Souvenirs d'électrification rurale dans les années 1932-1955 - GrandTerrier

Souvenirs d'électrification rurale dans les années 1932-1955

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Mémoires 
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [développé]

L'électrification des campagnes françaises ne s'est fait ni en un jour, ni même en une année : à Ergué-Gabéric il a aussi fallu plusieurs décennies pour que la fée Electricité arrive dans toutes les maisons.

On trouvera ci-dessous coupures de presse, photos et témoignages de cette propagation du progrès sur le territoire communal. Toutes infos complémentaires seront bien sûr les bienvenues pour enrichir le sujet.

Autres lectures : « 1937-38 Extension du réseau électrique communal » ¤ « Projet de barrage au Stangala, Journal des Débats et journaux régionaux 1928-29 » ¤ « 1929-1930 - Le combat de René Bolloré contre le barrage du Stangala » ¤ « 1937 - Pétition pour la construction du chemin rural de Stang-Venn » ¤ « FAUCHER Pierre - Balades et patrimoine à Ergué-Gabéric » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

En 1932 le député de Quimper reçoit du ministère de l'agriculture un accord de subvention à hauteur de 42% des dépenses d'électrification rurale des communes de Pluguffan, Plomelin et Ergué-Gabéric. Les travaux démarreront en 1933 et s’achèveront après guerre dans les années 1955-56.

Entre 1933 et 1939, la société Lebon et Cie pour la pose des lignes et les abonnements, et l'entreprise Cabagno vont s'activer pour déployer le réseau électrique dans toutes les fermes et lieux-dits isolées. Cela fera des dépenses communales supplémentaires et des impôts directs supplémentaires.

Le premier chantier amènera l'électricité et l'éclairage public au bourg et à Lestonan dès 1933. La photo ci-contre a été prise au bourg lors d'une fête de commémoration organisée vraisemblablement par le syndicat intercommunal d'électrification de la région de Quimper. À droite on peut voir un poteau électrique en béton ajouré mis en place par l'entreprise Cabagno.

René Le Reste se souvient de ces poteaux et des conflits avec les paysans lors de la pose des lignes : « C'est la Société Cabagno de Quimper [1], basée alors quartier de l'Hippodrome qui fut chargée de la mise en place de ces grands poteaux en ciment-ajourées un peu partout à la campagne au grand dam des paysans quelquefois, ... » § (suite)

Après guerre, dans les années 1950, l'électrification s'est poursuivie pour atteindre les hameaux les plus éloignés et des postes transformateurs supplémentaires de quartier ont été installées. Ces extensions de réseau amenaient l'électricité dans des maisons qui n'avaient pas eu la possibilité d'être branchées et, à chaque fois, les habitants fêtaient l’événement comme il se doit.

Ainsi par exemple en 1953, on organise à Garsalec une inauguration officielle du transfo de Guilly-Vraz, un vin d'honneur (cf. la photo ci-dessous) et une soirée dansante au café-épicerie Quelven : « Un vin d'honneur était organisé au bistrot Quelven l'inauguration du poste transfo de Guilly-Vraz qui eut lieu en fin de matinée au cours de laquelle est restée en mémoire locale la phrase biblique prononcée m'a-t-on dit par Jean-Marie Quéau de Parc Land, adjoint au maire : "Que la lumière soit et la lumière fut". Après le vin d'honneur, un bal fut organisé le soir dans la même salle par des musiciens amateurs secondés par un électrophone et un micro. » (René Le Reste).

 
Inauguration au bourg en 1932
Inauguration au bourg en 1932

Le progrès est indéniable : « Par la suite la fée lumière équipa progressivement les maisons du quartier et entre autres un commerçant débrouillard de Gourin, M Deregneaux il me semble, qui en profita pour vendre ses postes de radio : Radiola, Océanic, La voix de son maître. On put ainsi écouter Le tour de France par Georges Briquet au mois de juillet et pour les bretonnants Jakez Kroc'hen avec son compère Gwillou Bihan le dimanche. On mit au rébus la lampe pigeon, et on découvre l'ampoule électrique, une 25 watt, super pour les devoirs des écoliers. » (René Le Reste)

En novembre 1955 on pose un transformateur à Kerroué pour desservir enfin tous les villages de l'est de la commune le long de la route d'Elliant, de Keristin et Kerdilès au moulin du Jet : « Avec la mise sous-tension du poste de Kerroué, Ergué-Gabéric termine pour ainsi dire son plan d'équipement électrique. Il reste cependant le poste de Méouet en construction et quelques branchements isolés qui, nous le pensons, seront bientôt réalisés. » (Le Télégramme). Même le recteur Gustave se déplace pour la cérémonie d'inauguration et bénit le poste transformateur., et tout le monde est invité au vin d'honneur « pour arroser comme il se doit cette étape dans le modernisme qui ne doit pas s'arrêter en si bon chemin pour le bienfait de nos campagnes. ».

