1489 - Concession de construction du moulin de Kerhelan - GrandTerrier

1489 - Concession de construction du moulin de Kerhelan

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Sommaire

Une autorisation épiscopale pour le moulin de Kerelan, sur un ruisseau affluent de l'Odet.

Autres lectures : « Les moulins d'Ergué-Gabéric » ¤ « Recherches d'Henri Chauveur sur les traces du moulin de Crec'h Congar » ¤ « {{{2}}} » ¤ « Kerelan, francfief des Regaires de Quimper » ¤ 

1 Présentation

Déclaration de concession par l'évêque Alain pour la construction d'un moulin à Kerellan par Henry Cavellat en 1549.

Cette partie, aujourd'hui au sud-ouest de la paroisse d'Ergué-Gabéric, était à l'époque dépendante de Lanniron.

 

Document conservé aux Archives départementales du Finistère, série 1 G 86.

2 Transcription

Feuillet séparateur de relevé :

24 juillet 1489 | [...] pour un moulin [...] Cavellat | Lanniron | Kerelen | Moulin de Kerelan

* * *

Concession faite par Alain Seigneur Evesque à Henry Cavellat de construire un moulin en un parc et fenier [1] nomé prat an Enez [2] du village de Kerhelen en la paroisse de Lanniron, auquel village le dit Henry Cavellat demeure à titre de censse [3] et chefrente [4] parce que le dit Cavellat lui paira et aux autres evesques successeurs la somme de cinq sols monoye [5] de sens [3] [...] dessus le dit moulin à chacun terme de la saint Michel à commencer après que le dit moulin sera moulan sans préjudice porté aux droits et contracts précédents du dit Cavellat du dit village.

Lequel moulin commencera à moudre bled le samedy de Casresme presnant 12 feux [6] 149c suivant la reconnaissance du dit Cavellat

[...] le moulin du chartier [7] liasse du Cleuziou scavoir.

 

Document principal :

24 juillet 1489

Nous Alain par la grace de Dieu [... ] baillis [...] Henry Cavellat [...] moulin [...] village de Kerhelan en la paroisse de Lanniron [...] Henry Cavellat

[...]

3 Copies des actes

4 Annotations

  1. Fenier, s.m. : tas de foin, grange où l'on met le foin ; source : Lexique roman de Raynouard. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  2. Prat an Enez : début peu lisible sur un pli du papier, mais très plausible par déduction avec la transcription de 1540. En 1556 et 1562 la parcelle est nommée Prat an milin. [Ref.↑]
  3. Cens, s.m., censée, s.f. : le cens est la redevance annuelle, foncière et perpétuelle qui est due par celui qui possède la propriété utile d'un fonds, appelé censive, à celui qui en possède la propriété éminente, appelée seigneurie ; source : Wikipedia. [Terme] [Lexique] [Ref.↑ 3,0 3,1]
  4. Chefrente, s.f. : rente perpétuelle payable en argent ou en nature au seigneur suzerain par le détenteur d'un héritage noble. La chefrente était en principe immuable (Yeurch, histoire-bretonne). [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  5. Monoie, Monnoye, adj : un sol monoie désigne une petite pièce de monnaie faite de billons, c'est-à-dire de cuivre, tenant un peu d'argent, mais plus ou moins, suivant les lieux (Encyclopédie Diderot). Existence de « livres monnoie » et de « deniers monnoye » à signaler également, en complément des « livres tournois ». [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  6. Feu, s.m. : unité fiscale utilisée pour l'imposition jusqu'au 18e siècle. Dans certaines provinces (Bretagne, Dauphiné, Provence) le feu est devenu progressivement une unité de compte n'ayant plus aucun rapport avec les réalités démographiques. Par exemple, telle paroisse est imposée forfaitairement pour 4 feux 1/4, telle autre pour 6 feux etc. Il faut se garder de confondre ces feux fiscaux (dits feux de compoix) avec les feux « allumants », qui correspondent à des ménages. Source : Trésor Langue Française. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  7. Le moulin du Coutilly s'appelait autrefois le Moulin du Charretier : cf Coutilly, Meilh Koutili. [Ref.↑]


Thème de l'article : Etude et transcriptions d'actes anciens

Date de création : Mars 2009    Dernière modification : 26.07.2012    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]    Source : Jean-Jacques Pérès