1697 - Contrat de palmage au Cleuyou par Rolland Le Gubaer - GrandTerrier

1697 - Contrat de palmage au Cleuyou par Rolland Le Gubaer

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Documents    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
On connaissait les aveux descriptifs du domaine au 16e et 17e siècles et les inventaires des Biens Nationaux. Ce document de 1697 nous éclaire sur les pratiques d’élevage : la première vache pie noire d’Ergué-Gabéric ! Et les cultures maraichères : notamment l’artichaut de Cornouaille, précurseur du camus de Bretagne !).

En savoir plus : « Archives de Cleuziou/Cleuyou » ¤ « 1679 - Aveu au Cluziou pour les sieurs Le Gubaer suite au décès de Françoise de Kermorial » ¤ « 1679 - Aveu au Cluziou pour les sieurs Le Gubaer suite au décès de Françoise de Kermorial » ¤ « 1795 - Ventes aux enchères du manoir du Cleuyou » ¤ « 1794 - Estimation du manoir et dépendances du Cleuyou » ¤ « 1811 - Vente du manoir du Cleuziou et dépendances » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Merci à Daniel Collet [1], documentaliste professionnel et historien, pour nous avoir fait connaître ce document conservé aux Archives départementales du Finistère, série / côte 4 E 23/3.

Il s’agit d’un contrat de palmage [2] définissant les conditions d'entretien des bêtes, entre Rolland Le Gubaer, sieur du Cleuziou, et ses fermiers Luc Hervé et Catherine Guennec :

  • les fermiers sont chargés de « bien nourrir, garder et pâturer » une vache noire, une vache Garnoir [3], quatre génisses et deux veaux.

Avant la Révolution, pour désigner la vache locale aux taches noires, on préférait la désignation de « gare noire » (d'où l'adjectif bigarré). La race « Bretonne Pie-Noir » [4] n'est mentionnée sous cette forme qu'au cours du 19e siècle. On peut donc imaginer que la vache garnoir du Cleuyou était l’ancêtre de toutes les « pie noir » actuelles de Bretagne.

 

Orthographe : « Pie » étant un adjectif invariable évoquant l'oiseau au ramage blanc et noir, la terminaison « noir » sans e, accolée par un trait d'union, doit respecter la même règle d'invariabilité, et donc, contrairement à un usage assez fréquent, ne pas s'accorder au féminin et au pluriel.

  • le contrat décrit précisément le verger avec ses poiriers, cerisiers, pruniers, pêchers et abricotiers, ainsi que le potager avec ses asperges et artichauts : « les huit planches d'asperges faisant un carré du jardin et un carré d'artichauts ».

À quoi ressemblait l’artichaut cultivé au Cleuyou en 1697 ? Sans doute était-il différent du « camus de Bretagne » tel qu’on le connait aujourd’hui (vert tendre, forme très arrondie aux bractées très serrées) : il fut créé en 1810 par un agronome parisien et planté aujourd’hui dans le Nord-Finistère près de Roscoff.

[modifier] 2 Transcription

Feuillet 1

Ce jour quinzième décembre mil six cent nonante et sept après midi, devant nous notaire des Régaires de Quimper et comté de Cornouaille avec submission y juré ont comparu en leurs personnes escuyer Roland Gubert, sieur du Cleuziou, demeurant en son manoir du Cleuziou, paroisse d'Ergué-Armel d'une part

et Luc Hervé et Catherine Guennec sa femme de lui à sa requête bien et dument autorisé aux fins de cette, demeurants audit manoir du Cleuziou, prédite paroisse d'Ergué-Armel entre lesquelles parties [...] que le dit sieur du Cleuziou donne par cette, à titre de palmage [2] et usement de ce pays audit Hervé et femme les bestiaux ci après, savoir une vache noire hors d'âge estimée vingt sept livres, autre vache

Feuillet 2

Garnoir de quatre ans estimée vingt et quatre livres, deux génisses l'une de deux ans et l'autre de trois ans estimée trente et dix livres, deux génisses en poil noir de deux ans estimés dis-huit livres,

lesquels promettent lesdits Hervé et femme de bien nourrir, garder et pâturer et nourrir tous les ans de dessus ledit palmage [2] deux veaux pour le profut vu (? ou eu ?) estre aussi patagés entre lesdites parties, le tout après que les sommes principales seront lues (?) audit sieur de Cleuziou comme aussi lesdits Luc Hervé et femme reconnaissant qu'ils ont trouvé [...] de leur ferme au dit manoir du Cleuziou douze charretées de foin bon loyal et marchand, cinquante charretées de fumier estimées à raison de quinze sols la charretée et qu'il y a dans le jardin deux carrés(s) de pou(i)rreaux

