Sant Onen - GrandTerrier

Sant Onen

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Onen
Vie / Buhez : moine confesseur de l'abbaye de Saint-Méen-le-Grand au 10e siècle, éponyme de Saint-Onen-la-Chapelle
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs :
Variantes / Argemmoù : Onen (Bretagne) - Onet (Bretagne) -

2 Almanach


le 27 février 2019 ~ d'an 27 a viz C'hwevrer 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Onen (moine confesseur de l'abbaye de Saint-Méen-le-Grand au 10e siècle, éponyme de Saint-Onen-la-Chapelle)
Proverbe breton ~ Krennlavar Neb a gar re ar gwin A ev dour a-benn ar fin [Qui aime trop le vin boit de l'eau à la fin.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

Tombeau de saint Méen
Tombeau de saint Méen

5 Monographies

Site Bretagne.net :

Onen

prénom masculin, fête le 27 février

Déclinaisons du prénom breton : Onet

Origine du prénom

Moine de l'abbaye de Saint-Méen au Xe siècle.

On retrouve son nom à Saint-Onen-la-Chapelle (35).

Site Anarvorig :

Onen

Prénom masculin - Fête le 27 février

A ne pas confondre avec le prénom féminin Onenn, cet Onen là nous vient de l'abbaye de Saint-Méen dans le Finistère (29).

Moine au 10ème siècle, saint Onen a transmis son prénom à la commune de Saint-Onen-la-Chapelle en Ille-et-Vilaine (35).

Ayant donné naissance à la variation Onet, celui-ci est également honoré dans les Côtes d'Armor en la commune de Plénée-Jugon (22).

Site InfoBretagne :

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-ONEN-LA-CHAPELLE

Saint-Onen-la-Chapelle fait référence à un moine confesseur de l'ancienne abbaye de Saint-Méen-le-Grand.

Saint-Onen-la-Chapelle (surnommé autrefois Chapelle-Saint-Onen) est un démembrement de la paroisse primitive de Gaël. Gaël appartient au XIème siècle aux seigneurs de Gaël. En 1024, les ducs de Bretagne (Alain III) et leur mère Havoise donnent la Chapelle (appelée "Chapelle de Saint-Onen") à l'abbaye de Saint-Méen-le-Grand. Les moines bénédictins fondent alors un prieuré et le pape Célestin III leur confirme la propriété de l'église en 1192.