Les retables lavallois et les statues anciennes de la chapelle St-André - GrandTerrier

Les retables lavallois et les statues anciennes de la chapelle St-André

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Patrimoine
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Les statues anciennes et les autels-retables de cette petite chapelle pittoresque constituent un élément notable du patrimoine gabéricois, quatre statues ont été récemment remises à neuf, mais d'autres mériteraient d'être restaurées rapidement avant que leur état ne se dégrade encore plus.

Grand merci à Gaelle Martin, agent de valorisation du patrimoine communal, pour son inventaire minutieux et ses initiatives pour les chantiers de restauration.

Autres lectures : « La statue de saint André, oeuvre d'un artiste gabéricois et objet inscrit aux M.H. » ¤ « La chapelle de Saint-André et la fontaine Saint-Jacques » ¤ « La cloche Louise-Marie de la chapelle de St-André parrainée par Nicolas Le Marié » ¤ « Le quadriskell ou hevoud de la chapelle de St-André » ¤ « Eléments classés et inscrits du patrimoine de la commune d'Ergué-Gabéric » ¤ « PEYRON et ABGRALL - Notices sur les paroisses de l´évêché de Quimper et de Léon » ¤ « COUFFON et LE BARS - Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper » ¤ « DEBIDOUR Victor-Henry - La sculpture bretonne » ¤ « Bénédiction de la statue St-Jacques à St-André, Progrès du Finistère 1942 » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Ce n'est pas un retable qu'il y a dans la chapelle de St-André, mais trois, un pour chaque pan du chevet. Et plus est, il s'agit de retables d'origine lavalloise. Le retable lavallois est une forme particulière à l'origine d'une école et figure parmi les plus originaux de France du début du XVIIe siècle : le retable de tuffeau [1] et de marbre qui fera la renommée des architectes lavallois dans tout l'Ouest de la France.

Bien que classé aux Monuments Historiques depuis 1992, l'ouvrage finistérien de St-André est plus modeste que les majestueux retables-autels de Mayenne ou d'Ille-et-Vilaine, mais nos trois retables gabéricois ont un certain charme, et gageons qu'une future restauration leur donnera un peu plus d'éclat.

Les têtes d'angelots qui ornent les retables de saint André sont très expressifs, et les figures avec boules et sarments de vigne donnent une beauté indéniable à l'ensemble.

Quant aux vieilles statues à restaurer [2] on peut les diviser en trois groupes distincts :

I. La seule statue conservée en tuffeau [1], un saint Pierre qu'on a souvent confondu avec saint André. On voit toujours la partie inférieure d'une clef dans sa main droite. Il y avait également un saint Paul de même facture, lequel s'est brisé au sol dans les années 1960.

II. Le deuxième groupe regroupe quatre très vieilles statues en bois polychrome du 17e siècle [3], à savoir les 3 évangélistes saints Marc, Mathieu et Luc, et la martyre sainte Barbe.

L'état de ces statues était très préoccupant : bois rongé par endroit, des bouts de membres (pouce ou main) manquants, et des marques de vrillettes ou de moisissures apparentes. Entre décembre 2016 et octobre 2017, ces 4 statues ont fait l'objet d'une très belle restauration par l'Atelier Régional de Restauration de Kerguehennec.

III. Le troisième groupe est constitué d'un Christ en croix, entouré des statues de la Vierge et de saint Jean, et accompagné d'un ange aux ailes déployées. Ces statues sont certes abîmées et méritent restauration, mais moins que le second groupe. Et quand un vrai toit sera posé sur la chapelle [4], on pourra placer ce groupe de statues au dessus des colonnes et frontons surmontant les retables nord et central.

IV. Le quatrième élément du patrimoine est relatif à la partie haute de la nef, à savoir la poutre transverse la séparant du chevet et les peintures décoratives découverte lors de la pose de la toiture zinc. On peut admirer ci-contre et ci-dessous en iconographie ces éléments caractéristiques qui feront peut-être un jour l'objet d'une restauration.

 

[modifier] 2 Chantier de restauration de 2017

Les statues des évangélistes saints Matthieu, Marc et Luc ainsi que celle de sainte Barbe ont été restaurées en 2017 par les professionnels experts de l'atelier régional de restauration de Kerguéhennec. Le jeudi 14 septembre les œuvres d'art datées du 17e siècle sont revenues à la chapelle juste avant des journées du patrimoine.