 

Feuillet 3

proche le moulin, un carré de chaux proche le colombier que lesdits Hervé et femme rendront dans le même état et qu'ils en(tre)tiendront les huit planches d'asperges faisant un carré du jardin et un carré d'artichauts et le jardin en bon père de famille, que dans le même jardin, il y a un espalier neuf poiriers, sept cerisiers, cinq pruniers et seize pêchers, cinq abricotiers, un [...] en [...] buisson, quatre vingt trois poiriers et trois pruniers en plein vent, cinq poiriers et cinq cerisiers que dans les trois nouveaux vergers il y a quatre vingt sept plants et lesquels arbres les dits Hervé et femme promettent les rendre en pareil état et est conditionné au cas qu'il en meure quelques uns par accident sans la faute dudit Hervé le dit seigneur dU Cleuziou en replacera d'autres le tout sans obligations, gage, hypothèque, exécution, saisie et

Feuillet 4

vente de tout et chacun leurs biens meubles et immeubles présents et futurs et par leur serment l'un desdits Hervé et femme tenus et obligés pour l'autre et un seul pour le tout avec renonciation à division ordinaire de droit et discussion de leurs biens.

Ainsi (?) fait et gré à Quimper sous le signe dudit seigneur du Cleuziou pour son respect, celui de maître Mathurin Mazéas requérant ledit Hervé et celui de M. François(e?) Sallun requerant la dite Guennec celuis de Mr Jacques [...] affirmant ne signer et les notres susdits notaires et les dits jours et an que devant.

(signatures) Rolland Le Gubaer ; Salaun
Piriou (?)
Mazéas ; Philippe, notaire ; [...] Olley, notaire.

Contrôlé à Quimper le 28 décembre 1697, De Ferande [...], Audouyn

[modifier] 3 Documents

Lieu de conservation :
  • Archives Départementales du Finistère.
  • Cote 4 E 23/3.
 

Usage, droit d'image :

  • Accès privé et restreint aux abonnés inscrits.
  • Utilisation obligatoire d'un compte GrandTerrier autorisé et mot de passe valide.

[modifier] 4 Annotations

  1. Chargé d'études documentaires aux Archives Départementales du Finistère pendant 29 ans, Danel Collet fut aussi secrétaire général, puis vice-président de la Société Archéologique du Finistère, et administrateur de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne. Mémoire d’Études Supérieures soutenu en juin 1966 au Collège Littéraire Universitaire de Brest : « Le domaine servile du duc de Bretagne dans la sénéchaussée de Saint-Renan à la fin du XV siècle ». Rédacteur dans le Bulletin de la SAF, les Cahiers de l'Iroise et les Mémoires de la SHAB. Coauteur des ouvrages suivants : « Histoire de Quimper sous la direction de Jean Kerhervé » / chapitre « La Révolution à Quimper » (1995, Privat, 2-7089-8312-1) ; « 1774 les recteurs léonards parlent de la misère » (1988, Craf, 2-906790-01-8) ; « Brest au 19e siècle, Textes et document » (1982, C.R.D.P., 2-86029-006-7) ... [Ref.↑]
  2. Palmage, s.m. : contrat passé devant notaire par lequel une personne confie des bêtes (peut être des ruches d'abeille) à une seconde personne qui se charge de les engraisser (de les faire produire du miel et/ou un essaim pour la ruche). Les revenus générés sont partagés entre les deux parties. Source : Jean Le Tallec 1994. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 2,0 2,1 2,2]
  3. Gare, garre, adj. : désigne un pelage marqué par deux couleurs, le mot bigarré en étant dérivé. Comme le blanc était toujours présent, on indiquait seulement l'autre couleur : un pelage blanc et roux-marron était donc dit gare-rouge  ; un pelage blanc et noir, gare-noir ; par contre les gare-jaunes étaient jaunes aux taches noires. Pour les vaches gare-noires, l’appellation courante est ensuite devenue pie-noir; source : Jean Le Tallec. Mot français garre « de deux couleurs », attesté depuis 1360 et d'origine inconnue ; source TLFi. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  4. Le terme « pie » avec un e final est correct, car il ne vient pas du tout du mot « pis » avec un s, désignant la mamelle de la vache. [Ref.↑]


Thème de l'article : Etude et transcriptions d'actes anciens

Date de création : Mai 2012    Dernière modification : 30.12.2015    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]