Elections municipales du 1er mai 1904, L'Action Libérale de Quimper et autres journaux - GrandTerrier

Elections municipales du 1er mai 1904, L'Action Libérale de Quimper et autres journaux

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Gazettes
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Élections locales sur fond de batailles rangées entre républicains et conservateurs, avec un sujet qui fâche, la future loi de la Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905.

Autres lectures : « Hervé Le Roux, maire (1882-1906) » ¤ « 1902 - Documents sur la fermeture de l'école Notre-Dame de Kerdévot » ¤ « 1902 - Documents sur la fermeture de l'école Notre-Dame de Kerdévot » ¤ « 1904 - Dénonciation par le préfet d'un sermon pour la retraite des conscrits » ¤ « Résistance contre l'inventaire des biens religieux à Ergué-Gabéric, journaux divers 1906 » ¤ « Jean Hascoët, recteur (1897-1908) » ¤ « François Nicolas, vicaire (1900-1905) » ¤ « Nécrologie de René Bolloré, Le Finistère 1905 » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Le 1er mai 1904, après six mandatures du maire conservateur Hervé Le Roux, Ergué-Gabéric doit élire sa nouvelle équipe municipale. Les journaux « L'Action Libérale de Quimper » [1] et « Le Courrier du Finistère » [2] se réjouissent du scrutin à 64 % des voix exprimées : « Les 21 conseillers sortants libéraux ont été réélus par 345 voix contre 194. C'est un magnifique résultat. L'ancien Conseil a obtenu une écrasante majorité ».

Par contre le journal républicain « Le Finistère » [3] revient sur le déroulement de cette élection : « Pendant toute la semaine électorale, on n'a vu sur les routes d'Ergué-Gabéric que le recteur et ses deux vicaires, faisant ouvertement métier d'agents électoraux ». Et plus grave : « Dans telle ferme, ils sont allés racoler à haut prix des distributeurs de bulletins ».

Outre la liste de toutes les manœuvres des membres du clergé (menaces de licenciement, interventions auprès des épouses, ...), on sent dans les attaques du correspondant républicain les grandes bagarres politiques des années 1902-1906 autour du thème de la Séparation des Églises et de l’État. A Ergué-Gabéric cela donnera lieu à la fermeture très contestée de l'école privée du bourg en 1902, la mutation du vicaire François Nicolas (suite à dénonciation sur ces agissements en fin d'année 1904), à la lutte acharnée des paroissiens contre les Inventaires des biens de l'église en 1906.

L'article du Finistère ne mentionne pas les noms des républicains qui ont été battus à plate couture, juste l'évocation d'un « des plus honorables candidats républicains d'Ergué-Gabéric » qui essuie quelques pressions pour retirer sa candidature. À la lecture des autres élections et pétitions de cette période, on peut supposer que les principaux opposants lors de ces élections municipales étaient : Louis Guyader de Squividan, Albert Le Guay du Cleuyou, Jean Louis Le Roux de Lesvouanarc'h, Pierre Le Roux de Kernaon, Louis Balès de St-André.

 

Quant aux 21 candidats élus conservateurs, nous avons publié le décompte des voix obtenues : cf détail au chapitre suivant. On peut remarquer que le nombre de ratures est faible, l’écart étant faible entre le meilleur score et le dernier. Seul le résultat de l'industriel René Bolloré n'est pas connu, car, sans doute souffrant (il décèdera à Odet le 10 juillet de cette année 1904), il n'était pas présent à la séance de nomination du maire.

Aux journaux de 1904, nous avons joint ceux de 1906 relatant le décès d'Hervé Le Roux, car les articles nécrologiques de « L'Action Libérale de Quimper » [1] donnent un éclairage sur une mandature locale très importante : maire pendant 25 ans, élu à 34 ans en 1982, 7 élections successives.

Le journaliste ne tarit pas d'éloges : « En plus d'un homme pondéré, il avait cette foi profonde et solide qui menace de s'amoindrir, hélas, de nos jours, même en Bretagne, et qui le fit mener cette vie patriarcale et si digne qu'elle peut servir d'exemple à tous ses administrés ».

L'article donne également l'appréciation du préfet, républicain de par sa position et des institutions : « Il serait à désirer que tous les maires de mon département fussent comme M. le Maire d'Ergué-Gabéric car jamais il ne m'a créé de difficultés ».

