OGÉE Jean-Baptiste - Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne - GrandTerrier

OGÉE Jean-Baptiste - Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Image:LivresB.jpgCatégorie : Media & Biblios  

Site : GrandTerrier

Statut de l'article : Image:Bullgreen.gif [Fignolé] § E.D.F.

OGÉE (Jean-Baptiste), « Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne », dans -, Molliex, Nantes, Rennes, 1
Titre : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne
Auteur : OGÉE Jean-Baptiste Type : Article
Edition : Molliex Publication : -
Impression : Nantes, Rennes Année : 1780, 1843 (réédition par A. Marteville et P. Varin)
Pages : 1 Référence : ISBN N/A

[modifier] Notice bibliographique

Couverture

p. 268
Autres lectures : « Itinéraire et cartes de Bretagne de Jean-Baptiste Ogée, 1769-1771 » ¤ « HÉVIN Pierre - Matières féodales et coustume de Bretagne » ¤ « COLLET Daniel - Les Gabéricois aux XVIIe et XVIIIe siècles » ¤ « 1700-1780 - Les mouvances du présidial de Quimper dans la paroisse d'Ergué-Gabéric » ¤ 

Le dictionnaire de l'ingénieur géographe Ogée, paru la toute première fois à la veille de la Révolution française, apporte des informations intéressantes et originales sur les villes et curiosités bretonnes et sur l'histoire locale.

Pour la paroisse d'Ergué-Gabéric les infos se trouvent en page 268 : cf le texte original ci-dessous, avec ses notes de rééditions. Les deux premiers paragraphes d'Ogée précisent la localisation : « à 1 lieue 1/5 à l'E. de Quimper et à 37 lieues de Rennes », le nombre d'habitants : « 1800 communiants », l'activité rurale : « Son territoire est fertile en grains, et plein de vallons où sont de très belles prairies ». La cure est dite « à l'alternative » ce qui, contrairement à Ergué-Armel, indique une double dépendance de bénéfices vis-à-vis de l'évêque les mois pairs et du pape les mois impairs. Plus globalement, en terme de droit féodal, toute la paroisse relève du roi, « à l'exception des trois villages qui se trouvent sous le fief de l'évêque de Quimper ».

Quant aux notes additionnelles il y a une erreur sur la localisation de Ste-Anne-du-Guélen [1] qui est en réalité sur Ergué-Armel. Dans la première note de 1843 il est question d'« un moulin à papier et une tuilerie » que l'on peut positionner respectivement au lieu-dit d'Odet (la papeterie de Nicolas Le Marié fondée en 1822, et transférée plus tard aux Bolloré) et à Penn-Carn-Lestonan.

Ergué-Gaberie [Ergué- Gaberic] ; à 1 lieue 1/5 à l'E. de Quimper, son évêché, sa subdélégation et son ressort, et à 37 lieues de Rennes. On y compte 1800 communiants. La cure est à l'alternative [2]. Son territoire est fertile en grains, et plein de vallons où sont de très belles prairies ; mais on y voit beaucoup de landes et terres incultes.

Vers l'an 1640, Gui Autret , seigneur de Missirien , fit bâtir, près l'avenue de son château d'Ergué, une chapelle dédiée à saint Joachim, dans laquelle il fonda quatre messes par semaine. Toute la paroisse relève du roi, à l'exception des trois villages de Kermorvan, de Kernechiron [3] et Kerougan [4], qui se trouvent sous le fief de l'évêque de Quimper. La maison noble de Kerfort appartenait, en 1420, à Anceau de la Marche.




ERGUE-GABERIC (sous l'invocation de saint Guenaél, abbé de Landevennec) , commune formée par l’ancienne paroisse de ce nom, aujourd'hui succursale. — Limite : Nord rivière d'Odet ; E. Elliant; S. Ergué-Armel. Saint Evarzec, Saint-Yvi, rivière le Ged ; O. Kerfeunteun, rivière d'Odet. —Principaux villages : Quélennec, Squividan, Kerourvois, Salverte, Quilinec, Lostarguiret, Kerellou, Kerdilès, Kerguen , Kerfor, Kerlarion. — Objets remarquables : manoirs de Lezergue , de Cleuyou; château de Kerjenny. — Superficie 3988 hect. 72 a., dont les principales div. sont : terres labourables , prés et pat. 365 ; bois 179 ; vergers et jardins 39; landes et incultes 1324. Superficie des propriétés bâties 28 ; cont. non imposable. Const. div. 424 ; moulins, du Ged, Penarrux, Cleuyou, Coutilli, Poul, Faou, Pont-ar-Marhat.

Outre l'église, il y a les chapelles Saint-Guinolé , Notre-Dame-de Quelen [1] (en ruines) et Kerdevot. — Il y a en Ergué-Gaberic un moulin à papier et une tuilerie. — La route royale N° 165 dite de Nantes à Audierne, traverse cette commune du sud-est au nord-ouest. — Géologie : constitution granitique ; micaschiste au nord du bourg. — On parle le breton.

Note 2 : Dans cette commune, sur le bord de la route de Vannes à Quimper et à 5 kilomètres de cette dernière ville on voit les ruines de bâtiments et d'une chapelle y attenant, connue dans le pays sous le nom de Sainte-Anne du Guélen. En comparant le style de ces ruines à celui de certaines autres bien reconnues pour être celles d'édifices. ayant appartenu aux Templiers, on est conduit à penser que Sainte-Anne-du-Guélen [1] dépendait autrefois de cet ordre célèbre. A. D. [5]

[modifier] Annotations

  1. Les auteurs placent par erreur Kerlaeron et Sainte Anne du Guélen en Ergué-Gabéric au lieu d'Ergué-Armel. [Ref.↑ 1,0 1,1 1,2]
  2. Alternative, adj. : indiquant une attribution des bénéfices ecclésiastiques à plusieurs personnes alternativement, à tour de rôle. Source : Dictionnaire du Moyen Français. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  3. Kernechiron : sans doute « Kerneriou », c'est-à-dire Coat-Piriou. [Ref.↑]
  4. Kerougan ou Kerouquéau : formes anciennes du lieu-dit aujourd'hui orthographié Keranguéo. [Ref.↑]
  5. L'auteur du deuxième addendum de l'édition de 1843 est Aymar De Blois, aux intiales A.D. [Ref.↑]


Thème de l'article : Fiche bibliographique d'un livre ou article couvrant un aspect du passé d'Ergué-Gabéric

Date de création : Novembre 2009    Dernière modification : 11.02.2017    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]