1858-1864 - Actions municipales pour l'extinction de la mendicité - GrandTerrier

1858-1864 - Actions municipales pour l'extinction de la mendicité

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Sommaire

Autres lectures : « 1847 - Etat nominatif des mendiants gabéricois » ¤ « 1845 - Subvention municipale pour l'envoi d'une mendiante en soins * » ¤ « 1844 - Placards réglementaires pour les cabarets gabéricois » ¤ 


1 Présentation

La série ci-dessous de documents datés de 1858 à 1864 [1] est conservée aux Archives Départementales du Finistère sous les cotes 3 X 40 (1858) et 3 X 41 (1860, 1862, 1864).

Ces documents illustrent les effets d'une politique préfectorale dans une commune rurale dont le maire s'applique à bien exécuter cette « œuvre si éminemment chrétienne et civilisatrice  ».

Les mesures organisées pour supprimer la pratique de la mendicité sont les suivantes :

  • Les consignes municipales sont données et contrôlées par les services de la préfecture, et en l’occurrence par le préfet en personne, le baron Charles Richard [2], qui attache une grande importance à son « œuvre d'extinction de la mendicité ».
  • Les bienfaiteurs et généreux donateurs de la commune sont invités à verser une cotisation qui alimente la caisse de bienfaisance en faveur des indigents.
  • Tous les ans un recensement des indigents est effectué, à savoir d'une part les enfants de moins de 12 ans (au nombre de 40 en 1858 et 47 en 1860), et d'autre part les adultes (40 en 1858 et 53 en 1860).
  • Ensuite tous les enfants de moins de 12 ans qui ne vivent que de mendicité sont placés chez des bienfaiteurs où ils sont logés et nourris.
  • Les adultes sont classés en deux catégories : la première concernant les plus nécessiteux bénéficie d'une allocation (aumône) versée par la commission de bienfaisance, la seconde est prise en charge ponctuellement par le bureau de bienfaisance.
  • En enfin, en 1862, après plusieurs années de fonctionnement du programme de bienfaisance, le préfet demande à passer à une étape dite de « répression » : la commune d'Ergué-Gabéric sera la première de son arrondissement à décréter un interdit de mendicité, dont l'affiche sera communiquée par le préfet à titre d'exemple aux autres 8 villes et communes voisines, Quimper y compris.
 
Placard de 1859 du baron Richard , préfet du Finistère  (ADF 4M68)
Placard de 1859 du baron Richard [2], préfet du Finistère (ADF 4M68)

2 Transcriptions

1858 - Lettres du maire d'Ergué-Gabéric et du préfet [2]

Finistère. Mairie d'Ergué-Gabéric. Extinction de la mendicité.
Ergué-Gabéric le 17 mars 1858.
Monsieur le Préfet [2],

Ayant eu l'honneur de vous informer par une lettre du 10 février dernier du résultat de nos premières démarches pour l'extinction de la mendicité, je suis heureux de vous annoncer aujourd'hui qu'elles sont couronnées de succès. En effet, recensement fait des pauvres et état dressé par les commissaires sectionnaires, de la cotisation individuelle, trois séances nous ont suffi pour trouver le moyen de répartition le plus facile et le plus en rapport avec chaque catégorie d'indigents.

Or, ce moyen le voici, tel que je l'ai publiquement et nominativement fait connaitre aux intéressés, et séance exécutoire pour le vingt un courant.

Quarante enfants au dessous de douze ans seront nourris et logés chez leurs bienfaiteurs.

Vingt iront recevoir au domicile de leurs bienfaiteurs, l'aumône qui leur est fixée par le comité.

Vingt autres seront à la charge du bureau de bienfaisance qui pourvoira en outre, dans la mesure de ses ressources, au soulagement des malades et à l'entretien des plus nécessiteux.

Quoique quelques bienfaiteurs se sont désistés d'une partie de leur cotisation, nous pouvons encore, du moins pour le moment, faire face aux besoins des indigents de la commune.

Daignez agréer, Monsieur le Préfet, la nouvelle assurance de mon profond respect.

Le maire d'Ergué-Gabéric. Feunteun [3].


Extinction de la mendicité. Commune d'Ergué-Gabéric. 3,204 3261.