Effectivement, on ne trouve pas de critique directe adressée à Hervé Le Roux par les institutions, les républicains préférant s'attaquer aux agissements des prêtres alliés aux conservateurs. Par contre, en ce qui concerne le successeur Louis Le Roux à la mairie, le préfet dans ses rapports écrit en 1908 « Municipalité réactionnaire. Sera réélue » et ira jusqu'à dire en 1912 « Cette commune a toujours été réactionnaire. Le maire M. Le Roux est un paysan manquant de franchise ».

[modifier] 2 Décomptes des élus

Résultats du scrutin

Le résultat du vote du 1er mai est de 345 bulletins pour la liste conservatrice sortante et de 199 (ou 194) pour l'opposition républicaine.

Voix de chacun des 21 candidats conservateurs élus, en tenant compte des noms rayés, détail donné lors de la séance d'élection du maire :

  1. Louis LE ROUX, 351 voix
  2. Hervé LE ROUX, 350
  3. René RIOU, 348
  4. René BOLLORÉ, ?
  5. Jean-Marie LAURENT, 347
  6. Mathias FEUNTEUN, 346
  7. Louis BACON, 345
  8. Louis QUELVEN, 345
  9. Hervé LE CORRE, 345
  10. René LOZAC'H, 345
  11. Joseph LE DÉ, 345
  12. Hervé LE GOFF, 345
  13. Laurent KERGOURLAY, 345
  14. René FEUNTEUN, 345
  15. Joseph BACON, 344
 
  1. Yvon LE TIRANT, 344 voix
  2. Louis RANNOU, 344
  3. Jean BRIAND, 344
  4. Jean LE BERRE, 344
  5. Yves SALAUN, 344
  6. François GUILLOU, 341


Nomination du maire et des 2 adjoints

Vote du 15 mai, à 8H en mairie : 20 votants. René Bolloré, sans doute souffrant, est absent de la séance de vote. Son nombre de voix du scrutin du 1er mai n'est pas indiqué, il est classé 4e sur la liste.

  • Maire
    • Hervé LE ROUX : 19 (élu)
    • René RIOU : 1
  • 1er adjoint
    • René RIOU : 15 (élu)
    • Louis LE ROUX : 5
  • 2e adjoint
    • Louis LE ROUX : 19 (élu)
    • Mathias FEUNTEUN : 1


[modifier] 3 Articles de presse

L'Action Libérale du 4 mai 1904 :

Ergué-Gabéric.

Les 21 conseillers sortants libéraux ont été réélus par 345 voix contre 194.
C'est un magnifique résultat. L'ancien Conseil a obtenu une écrasante majorité.
C'est un grave échec pour les opportunistes et plus spécialement pour M. Soudry qui avait soutenu, de toute son influence, la liste battue.

Le Finistère du 4 mai 1904 :

Gazette bretonne. Finistère. Les élections municipales dans le Finistère.

Arrondissement de Quimper.

Ergué-Gabéric (21 conseillers). - La liste républicaine est réélue par 345 voix contre 199 à la liste Républicaine.

Le Finistère du 7 mai 1904 [4] :

Ergué-Gabéric. - Élections municipales

Une lettre qui nous est adressée par l'un de nos amis de cette commune donne des renseignements à peine croyables sur l'audace des manœuvres réactionnaires et tout particulièrement sur le rôle joué par le clergé dans l'élection.

Pendant toute la semaine électorale, on n'a vu sur les routes d'Ergué-Gabéric que le recteur et ses deux vicaires, faisant ouvertement métier d'agents électoraux. De tous les agents salariés, aucun ne peut se vanter d'avoir fait aussi active besogne que ces prêtres en rébellion contre l'autorité des évêques et contre l'esprit même de l’Évangile.

Partout on retrouve trace de leur passage, et ce n'est assurément pas à leur honneur. Dans telle ferme, ils sont allés racoler à haut prix des distributeurs de bulletins. Dans telle autre, ils ont menacés d'exercer leur influence sur le propriétaire pour faire congédier le fermier, s'il hésitait à marcher avec eux.

