Cahier de notes sur la "Vie de Jésus" d'Ernest Renan - GrandTerrier

Cahier de notes sur la "Vie de Jésus" d'Ernest Renan

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Image:DeguignetSmall.jpeg En 2004 Norbert Bernard en charge du Centre de Recherches Déguignet et en parallèle de l'édition de « Jésus, fils aîné de Marie-Joachim dernier roi des Juifs sa vie ... » a retranscrit un cahier de Jean-Marie Déguignet intitulé "Notes" en couverture.

Cet écrit de 35 pages dactylographiées porte essentiellement sur l'interprétation des évangiles et en particulier la critique de la "Vie de Jésus" d'Ernest Renan.

Autres lectures : « Explications sur les "Mythes, Cultes et Religions" d'Andrew Lang » ¤ « DÉGUIGNET Jean-Marie - Jésus, fils aîné de Marie-Joachim » ¤ 

Texte complet :

 

Analyse critique  :

Extraits :

(page 3)

Renan dit qu’on peut prouver l’existence de Jésus en dehors des évangiles, « par des textes d’une authenticité et d’une date incontestables, tels que les épîtres évidemment authentique des Paul, l’Épître aux Hébreux, l’Apocalypse et d’autres textes admis de tous. En dehors de cela le doute est permis.»


(page 4)

Comment se fait-il que Philo d’Alexandrie, grand philosophe et grand écrivain, vivant au temps de Jésus, ne dise pas un mot de lui. Et Josèphe, l’historien des Juifs à cette époque, qui nous fait connaître Hérode, Hérodiade, Antipas, Philippe, [H]anne, Caïphe, et Pilatus, mais ne dit mot de Jésus.

 

(page 14)

Il n’y a dans les évangiles nulle trace d’une morale appliquée ni d’un droit canonique tant soit peu défini, nulle théologie, nul symbole.


(page 19)

Toutes les religions que l’histoire nous révèle se sont établie par raison sociale plutôt que par des raisons théologiques. Il en fut sûrement ainsi pour le bouddhisme. Ce qui fit la fortune prodigieuse de cette religion, ce ne fut pas la philosophie nihiliste qui lui sert de base, ce fut sa partie sociale. C’est en proclamant l’abolition des castes, en établissant selon son expression une loi de grâce pour tous que Çakya Mouni [1] et ses disciples entraînèrent après eux l’Inde d’abord puis la plus grande partie de l’Asie. Comme le christianisme, le bouddhisme fut un mouvement de pauvres

Annnotations :

  1. Siddhārtha Gautama (sanscrit ; pāli : Siddhattha Gotama) dit Shākyamuni « sage des Śākyas » ou le Bouddha (« l’Éveillé »), est un chef spirituel qui vécut au VIe ou au Ve siècle av. J.-C., fondateur historique d'une communauté de moines errants qui donnera naissance au bouddhisme. [Ref.↑]




Thème de l'article : Ecrits de Jean-Marie Déguignet

Date de création : Février 2009    Dernière modification : 6.02.2012    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]