Sant Maodez - GrandTerrier

Sant Maodez

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


1 Fiche signalétique


s. Maodez
Vie / Buhez : né d'un roi d'Irlande au 5e siècle, installe son ermitage sur une île près de Bréhat, invoqué contre les furoncles
Genre / Reizh : Masculin
Signification / Sinifiañs : origine Galloise, Maw=Serviteur, Deiz=Jour
Variantes / Argemmoù : Magutid (Cornouaille) - Mandetus (Divers) - Mandé (Divers) - Maodez (Bretagne) - Maudet (Bretagne) - Maudez (Bretagne) - Maudé (Bretagne) - Mautith (Cornouaille) - Mawdez (Bretagne) - Mawdyt (Cornouaille) - Mawes (Cornouaille) - Modez (Bretagne) - Vaodez (Bretagne) - Vawdez (Bretagne) -

2 Almanach


le 18 novembre 2019 ~ d'an 18 a viz Du 2019
Saint(e) du jour ~ Sant(ez) an deiz s. Maodez (né d'un roi d'Irlande au 5e siècle, installe son ermitage sur une île près de Bréhat, invoqué contre les furoncles)
Proverbe breton ~ Krennlavar Tri zra n'hall ket an Aotrou Doue ober : Diveinañ Berrien / Diradeniñ Plouie / Ha dic'hastañ Poullaouen § [Trad.]




Almanach complet : [Calendrier:Vie des saints]

3 Sources

4 Iconographie

saint Maudez en la chapelle St-Guénolé d'Ergué-Gabéric
saint Maudez en la chapelle St-Guénolé d'Ergué-Gabéric

5 Monographies

Site Bretagne.net :

Maodez

prénom masculin, fête le 18 novembre

Déclinaisons du prénom breton : Modez - Maudez

Origine du prénom

Saint Maodez vint en Bretagne à la fin du Ve siècle et installa son ermitage sur l'île de Maudez, près de Bréhat, île qu'il débarrassa des serpents qui l'infestaient.

On l'invoque aujourd'hui pour guérir des piqûres d'insectes, de serpents et des fièvres.

Site Info Bretagne :

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-MAUDEZ

Saint-Maudez est le dixième fils du roi d'Irlande Erélus (ou Erélée ou Ardée) et de Gentuse ou Gétive, son épouse. Saint-Maudez débarque en Bretagne, vers 528, non loin de Dol, avec sa soeur sainte Juvette et deux disciples, saint Botmel et saint Tudy.

Saint-Maudez est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Corseul. Saint-Maudez apparaît pour la première fois dans les textes en 1187 en tant que chapelle de Corseul.

Son prieuré, fondé vers les années 500, et sa chapelle Saint-Jouan ou Saint-Jean, sont sous la tutelle des bénédictins de Saint-Malo-de-Dinan. Ils font partie des biens de l'abbaye de Marmoutier. La tradition prétend que ce prieuré aurait appartenu primitivement aux Templiers. Certains lieux-dits tels que Templiers, Saint-Jouan semblent révéler la présence jadis des Templiers.

Il existe dès 1208 une abbaye (ou prieuré) de chanoines réguliers "abbatia Sancti Maudeti" (Anc. év. VI, 149, 150, 165). Ce prieuré est cédé ensuite, contre une redevance annuelle, à l'abbaye de Beaulieu (en Mégrit). Saint-Maudez (Saint-Maudet) est une paroisse du diocèse de Saint-Malo et un prieuré-cure de l'abbaye de Beaulieu sous l'Ancien Régime. Supprimée à la Révolution, la paroisse de Saint-Maudez est rattachée pour moitié à celles de Plélan et de Vildé-Guingalan. Rétablie en 1804, elle est unie à celle de Saint-Michel-de-Plélan. Supprimée à nouveau en 1805, elle est rattachée à celle de La Landec, avant d'être rétablie en 1820 (ordonnance du 16 mars 1820).


Site ViaOuest :

Saint Maudez

Irlandais, Saint Maudez était le fils du roi Ercleus. Anachorète (moine solitaire) venu en Armorique, il édifia un oratoire à l'île Maudez, près de Pleubian, et s'y retira pour prier et méditer.

Troublé dans sa vie spirituelle par de nombreux visiteurs qui sollicitaient ses dons de guérisseurs, il s'instala sur une île et dormait à même le roc d'une caverne.

Les reliques de Saint Maudez furent transportées à Bourges par ses disciples lors des invasions normandes de 878. Une partie en fut rendue au Finistère : Cathédrale de Quimper en 1273, Hôpital de Lesneven en 1423, Le Juch, Châteaulin.

Saint Maudez est invoqué contre les rhumatismes et les douleurs aux genoux. L'église paroissiale de Henvic est dédiée à ce saint ainsi qu'à sa soeur Sainte Juvette.

Site GrandTerrier :

Saint Maudez

Né en Irlande au 6e siècle, il débarqua à Pleubian (Côtes d'Armor) et commença par évangéliser la Cornouaille. Il se rendit ensuite à Dol où il laissa de nombreuses fondations avant de se retirer dans une petite île à laquelle il a donné son nom : l'île Modez près de Bréhat (Côtes d'Armor). Les reliques de son crâne sont conservées à l'église Saint-Pierre de Plouezec.

Vertus : en débarquant à Pleubian, il se dirigea vers la fontaine et y lava un ulcère qu'il avait au bras. Il fut immédiatement guéri.

De là vient qu'il est invoqué pour soigner les plaies, les furoncles et mêmes les morsures de serpents, les fièvres infantiles. Une de ses fontaines est réputée guérir les maux de pieds et une autre les yeux. Partout où le saint est invoqué, on prend la terre pour l'appliquer sur le mal.

C'est l'un des saints des plus populaires de Bretagne, honoré dans les Côtes d'Armor (île Modez, Lanmodez), le Morbihan (près de Guiscriff et Josselin) et le Finistère (Plogonnec qui possède un tableau en neuf panneaux).

Pardon à Guiscriff le 4e dimanche de Septembre et à Lanmodez le dernier dimanche d'Août.

Fête le 18 Novembre.