20 mars 1918. Maire d'Ergué-Gabéric.

J'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 17 de ce mois, pour me rendre compte des mesures prises dans votre commune pour parvenir à l'extinction de la mendicité.

Je vous remercie beaucoup, M. le Maire, du zèle que vous avez mis à seconder les vues de l'administration et vous félicite des résultats très satisfaisants que vous avez obtenus. Il ne vous reste plus, M. le Maire, de [...] M. votre Recteur et les hommes honorables qui vous prêteront leur appui, qu'à maintenir la situation que vous avez réussi à créer, et je vous prie d'y employer tous vos efforts, toute votre influence auprès de vos administrés. Ce n'est pas tout que d'avoir fondé une œuvre comme celle que nous entreprenons ; il faut que cette œuvre [...], et pour [...] que l'action continue et persévérante de tous les gens de bien est indispensable. Je compte sur votre dévouement et sur celui de la commission charitable, à laquelle je vous serai obligé de [...] l'expression de mes [...] et de mes félicitations.

Charles Richard [2]

1858 - Situation dans l'arrondissement de Quimper

N°1. Préfecture du finistère. 15 mars 1858.
Situation de l’œuvre fr l'extinction de la mendicité dans l'arrondissement de Quimper.

Canton : Quimper.
Commune : Ergué-Gabéric.

Paraît marcher très bien. On ignore ce qui a été définitivement arrêté. [ Tout est organisé.

1860 - Lettre du maire d'Ergué-Gabéric

Finistère. Mairie d'Ergué-Gabéric.
Ergué-Gabéric le 12 juillet 1860.
À Monsieur le Préfet du Finistère à Quimper.


Monsieur le Préfet [2].

Extinction de la mendicité. Situation de l’œuvre.

Déjà j'ai eu l'honneur de vous informer par mes lettres du 17 mars 1858 et celle du 1er août 1859 du bon résultat de nos premières démarches pour l'extinction de la mendicité.

Aujourd'hui je suis encore heureux de vous annoncer que nos efforts persévérants et et empressés pour une œuvre si éminemment chrétienne et civilisatrice sont couronnés de succès.

En effet, aidé du concours généreux de Mr le Desservant, j'ai fait comme l'année dernière, le recensement des pauvres de ma commune. J'ai ensuite dressé l'état de la cotisation individuelle. Ce travail préparatoire nous a aidé à trouver le moyen de répartition le plus facile et le plus en rapport avec chaque catégorie d'indigent.

Or voici la méthode que nous avons suivie et qui en bonne et parfaite exécution depuis le 24 mars 1858.

1° 47 enfants au-dessous de 12 ans sont nourris et logés chez leurs bienfaiteurs.

2° 20 indigents, vont recevoir à domicile l'aumône qui leur est allouée par le comité.

3° 33 autres sont à la charge du bureau de bienfaisance qui pourvoit en outre suivant ses ressources au soulagement des malades.

Voilà, Monsieur le Préfet la marche que nous nous avons suivie et ses heureux résultats que nous avons obtenus depuis l'année dernière.

Nos pauvres semblent heureux de cet état de chose, et nous nous nous plaisons à croire que nous pourrons continuer à alléger leurs souffrances. Cependant nous l'avouons avec peine, quelques bienfaiteurs tendent à diminuer leur aumône.

Recevez, Monsieur de Préfet, l'assurance de mon profond respect. Feunteun [3].

 

1860 - Situation dans l'arrondissement de Quimper

Préfecture du Finistère.
Situation de l’œuvre de l'extinction de la mendicité dans l'arrondissement de Quimper. 1860.

Canton : Quimper.
Commune : Ergué-Gabéric.

Tout est organisé. Se félicite de plus en plus des résultats.

1862 - Lettres du préfet aux administrés de l'arrondissement de Quimper

Extinction de la mendicité. Commune d'Ergué-Gabéric. 23 janvier 1862.

M. Laurent, secrétaire de la commission pour l'extinction de la mendicité à Ergué-Gabéric.

M. le président de la commission pour l'extinction de la mendicité m'a sa signalé le concours, tout particulièrement utile, que vous lui avez prêté jusqu'ici pour l'accomplissement de l’œuvre confiée à ses généreux efforts.

