit quimper corentin au tabellier [23] de Coffec notaire [...] et soubs le sign de guillaume Caroy requerand de ledit Rannou affirmant ne scavoir signer ce dixieme jour de juin appres midy mil six cents soixante et neuf [...]

Alain Coffec, notaire royal | Car, notaire des regaires

Scellé le 17 juin 1679. Le Rousseau, greffier

3 Copies des actes

4 Commentaires, annotations

  1. Aveu, s.m. : déclaration écrite fournie par le vassal à son suzerain lorsqu’il entre en possession d’un fief, à l'occasion d'un achat, d'une succession ou rachat. L’aveu est accompagné d’un dénombrement ou minu décrivant en détail les biens composant le fief. La description fourni dans l'aveu indique le détail des terres ou tenues possédées par le vassal : le village dans lequel se situe la tenue, le nom du fermier exploitant le domaine congéable, le montant de la rente annuelle (cens, chefrente, francfief) due par le fermier composée généralement de mesures de grains, d'un certain nombre de bêtes (chapons, moutons) et d'une somme d'argent, les autres devoirs attachées à la tenue : corvées, obligation de cuire au four seigneurial et de moudre son grain au moulin seigneurial, la superficie des terres froides et chaudes de la tenue. Source : histoiresdeserieb.free.fr. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 1,0 1,1 1,2 1,3]
  2. Régaires, s.m.pl. : administration en charge du domaine temporel d'un évêque, propriétaire et seigneur, au même titre que l'aurait été n'importe quel noble propriétaire d'un fief avec justice. Le plus souvent, ils provenaient de donations anciennes faites au cours des âges par des féodaux, qui souhaitant sans doute s'attirer des grâces divines ou se faire pardonner leurs péchés, avaient doté l'église de quelques fiefs avec les revenus en dépendant. Source : amisduturnegouet sur free.fr [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7]
  3. François de Coëtlogon né à Rennes en 1631, mort à Quimper en 1706, fut évêque de Cornouaille de 1668 à 1706. On raconte qu'en tant qu'habitué de la cour de Versailles, il rapporta une histoire de carrosse enlisé près de Quimper, ce qui inspira à Jean de La Fontaine « la fable du chartier embourbé » (1706) : «  C'était à la campagne Près d'un certain canton de la basse Bretagne, Appelé Quimper-Corentin ». A la même époque le père Nicolas Caussin, confesseur de Louis XIII, exilé à Quimper pour avoir mal parlé de Richelieu, qualifiait la basse-Bretagne de « dernière maison de la province ". [Ref.↑ 3,0 3,1 3,2]
  4. Lods et ventes, s.m.pl, s.f.pl : redevances dues au seigneur en cas de vente d'une censive relevant de son domaine et payées par l'acheteur (lods) et le vendeur (ventes). Source : trésors Langue Française [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 4,0 4,1 4,2 4,3]
  5. Rachapt, rachètement, s.m. : en terme de coutume droit du au seigneur à chaque mutation du fief (dictionnaire Godefroy 1880). Droit du au seigneur par un nouveau tenancier après une succession qui est appelé également relief ou rachat des rentes. La somme à laquelle est estimé le revenu d'une année du fief qui doit le droit de relief (Dict. de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 5,0 5,1 5,2]
  6. Chefrente, s.f. : rente perpétuelle payable en argent ou en nature au seigneur suzerain par le détenteur d'un héritage noble. La chefrente était en principe immuable (Yeurch, histoire-bretonne). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 6,0 6,1]
  7. Tournois, thournois, adj. : désigne la monnaie de l'Ancien Régime frappée en argent, un sol valant un vingtième de la livre tournois. Le sol est lui-même subdivisé en 12 deniers. La livre tournois fut d'abord utilisée avant le 13e siècle à l'abbaye de Saint-Martin de Tours où l'on frappait des deniers dits "tournois". Source : Wikipedia [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 7,0 7,1 7,2]
  8. Dîme, dixme, s.f. : impôt sur les récoltes, de fraction variable, parfois le dixième, devant revenir au Clergé, prélevé pour l'entretien des prêtres et des bâtiments et les œuvres d'assistance. Son taux, théoriquement d'1/10ème, est généralement inférieur ; il est fréquemment proche d'1/30ème dans notre région (source : glossaire des cahiers de doléances AD29), ou d'1/15ème ("à la quinzième gerbe") lorsque le prélèvement est du aux Régaires de Quimper. La dîme ne doit pas être confondue avec le Dixième et les Décimes[Terme] [Lexique] [Ref.↑ 8,0 8,1 8,2 8,3]
  9. Gerbe, s.f. : unité de mesure du blé, composé de 7 à 8 javelles, pour le paiement de la dime (source : histoiresdeserieb.free.fr). Terme de féodalité ; Dîme sur les moissons ; lever la gerbe (source : Littré). Lorsque la Dîme est due aux Régaires de Quimper, le prélèvement "à la quinzième gerbe" indique un taux d'environ 1/15ème. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 9,0 9,1]
  10. Franc fief, s.m. : droit exigé d'un roturier qui fait l'acquisition d'un fief. Payé au roi, il est en principe fixé à une année de revenu sur vingt. Il est aussi versé lors de la transmission du fief après une année de jouissance. En 1771, le droit de franc fief, dont certains pays étaient exempts, est étendu à l'ensemble du royaume. Source Yeurch/histoirebretonne [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  11. Foi et hommage, s.f. et s.m. : le vassal devait la foi et l'hommage, lorsqu'il entrait en possession de la terre, et lorsque le seigneur le demandait. La foi traduisait un lien personnel ; l'hommage, une reconnaissance du fief (Dict. de l'Ancien Régime). [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 11,0 11,1]