Gilles Mantoux et Hélène Champagnac de l'atelier régional ont témoigné : « Les quatre statues sont taillées dans du châtaignier, lequel par son tanin, crée un répulsif pour les insectes xylophages. Cela a permis aux statues de saint Mathieu, saint Marc, saint Luc, et sainte Barbe d'être moins sensibles à la détérioration », nous confie Gilles Mantoux. « Nous n'avons pas remplacé les mains coupées de sainte Barbe car aucun document ne nous permet de connaître leur position, leur forme ni ce qu'elles tenaient. Ce sont des œuvres originales sculptées dans une bille de bois par un artiste. Ce ne sont pas des séries comme on en trouve au XIXe siècle. »

Les 4 statues ont été remises en place et fixées sur leur piédestal, en position haute, et les saints, comme ils le faisaient jadis, accueillent les visiteurs qui entrent dans la nef de part et d'autre de la porte sud de la chapelle. Sainte Barbe à gauche, saint Marc à droite, et en face sur le mur nord saint Luc côté occidental et saint Mathieu côté autel.

 

§ Une exposition sur l'histoire de la chapelle St-André ...

[modifier] 3 Iconographie et fiches descriptives

A. Chevet et statuaire

Avant la pose de la toiture provisoire en zinc en 2013 [4], les statues avaient leurs places attitrées dans le chevet de la chapelle, y compris celles en hauteurs au-dessus des retables.

Les statues anciennes prétendument du 17e siècle côtoyaient celles plus récentes réalisées par Laouic Saliou dans les années 1930.

B. Les retables

Représentation : retable lavallois
Dimensions : 0,8 m environ de hauteur, 1,5 m de largeur et 0,5 de profondeur pour le retable central : 3m pour les colonnes.
Datation : 17e siècle
Matériaux : pierre blanche de tuffeau [1] et granite.
État : dégradé, peinture écaillé, plâtre ajouté pour fixer certaines têtes d'angelots.
Classement : classé au titre d'objet M.H. le 21.05.1992

Signes particuliers :

  • Un autel surmonté d'un retable et de colonnes entourant la fenêtre de chaque pan du chevet.
  • Les colonnes sont rehaussées de décors en voûtes et en frontons triangulaires
  • Les autels sont en granite, les retables sont en pierre blanche.
  • Au centre le retable est assortis de deux anges mi-allongés.
  • Les trois retables sont ornés de têtes d'angelots et de motifs figuratifs.
  • Le retable central est surmonté d'un Christ en croix, de la Vierge et saint Jean.
  • Le retable nord est surmonté d'un ange.

C. Poutre transverse

Représentation : poutre de bois creuse et cassée en 5 parties, disposées sans doute à l'origine dans la largeur de la nef, côté chevet.

Signes particuliers :

  • bois très vermoulu.
  • deux belles têtes et une troisième plus abîmée, sculptées en extrémité.

D. Peintures murales

Représentation : fragments de frise décorative découverte sous l'enduit blanc lors de la pose de la toiture en zinc.

Signes particuliers :

  • deux morceaux bien visible sur le mure nord, face à la porte sud.
  • couleurs ocre, orange et brun.
  • motifs en traits continus, triangles et losanges.

E. Saint Marc

Représentation : saint Marc l'évangéliste
Dimensions : hauteur 1 m environ, largeur 0,30 m.
Datation : 17e siècle
Matériaux : bois peint, statue creuse à l'arrière.
État : restauré en 2017.

Signes particuliers :

  • Livre ouvert incliné dans la main droite.
  • Cape drapée rouge et longue toge bleue.
  • Longue barbe, longs cheveux légèrement ondulés ; support d'inscription derrière la tête.
 

F. Sainte Barbe

Représentation : sainte Barbe, martyre
Dimensions : hauteur 1 m environ, largeur 0,30 m.
Datation : 17e siècle
Matériaux : bois peint, statue creuse à l'arrière.
État : restaurée en 2017, deux mains manquantes.
Classement : inscrit au titre objet M.H. le 17.12.2003

Signes particuliers :

  • Sainte en pied, capuche sur la tête.
  • Cape drapée bleue et verte, et toge drapée blanche.