C'est un plaisir et un devoir pour moi, Monsieur, de vous exprimer tous les remerciements de l'administration. J'espère que vous voudrez bien continuer à la commission, dans l'application du nouveau mode d'assistance qu'elle vient d'adopter, le concours de votre zèle et de votre dévouement. Comme elle, j'y attache le plus grand prix.

Ch. Richard, Préfet [2].


Extinction de la mendicité. Commune d'Ergué-Gabéric. 24 janvier 1862.

Maire d'Ergué-Gabéric.

Depuis que l’œuvre de l'extinction de la mendicité a été entreprise, vous apportez à son accomplissement un zèle et un dévouement dont je ne saurais trop vous remercier.

Ces efforts, M. le Maire, portent leurs fruits : vous avez obtenu des résultats véritablement remarquables ; je vous en félicite et vous prie d'en féliciter, en mon nom, la Commission toute entière qui vous a prêté un si précieux concours.

Aujourd'hui que l'assistance est organisée dans votre commune, il faut songer à organiser la répression. Je vous engage donc à prendre immédiatement un arrêté pour interdire la mendicité à Ergué-Gabéric. Vous voudrez bien me faire parvenir plusieurs copies de cet arrêté, et je les transmettrai aux Maires des communes voisines avec mes recommandations particulières.

Ch. Richard. Préfet [2].


Extinction de la mendicité. 15 mars 1862.
Commune d'Ergué-Gabéric.

Maires de Quimper, Ergué-Armel, Kerfeunteun, St-Evarzec, Coray, Briec, Elliant, Rosporden.

J'ai l'honneur de vous adresser un exemplaire de l'arrêté pris par M. le Maire d'Ergué-Gabéric pour interdire la mendicité dans sa commune.

Je vous prie, M. le Maire, de donner la plus grande publicité à cet arrêté.

Je recommande à votre attention toute particulière les mesures adoptées dans la commune d'Ergué-Gabéric. Ce qui s'est fait dans cette commune peut évidemment se faire avec le même succès dans celle que vous administrez, et je compte sur tous vos efforts, sur tout votre dévouement pour la faire jouir bientôt des avantages de l’œuvre, éminemment utile, que nous avons entreprise.

Charles Richard [2]

1864 - Lettre du maire d'Ergué-Gabéric

Mairie d'Ergué-Gabéric. Finistère.

Ergué-Gabéric, le 29 septembre 1864.

Monsieur le Préfet.

J'ai l'honneur de répondre à votre lettre du 8 de ce mois en vous faisant connaître que l’œuvre de l'extinction de la mendicité est tout-à-faire établie dans ma commune. Les membres du bureau se réunissent tous les trois mois pour régler cette œuvre et ils partagent avec beaucoup de soins à tous les nécessiteux qui se présentent, l'aumône chacun selon leur besoin.

Daignez agréer Monsieur le Préfet, l'hommage de mes respectueux serviteurs.

Le Roux maire [4]

3 Originaux

4 Annotations

  1. Information et document communiqués par Pierrick Chuto, passionné d'histoire régionale, auteur de nombreux articles (Le Lien du CGF, La Gazette d'Histoire-Genealogie.com ... ) et de cinq livres sur le Pays de Quimper : § [ses publications] .. [Ref.↑]
  2. Charles-Victor-Louis Richard (1803-1888), né à Toulouse et décédé à Quimper, est préfet du Finistère de 1851 à 1868. Avant cette date il est conservateur des archives municipales de Rouen, puis sous-préfet à Châteaulin en 1848, à Morlaix en 1849. Il est nommé préfet honoraire et mis à la retraite en 1868. [Ref.↑ 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 2,8]
  3. Michel Feunteun, cultivateur à Congallic, est maire d'Ergué-Gabéric de 1855 à 1862. [Ref.↑ 3,0 3,1]
  4. Joseph Le Roux, agriculteur à Lezouanac'h, est maire d'Ergué-Gabéric de 1862 à 1881. [Ref.↑]


Thème de l'article : Etude et transcriptions d'actes anciens

Date de création : Octobre 2011    Dernière modification : 19.12.2011    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]