  12. Chambelenage, chambellage, s.m. : vient de ce qu'autrefois le chambellan, dont l'office est de veiller sur ce qui se passe dans la chambre du roi, assistait à la cérémonie de la foi et hommage des vassaux du roi, et recevait d'eux à cette occasion quelque libéralité. Les seigneurs particuliers avoient aussi autrefois la plûpart leurs chambellans, lesquels exigeaient un droit des vassaux du seigneur, pour les introduire dans sa chambre lorsqu'ils venaient faire la foi et hommage ; droit que les seigneurs ont appliqué à leur profit, depuis qu'ils ont cessé d'avoir des chambellans en titre. Le droit de chambellage est réglé différemment par les coutumes, tant pour la quotité du droit, que pour la qualité de ceux qui le doivent, et les cas où il est dû. Les coutumes de Hainaut et de Cambrai appellent ce droit chambrelage; et celle de Bretagne, chambellenage.Source : Dict. raisonné des sciences, des arts et des métiers. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 12,0 12,1]
  13. Placitre, placistre, s.m. : parcelle entourant une église, ou un autre bâtiment, une fontaine, etc. ; source : Dict. Goddefroy 1880. Le placitre est un terrain souvent herbeux, délimité par une clôture, fréquemment un mur, entourant les chapelles, églises ou fontaines bretonnes ; c'est l'un des éléments de l'enclos paroissial, désignant l'espace non bâti à l'intérieur de celui-ci ; source : Wikipedia. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 13,0 13,1 13,2]
  14. Rachapt, rachètement, s.m. : en terme de coutume droit du au seigneur à chaque mutation du fief (dictionnaire Godefroy 1880). Droit du au seigneur par un nouveau tenancier après une succession qui est appelé également relief ou rachat des rentes. La somme à laquelle est estimé le revenu d'une année du fief qui doit le droit de relief (Dict. de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  15. Bled, blé, s.m. : terme générique désignant les céréales. Pour désigner une céréale en particulier, on trouve souvent l'expression "bled avoine", "bled seigle", etc. Source : Dictionnaire de l'Ancien Régime sous la direction de Lucien Bély (PUF). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  16. Framboy, fembroi, s.m. : les paysans entassaient dans la cour de la ferme les débris végétaux pour fabriquer le fumier par le piétinement des bêtes qui pétrissaient ces débris, les mélangeaient à la boue ; la bouillie résultante était appelé le « framboy ». Le mot se disait au départ « fembroi » (latin fimarium, dérivé de fimum : fumier). Puis, par métathèse (déplacement du r), il est devenu « fremboi », puis « frembois », mais rien à voir avec la framboise, évidemment ! Source : Jean Le Tallec 1994. Le lieu où se trouvait ce tas de fumier était généralement dénommé dans les actes la « cour à frambois » ou « pors à framboy ». [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  17. Journal, s.m. : ancienne mesure de superficie de terre, en usage encore dans certains départements et représentant ce qu'un attelage peut labourer dans une journée [¤source : Dictionnaire de l'Académie]. Le journal est la principale unité de mesure utilisée pour calculer les surfaces dans les inventaires. Dans la région quimpéroise un journal vaut 48,624 ares, à savoir 80 cordes. Dans les documents on trouve les expressions « journée à homme bêcheur » ou « journée à faucheur », cette dernière valeur étant équivalente à 2 journaux de laboureur, soit presque un are. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 17,0 17,1 17,2 17,3]
  18. Terres chaudes, s.f.pl. : terres cultivables, par opposition aux terres froides ; exploitées en rotation triennale, soit blé noir, seigle, avoine [¤source : Jean Le Tallec 1994]. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 18,0 18,1 18,2]
  19. Terres froides, s.f.pl. : terres pauvres mises en culture de loin en loin parfois après un brulis, par opposition aux terres chaudes; les terres froides prennent le reste du temps la forme de landes qui servent de pâturage d'appoint, et fournissent divers végétaux utiles : bruyères et fougères pour la litière, ajoncs pour la nourriture des chevaux, genets pour la couverture de la toiture (Jean Le Tallec 1994). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  20. Parc, park, s.m. : champ clos, procédant d'un emprunt du moyen breton parc au vieux français parc "lieu clos" en général. Le gallois parc et le cornique park sont issus de l'anglais park, également emprunté au vieux français (Albert Deshaye, dictionnaire des noms de lieux bretons). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  21. Courtil, curtil, s.m. : jardin potager. Du bas latin cohortile, dérivé de cohors (voir Cour). Jardin, cour, enclos (Dictionnaire de l'Académie). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  22. Corde, cordée, s.f. : unité de mesure de superficie. Subdivision du journal. Le journal et la corde sont les principales unités de mesure utilisées pour calculer les surfaces dans les inventaires. Dans la région quimpéroise une corde vaut 0,6078 ares à 16 toises carrées. Il faut 80 cordes pour faire un journal. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  23. Tabellier, tablier, s.m. : synonyme de tabellion, notaire, officier public qui faisait les fonctions de notaire dans les juridictions subalternes et seigneuriales ; source : Littré. Étude, bureau d'un notaire d'un tabellion ; source : glossaire de la langue romane, vol 2. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]


Thème de l'article : Etude et transcriptions d'actes anciens

Date de création : Mars 2010    Dernière modification : 24.09.2011    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]    Source : Jean-Jacques Pérès, AD