G. Saint Pierre

Représentation : saint Pierre apôtre, souvent confondu avec André
Dimensions : hauteur 0,76 m, largeur 0,25 m.
Datation : parfois datée du 17e siècle
Matériaux : pierre blanche de tuffeau [1], socle carré
État : Visage abîmé au niveau de l’œil droit. L'altération laisse apparaître une tâche blanche à ce niveau. Pouce gauche cassé.

Signes particuliers :

  • Main droite tenant une clef dont la partie haute a disparu.
  • Tunique de couleur bleue et drapé orange.

H. Saint Mathieu

Représentation : saint Mathieu l'évangéliste
Dimensions : hauteur 1,33 m, largeur 0,35 m.
Datation : probablement du XVIIe
Matériaux : bois peint, statue creuse à l’arrière. Statue sur socle rustique, sorte de petit dôme sous les pieds du saint.
État : restauré en 2017, pouce droit cassé, main gauche incomplète.

Signes particuliers :

  • Position debout en appui sur jambe gauche, jambe droite légèrement fléchie.
  • Livre ouvert à plat sur la main droite ; couverture sombre, pages rouges ; besace en bandoulière sur le côté gauche.
  • Bras gauche levé, coude plié à la hauteur de l’épaule gauche.
  • Robe marron, manches larges, manteau bleu.
  • Pieds nus ; visage peint, yeux peints. joues et lèvres rouges ; cheveux et barbe de couleur blonde et ondulés.

I. Saint Luc

Représentation : saint Luc l'évangéliste
Dimensions : hauteur 1,65 m, largeur 0,40 m.
Datation : probablement du XVIIe
Matériaux : bois peint, statue creuse à l’arrière. Statue sur socle rond, épais, fruste, peint de couleur sombre.
État : Restauré en 2017, main droite incomplète.

Signes particuliers :

  • Silhouette assez longiligne, aube bleue, manteau rouge.
  • Visage peint. Barbe. Yeux peints, “rouge aux joues”, lèvres rouges.
  • Livre ouvert dans la main gauche.
  • Sandales aux pieds.

J. Christ en croix, Vierge, saint Jean et ange

Représentation : groupe sculpté de la Crucifixion (le Christ entre saint Jean et la Vierge, accompagné d'un ange).
Dimensions : 1,5 m de haut, 0,5 de large environ pour la croix.
Datation : 17e siècle.
Matériaux : Christ en bois taillé et peint (polychrome) pour le Christ et 3 autres statues en tuffeau.
État : Christ en assez bon état, dégradé pour les 3 statues.
Classement : inscrit au titre objet M.H. le 17.12.2003.

Signes particuliers :

  • Le Christ était au-dessus du retable central, saint Jean à sa droite, la Vierge à sa gauche.
  • La Vierge est en cape rouge et tunique jaunâtre.
  • Saint Jean est en cape et tunique bleues.
  • La statue d'ange, de couleur bleutée et aux ailes jaunes, était au-dessus du retable nord.

[modifier] 4 Annotations

  1. Tuffeau, s.m. : craie micacée ou sableuse à grain fin, de couleur blanche, extraite de carrières. Cette pierre de taille tendre permet de réaliser des décors d'architecture et des statues ou sculptures. Synonyme : pierre blanche. Source : Wikipedia. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 1,0 1,1 1,2 1,3]
  2. Il existe des statues plus récentes à St-André, à savoir un très beau saint André datant de 1930 et un saint Jacques du même sculpteur Laouic Saliou : « La statue de saint André, oeuvre d'un artiste gabéricois et objet inscrit aux M.H. » ¤  [Ref.↑]
  3. La datation approximative du 17e siècle des statues de St-André ne semble pas véritablement étayée et proviendrait plus vraisemblablement des trois dates 1603, 1630 et 1614 qui apparaissent sur des inscriptions sur des pierres murales et le vitrail de la chapelle. [Ref.↑]
  4. Autant la restauration du quadiskell en 2013 nous semble une réussite, autant la réfection de la toiture en zinc par la municipalité cette même année nous semble plus critiquable. Notamment parce que son avancée orientale ne respecte pas les trois pans du chevet, et est carrément disgracieuse ! [Ref.↑ 4,0 4,1]


Thème de l'article : Patrimoine communal d'Ergué-Gabéric

Date de création : Juin 2016    Dernière modification : 20.01.2018    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]