Santez Aziliz - GrandTerrier

Santez Aziliz

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


sz. Aziliz
Vie / Buhez : née d'une grande famille de Rome au 3e siècle, patronne des musiciens, souvent figurée avec un orgue
Genre / Reizh : Féminin
Signification / Sinifiañs : origine Germanique, Adal=Noble, Haïd=Lande. Si "Aziliz" est assimilé à "Cécile". Ce prénom vient de "Adélaïde", via les anciennes formes " Adélice" et "Azelice". La forme galloise "Alys" a donné "Alice".
Variantes / Argemmoù : Adelaide (Divers) - Adelice (Bretagne) - Adelicia (Bretagne) - Adélaïde (Divers) - Aileas (Ecosse) - Ailis (Irlande) - Ailisa (Irlande) - Ailise (Irlande) - Ailish (Irlande) - Ailse (Irlande) - Alice (Divers) - Alis (Pays de galles) - Alix (Divers) - Allison (Irlande) - Alys (Pays de galles) - Alyson (Irlande) - Azelice (Bretagne) - Azilis (Bretagne) - Aziliz (Bretagne) - Ealish (Ile de Man) - Sile (Irlande) -

2 Almanach


le 22 novembre 2019 ~ d'an 22 a viz Du 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz sz. Aziliz (née d'une grande famille de Rome au 3e siècle, patronne des musiciens, souvent figurée avec un orgue)
Proverbe breton ~ Krennlavar -Ma Doue, koulskoude! Nag a boan e-barzh ar vuhez! Ha c'hoazh mervel goude! Ha bezañ daonet c'hoazh marteze.§ [Trad]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

sainte Cécile - vitrail de chapelle en Briec
sainte Cécile - vitrail de chapelle en Briec

5 Monographies

Site Bretagne.net :

Aziliz

prénom féminin, fête le 22 novembre

Origine du prénom

Forme bretonne de Cécile, sainte d'origine romaine patronne des musiciens, ce prénom peut aussi être un dérivé d'Adèle et signifierait alors noble.

Le 22 novembre du calendrier français : Cécile

Catholiques en France :

Sainte Cécile de Rome
Vierge romaine (+ 230)

Nous savons peu de chose sur cette grande figure de l'hagiographie féminine. L'histoire nous assure qu'elle appartenait à une grande famille romaine : les " Cecilii ", qu'elle était chrétienne, qu'elle aidait les premiers papes de ses deniers et que, lorsque son époux se convertit, ils donnèrent à l'Eglise un terrain devenu cimetière : les catacombes de Saint Calixte où elle eût le privilège d'être enterrée au milieu des papes. Au 9ème siècle, ses reliques furent transférées dans une église romaine proche du Tibre : Sainte Cécile au Transtévère. Hors de là, ce ne sont qu'embellissements d'une poétique admiration. La Cécile légendaire, promue vierge et martyre, a suppléé la Cécile historique, dame romaine opulente et donatrice secourable qui " chantait dans son cœur la gloire de Dieu. " Ce qui, en passant est une belle référence pour tous ceux qui, chanteurs et chanteuses, veulent se mettre sous son patronage.

Site Marikavel :

Chapelle Sainte Cécile

  • René Couffon et Alfred Le Bars (1959)


" Du début du XVIe siècle, c'est un édifice en forme de croix latine avec chevet plat peu débordant. Elégant clocher à jour avec une flèche très élancée et un escalier sur le rampant sud ; accolade sur culots au portail ouest et à la porte du transept sud.

Vitraux : Maîtresse vitre du XVIe siècle (C.), restaurée par J.-P. Le Bihan en 1981 : elle renferme quatre lancettes dont trois consacrées à la Crucifixion. Dans la quatrième, sainte Cécile tenant la palme du martyre, un petit orgue près d'elle. — Les vitraux du transept ont disparu : on voyait autrefois, dans l'aile nord, une Annonciation, et, dans l'aile sud, sainte Cécile à genoux devant un Crucifix, avec l'inscription : «COMENT: S: CECIALA: PRIOET: DIEV: AVA. LES. (NOPCES). » (Abgrall).