Quand ces manœuvres ne réussissaient pas auprès des hommes, ce sont les femmes qu'on mettait en jeu. Un des plus honorables candidats républicains d'Ergué-Gabéric pourrait raconter à ce sujet une édifiante histoire. Sollicité de désavouer publiquement sa candidature, afin d'arriver à désorganiser la liste républicaine, il s'y était courageusement refusé. Tous les efforts du clergé se tournèrent alors vers sa femme, et la discorde entra dans le ménage, sans doute au nom du Dieu qui a dit : « Aimez-vous les uns les autres ! ».

Hâtons-nous d'ajouter, à l'honneur du candidat dont il s'agit, qu'il a résisté jusqu'au bout. Mais, de bonne foi, nous demandons si des prêtres comme ceux d'Ergué-Gabéric ne sont pas, surtout à l'heure actuelle, les pires ennemis de l'intérêt religieux.

Le jour du scrutin, les mêmes prêtres n'ont cessé de s'exhiber sur la place publique pour remplir de la même façon leur ministère évangélique, au milieu du tumulte électoral.

Ils ont pu se croire vainqueurs ce jour-là, avec le parti politique au service duquel ils s'étaient mis. Mais ils ne tarderont pas à s'en apercevoir : ce que gagne le cléricalisme, c'est la religion qui le perd.

Le Finistère du 18 mai 1904 :

Gazette bretonne. Finistère. Les élections municipales dans le Finistère. Élections des municipalités.

La journée de dimanche a fixé pour quatre ans le sort des administrations communales du Finistère.

Arrondissement de Quimper.

Ergué-Gabéric. - Maire : Hervé Le Roux, réactionnaire ; adjoints : René Riou et Louis Le Roux, réactionnaires. - Rien de changé.

 

L'Action Libérale du 27 juillet 1906 [4] :

Nouvelles départementales.

Ergué-Gabéric. - Nécrologie. - Nous apprenons avec un vif regret la mort, à l'âge de 60 ans, à Mélennec, en Ergué-Gabéric, de M. Hervé-Jean Le Roux, cultivateur et maire de cette importante commune.

Quand on approchait M. Hervé Le Roux, on avait l'impression de se trouver en face d'un homme fort au physique et au moral.

En plus d'un homme pondéré, il avait cette foi profonde et solide qui menace de s'amoindrir, hélas, de nos jours, même en Bretagne, et qui le fit mener cette vie patriarcale et si digne qu'elle peut servir d'exemple à tous ses administrés.

C'est aussi un lourd héritage de vertus qu'il laisse à ses enfants qui l'entouraient du plus grand respect et de la plus vive affection.

Un homme d'une telle valeur morale ne pouvait manquer d'attirer la sympathie et la confiance de ses concitoyens. Aussi ceux-ci la lui témoignèrent-ils, pendant plus de trente ans, en le nommant conseiller municipal et en le plaçant à leur tête comme maire, en 1882.

Les obsèques de cet homme de bien auront lieu à 10 heures, dimanche 29 juillet, en l'église paroissiale d'Ergué-Gabéric.

Nous offrons à Mme Le Roux, sa digne épouse, à ses enfants que ce deuil frappe si cruellement, et à toute la famille, l'expression de nos vives et sincères condoléances.

L'Action Libérale du 1er août 1906 [4] :

Ergué-Gabéric. - Les obsèques de M. Hervé Le Roux, maire, ont eu lieu, dimanche après-midi, ainsi que nous l'avions annoncé dans notre dernier numéro.

Elles ont affecté, on peut le dire, le caractère d'un deuil public. La commune tout entière, la presque unanimité des maires du canton, l'usine Bolloré d'Odet avec son personnel, les personnalités sociales et politiques, les nombreux amis que comptait à Quimper le regretté défunt, nul n'avait voulu se soustraire au devoir de lui rendre le suprême hommage.

Là plus d'adversaires : le pieux recueillement qui régnait dans cette foule montrait avec la plus grande éloquence qu'à cette heure existait la communauté des sentiments. Peut-il en être autrement, en effet ? Est-ce qu'une vie si digne et si intègre, parce que chrétienne, qu'elles s'applique à l'époux, au père de famille, au maitre ou au magistrat du conseil municipal n'oblige pas tous les fronts à s'incliner, quand n'aveugle pas l'esprit de parti ?