[modifier] 2 Exemples de Garsalec et Kerroué

Nouveau transfo à Quilly-Vraz / Garsalec en 1953 :

Garsalec
Garsalec

Deuxième rang :  : Jean Le Menn, maire ; Louis Bénéat ; Alain Quénéhervé ; Yvonne Guénadou ; Jos Bacon, Kernaou ; François Le Reste ; René Guillamet. Premier rang (les enfants) : Marcel Duvail ; Joël Duvail ; Anne-Marie Le Roux ; Hervé Quelven ; Laurent Quelven ; Michèle Quelven. Yvonne Guénadou  : c'est son nom de jeune fille (c'est ainsi qu'on nommait couramment les femmes , ou alors du nom de la ferme ou de son propre métier, ou celui du mari), c'est ici en fait l'épouse de Jean Le Roux et mère de la petite Anne-Marie Le Roux au 1er rang.

« La photo ci-dessus est prise à Garsalec, devant la salle de danse, bistrot, épicerie Quelven, dit "An hostilidi", le jour de l'arrivée officielle du courant. Un vin d'honneur était organisé au bistrot Quelven pour l'inauguration du poste transfo de Guilly-Vraz qui eut lieu en fin de matinée au cours de laquelle est restée en mémoire locale la phrase biblique prononcée m'a-t-on dit par Jean-Marie Quéau de Parc Land, adjoint au maire : "Que la lumière soit et la lumière fut". J'y ai noté les personnes de ma connaissance.

Après le vin d'honneur, un bal fut organisé le soir dans la même salle par des musiciens amateurs secondés par un électrophone et un micro. Un électricien de Briec s'occupa de la sono et fit aussi quelques photos. Et là j'y étais, ce fut une belle soirée, même si je ne dansais pas encore.

Par la suite la fée lumière équipa progressivement les maisons du quartier et entre autres un commerçant débrouillard de Gourin, M Deregneaux il me semble, qui en profita pour vendre ses postes de radio : Radiola, Océanic, La voix de son maître. On put ainsi écouter Le tour de France par Georges Briquet au mois de juillet et pour les bretonnants Jakez Kroc'hen avec son compère Gwillou Bihan le dimanche. On mit au rébus la lampe pigeon, et on découvre l'ampoule électrique, une 25 watt, super pour les devoirs des écoliers. »

 

Nouveau poste électrique à Kerroué en 1955 :

Kerroué
Kerroué

L'inauguration du nouveau secteur électrique de Kerroué, en Ergué-Gabéric [2]

« Hier, à 14 h. 30, a eu lieu à Kerroué l'inauguration d'un nouveau secteur électrique, qui actuellement apporte les bienfaits de la fée lumière à 28 foyers, jusqu'à présent totalement démunis de tout éclairage électrique. Les fermes de Keroué, Keristin, Kermoysan, Loqueltas, Kerdiles et les moulins du Faou, du Dréau, du Jet, sont les bénéficiaires de la dernière tranche des travaux d'électrification actuellement en cours dans la commune.

Avec la mise sous-tension du poste de Kerroué, Ergué-Gabéric termine pour ainsi dire son plan d'équipement électrique. »

§ Il reste cependant le poste de Méouet ...


[modifier] 3 Autres références

1932 - Subventions

Syndicats d'électrification

M. Bouilloux-Lafont, député de la 1ere circonscription de Quimper, qui s'intéresse tout particulièrement à la question de l'électrification rurale, vient d'être par le ministre de l'Agriculture que les subventions suivantes était accordées :

Extensions du réseau rural d'électrification aux écarts des trois communes d'Ergué-Armel, Kerfeunteun et Penhars. - [... ]

Communes de Pluguffan, Plomelin et Ergué-Gabéric. - « Subvention principale et complémentaire payable dans la limite des disponibilités budgétaires s'élevant à 42% des dépenses qui seront réellement faites, le maximum de cette subvention étant de 233 940 francs, soit un relèvement de 169.920 francs sur le maximum prévu par la décision du 23 juin 1931. »

Syndicat de Concarneau. - [...]

 

1933 - Publicité du Syndicat d'électrification

Syndicat intercommunal d'électrification de la région de Quimper

Electricité. - Le président du Syndicat intercommunal d'électrification de la région de Quimper a l'honneur d'informer les habitants des communes du Syndicat que la Société LEBON et Cie met en application des tarifs spéciaux pour l'électricité comportant des prix réduits, notamment :

Tarif à compteur unique pour éclairage et applications domestiques ;

Tarif pour cuisine électrique ;

Tarif pour appareils utilisant l'énergie exclusivement de nuit ;

Tarif pour force motrice basse tension dans les fermes.

Pourront bénéficier des avantages de ces tarifs les consommateurs dont l'abonnement aura été établi en conséquence.

Pour tous renseignements s'adresser à la Société LEBON et Cie.


[modifier] 4 Annotations

  1. L'un des chefs d'équipe de la Société Cabagno était Jean-Louis Poupon du bourg qui fut aussi un moment Président de L'USEG foot, l'AEG de nos jours. [Ref.↑]
  2. Coupure de presse signalée par Pierre Faucher dans son livre « Balades et patrimoine à Ergué-Gabéric ». [Ref.↑]


Thème de l'article : Mémoires de nos anciens gabéricois.

Date de création : Décembre 2018    Dernière modification : 12.01.2019    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]