Sant Tivizio - GrandTerrier

Sant Tivizio

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Tivizio
Vie / Buhez : invoqué contre les rachitisme infantile, éponyme de Landivisiau
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : Gwiz=Connaissance
Variantes / Argemmoù : Gwiziaw (Bretagne) - Gwiziaz (Bretagne) - Gwizio (Bretagne) - Thivisiau (Bretagne) - Tivio (Bretagne) - Tiviziaz (Bretagne) - Tivizio (Bretagne) - Tiwiziaw (Bretagne) - Vizias (Bretagne) -

2 Almanach


le 18 juillet 2019 ~ d'an 18 a viz Gouere 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Tivizio (invoqué contre les rachitisme infantile, éponyme de Landivisiau)
Proverbe breton ~ Krennlavar Pa vez an avel er gevred, E sav c'hoant c'hoari d'ar merc'hed § [Trad.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

Fontaine St Thivisiau
Fontaine St Thivisiau

5 Monographies

Site InfoBretagne :

Tivizio

prénom masculin, fête le 18 juillet

Déclinaisons du prénom breton : Tiviziav - Tiviziau

Origine du prénom

A donné son nom à Landivisiau, où lui sont érigées une statue et une fontaine; il est également honoré à Guiclan.

Pour guérir les enfants du rachitisme, on couvrait sa statue des vêtements du malade.

Site InfoBretagne :

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LANDIVISIAU

Landivisiau vient du breton « lann » et de saint Tivisiau. On a longtemps identifié Tivisiau à saint Turian ou Turien (évêque de Dol au VIIIème siècle), mais il semble qu'il s'agisse de saint Guiziau (sant Vizio). Lantiviziau signifie "résidence de Vizio".

Toponymie Terrieux :

Landivisiau, br. Landivizio, 'chapelle de Tivizio'.

L'identification traditionnelle de St Tivizio et de St Turiaw est a rejeter. Le nom de Tivizio est formé de *Guizio au préfixe To- (cf. Win-Waloe); la forme simple *Guizio est connue, par exemple en Taulé (fontaine de St-Vizio) et en Tréguennec (Saint-Vio, hameau). Loquilleau en Bohars était jadis Kerguiziau. Or, Loquilleau se prononce Lo-kiyo, sans doute *Loc-kwiyo, développé lui-même de *Loc-kwidio ; c'est ce développement de la consonne médiale aboutie à -y- (retrouvé dans Saint-Vio) qui montre clairement qu'elle se dérive d'un -d- ancien; v. Loth, Noms 121 ; Gaultier du Mottay 83-4.