Jean Mahé, maire (1881-1882) - GrandTerrier

Jean Mahé, maire (1881-1882)

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Personnages
 Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Image:PennBrasoùSmall.jpg
Personnage Politique


Jean Mahé
maire d'Ergué-Gabéric
Mandats 1881-1882
Profession agriculteur
Domicilié au Bourg
Courant politique divers droite
Faits marquants élections contestées pour raison de votants non inscrits, mandat court suite à son décès, relations conflictuelles avec le préfet, création d'une foire aux bestiaux à Kerdévot
<< précédent << Liste complète des maires >> suivant >>
Autres lectures : « 1881 - Création d'une foire annuelle aux bestiaux sur le lieu de Kerdévot » ¤ « Elections municipales houleuses et contestées, l'Impartial du Finistère 1881 » ¤ « Éloge funèbre pour le maire Jean Mahé, l'Impartial du Finistère 1882 » ¤ 

[modifier] 1 Biographie

Jean Guillaume Mahé est né le 30 octobre 1839 à Ergué-Gabéric. Le 15 novembre 1863 il se marie avec Marie Perrine Barbe Le Floch et exerce le métier d'agriculteur à Kerdévot. Il décède au Bourg le 24 août 1882, 19 mois après son élection comme maire.

 

Informations généalogiques :

[modifier] 2 Mandat municipal

En 1881, une nouvelle loi électorale est appliquée : les conseillers sont élus au suffrage universel, et le maire par les conseillers. A Ergué, deux listes sont en compétition, une conservatrice (dite « réactionnaire ») et une républicaine conduite par le maire sortant Joseph Le Roux de Lezouanac'h. La liste conservatrice l'emporte avec une avance de 65 voix et Jean Mahé est élu maire.

Mais cette élection est contestée pour ouverture tardive des bureaux de vote, mais également pour les raisons suivantes :

  • Des personnes non inscrites sur les listes électorales ont été autorisées à voter.
  • M. Bolloré a menacé ses ouvriers de les congédier s'ils ne votaient pas pour lui. Il aurait même verser de l'argent pour qu'on vote pour sa liste.
  • Les mendiants ne sont plus admis au Bureau de Bienfaisance s'ils ne votent pas pour la liste conservatrice.

Après enquête du conseil préfectoral, il est décidé d'invalider le poste du 16e conseiller qui doit laisser sa place à un républicain, du fait de 47 votants non inscrits.

 

Suite à enquête auprès des 20 communes voisines, obtient du préfet le droit à créer une foire annuelle le lundi après le grand pardon de Kerdévot : « Le Conseil, après en avoir délibéré, partageant l'avis de son président, émet le vœu qu'il soit créé une foire annuelle au lieu de Kerdévot, en cette commune, et que cette foire se tienne le lundi après le deuxième dimanche de Septembre », délibération du 28 février 1881.

Dans son édition du 26 août 1882, le journal catholique « l'Impartial du Finistère » fait un éloge funèbre du maire : « Resté fidèle aux vieilles traditions bretonnes, M. Mahé était bon catholique et savait au besoin se faire respecter. Tout en remplissant correctement ses fonctions municipales, il n'essayait pas de dissimuler son peu de sympathie pour le régime républicain ; aussi l'administration préfectorale ne lui ménageait-elle pas les tracasseries de tout genre ».

Dans le même article, le journaliste relate ses rapports conflictuels avec l'administration, et sa répartie lors d'une convocation à la préfecture : « - Oh ! Monsieur le préfet [1], vous pouvez être tranquille, je ne me laisserai pas plus mener par mon curé que par vous ».

[modifier] 3 Résultats des élections

Election du maire et d'un adjoint en séance du 23 janvier 1881 :

  • Maire : Jean Mahé (14 voix, élu), Hervé Le Roux (1).
  • Adjoint :
    • 1er tour : Hervé Le Roux (7), René Riou (7), Louis Bacon (1).
    • 2e tour : Hervé Le Roux (8 vois, élu), René Riou (7).
  • Les 15 conseillers présents ont signé. Un absent = René Bolloré.
 

Équipe municipale :

  • 16 conseillers en 1881 : Louis Bacon, Jean Le Berre, François Istin, Jean Le Grand, Hervé Le Roux, Alain Feunteun (de Kerfrès), Alain Feunteun (de Gongallic), Jean Yaouanc, Jean-Louis Huitric, Yves Laurent, François Nédelec, Jean Mahé, Pierre Pennanec'h, René Riou, Alain Le Roux, René Bolloré.

[modifier] 4 Annotations

  1. Le Comte Léon-Paul Lagrange de Langre est né en 1830 et décédé en 1909. Il est préfet de l'Orne en 1876, de la Sarthe en 1877. Le 20 novembre 1880 il succède à Louis-Gilbert Leguay à la préfecture du Finistère, et il est nommé préfet des Alpes-Maritimes de 1882 à 1885. Son successeur à Quimper le 11 juillet 1882 est M. Gragnon. L-P. Lagrange est l'auteur d'un « manuel de l'engagé volontaire ». [Ref.↑]


Thème de l'article : Biographie et histoire d'un mandat de maire

Date de création : septembre 2006    Dernière modification : 20.03.2017    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]