La commission histoire tourne autour du pot, OF-LQ 1984 - GrandTerrier

La commission histoire tourne autour du pot, OF-LQ 1984

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Mémoires 
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [développé]

Image:MémoiresK.jpg
Le 10 avril 1984, paraissait dans les colonnes d'Ouest-France (repris dans la Bretagne à Paris du 27.04) un article de Laurent Quevilly relatant les traces de poterie dans le sol et l'histoire d'Ergué-Gabéric.



« Le passé d'Ergué »



Histoire de commission


et de pot



Références :

Ouest-France, paru dans la Bretagne à Paris le 27 avril 1984
Ouest-France, paru dans la Bretagne à Paris le 27 avril 1984
Retape-t-on un vieux penty du côté de Drohen que l'on y découvre des éclats de poteries. Dans la maison, un amas de pierres évoque un four. Dehors, le champ profondément creusé suggère l'existence d'une mine.

Cultive-t-on son jardin du côté de Kerveguen que l'on met à jour un vase d'argile près des vestiges de l'ancienne voie romaine. Une découverte presque banale qui s'ajoute aux nombreux fragments déjà retirés du sol à cet endroit. À l'évidence, la poterie fut une activité notable dans le passé du grand Ergué. La commission extra-municipale de recherches historiques s'efforce d'en recoller les morceaux. Mais les pistes sont maigres et les témoignages personnels seront les bienvenus.

 
À l'ombre des manoirs

Un acte daté de 1488 relatif au rachat du manoir de Kerfort révèle « une mine de terre à faire des pots de terre ». On précise en 1493 que cette mine « est affermée aux potiers qui la tiennent ». Ils ont pour noms Poupon, Guezennec, Le Dourgar, Le Baelegou. En 1634 est signalée « la poterie dudict Ergué affermée à Vincent Le Gall et Yvon Le Galland ». D'autres écrits abondent dans ce sens comme celui de 1652 qui indique que « de grandes garennes dans lesquelles on tire de l'argile à faire des pots » sont exploitées près du manoir de Lezergué. Mais à compter de cette date, Daniel Bernard note dans le bulletin de la société archéologique de 1923 qu'il n'est plus fait mention de redevances en pots ni même de terre à poterie dans les documents d'archives. « Il est donc vraisemblable, en conclut-il, que les fabriques avaient cessé d'exister à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle ou bien que les potiers avaient transporté leur industrie ailleurs, peut-être même à Locmaria ... »

 
Jusqu'au XIXe siècle

Pourtant, le recensement de 1790 démontre encore la présence de potiers à Ergué. Yves Coatmen exerce à Beg-ar-Menez, Alain Huitric à Kerveguen, Louis Istin à Kervinic et Mathias Gourmelen à Mesnaonic. Cambry, dans son voyage en Finistère, note en 1795 que « de petites manufactures de grosse poterie et de vase de grai » sont disséminées sur le territoire communal. En 1842, l'un des arguments mis en avant par les opposants au projet de déménagement du bourg à Lestonan sera que le terrain y « est en entier composé d'une épaisse couche d'argile si compacte qu'elle sert à la fabrication de la poterie ». Enfin, en 1889, des tronçons de tuyau de canalisations seront mis à ciel ouvert à Parc-al-Lan (Garsalec) et attribués à des potiers. Il est vrai qu'habitait là en 1498 le potier Poupon. On relève aussi à la Salle Verte non loin du Rouillen un lieu-dit Stang-ar-Poder : la vallée du potier ...

Depuis les gallo-romains ?

Maintenant, en alignant la plupart des noms cités sur une carte : Kerveguen, Kervinic, Parc-al-Lan, Lezergué, la Salle-Verte, on obtient d'est en ouest un tracé rigoureusement rectiligne proche de celui de l'ancienne voie romaine. Alors jusqu'où remonte cette industrie ? Mystère. Une seule chose est sûre : on est ici loin des allées de Locmaria et il est peu probable qu'un financier américain reprenne l'affaire. Pas de pot ...

Laurent QUÉVILLY


Thème de l'article : Mémoires de nos anciens gabéricois.

Date de création : Mars 2008    Dernière modification : 19.06.2017    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]