Oui, certes, l'homme qui s'en allait imposait tous les respects, et nous ne saurions mieux le prouver qu'en rappelant le jugement porté, un jour, sur lui par le premier magistrat du département. « Il serait à désirer que tous les maires de mon département fussent comme M. le Maire d'Ergué-Gabéric car jamais il ne m'a créé de difficultés ».

Trouvant grâce auprès des hommes, il aura été, nous l'espérons, bien accueilli par le Souverain juge qui, lui, a des trésors de bonté infinie.

Un grand service, recommandé par le Conseil municipal, sera chanté vendredi prochain, à 7 heures, en l'église paroissiale. Le grand service d'octave aura lieu dimanche, à 9 h. 1/2.

Le Courrier du Finistère du 4 août 1906 :

Ergué-Gabéric. Nécrologie.

C'est avec un bien vif regret que nous avons appris la mort, survenue après une longue maladie, de M. Hervé Le Roux, cultivateur au village de Mélennec et maire de la commune d'Ergué-Gabéric.

Le Courrier du Finistère du 18 août 1906 :

Ergué-Gabéric. Convocation d'électeurs.

M. le préfet du Finistère vient de prendre un arrêté convoquant les électeurs de la commune d'Ergué-Gabéric pour le dimanche 23 septembre prochain, à l'effet d'élire quatre conseillers municipaux, en remplacement de MM. René Bolloré, Jean-Marie Laurent et Hervé Le Roux, maire, décédés, et de M. Briand, démissionnaire.


[modifier] 4 Coupures de presse


[modifier] 5 Annotations

  1. Le journal « L'Action libérale de Quimper » a été lancé le 31 décembre 1902. L'Action libérale ou Action libérale populaire (1901-1919) était un parti politique français de la Troisième République représentant les catholiques ralliés à la République. Le journal de Quimper deviendra « L'Indépendant du Sud-Finistère ». [Ref.↑ 1,0 1,1]
  2. Le « Courrier du Finistère » est créé en janvier 1880 à Brest par un imprimeur Brestois, Jean-François Halégouët qui était celui de la Société anonyme de « l'Océan » qui éditait à Brest depuis 1848 le journal du même nom, et par Hippolyte Chavanon, rédacteur en chef commun des deux publications. Le but des deux organes est de concourir au rétablissement de la monarchie. Le Courrier du Finistère est, de 1880 à 1944, un journal hebdomadaire d'informations générales de la droite légitimiste alliée à l'Église catholique romaine jusqu'au ralliement de celle-ci à la République. Il est resté ensuite le principal organe de presse catholique du département, en ayant atteint un tirage remarquable de 30 000 exemplaires en 1926. Rédigé principalement en français, il fait une place remarquable à la langue bretonne, qui est, alors, pour certains ruraux, la seule langue lisible, grâce à l'enseignement du catéchisme. Ayant continué de paraître pendant l'Occupation allemande (1940-1944), Le Courrier du Finistère fait l'objet d'une interdiction de parution. Pour lui faire suite, le diocèse de Quimper a suscité la création d'un hebdomadaire au contenu unique, mais sous deux titres, le Courrier du Léon et le Progrès de Cornouaille. [Ref.↑]
  3. Le Finistère : journal politique républicain fondé en 1872 par Louis Hémon, bi-hebdomadaire, puis hebdomadaire avec quelques articles en breton. Louis Hémon est un homme politique français né le 21 février 1844 à Quimper (Finistère) et décédé le 4 mars 1914 à Paris. Fils d'un professeur du collège de Quimper, il devient avocat et se lance dans la politique. Battu aux élections de 1871, il est élu député républicain du Finistère, dans l'arrondissement de Quimper, en 1876. Il est constamment réélu, sauf en 1885, où le scrutin de liste lui est fatal, la liste républicaine n'ayant eu aucun élu dans le Finistère. En 1912, il est élu sénateur et meurt en fonctions en 1914. [Ref.↑]
  4. Information et document communiqués par Pierrick Chuto, passionné d'histoire régionale, est l'auteur de nombreux articles (Le Lien du CGF, La Gazette d'Histoire-Genealogie.com ... ) et de cinq livres sur le Pays de Quimper : § [ses publications] .. [Ref.↑ 4,0 4,1 4,2]


Thème de l'article : Coupures de presse relatant l'histoire et la mémoire d'Ergué-Gabéric

Date de création : Janvier 2013    Dernière modification : 6.07.2014    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]