KERVAREC André - L’ancêtre de la machine à laver - GrandTerrier

KERVAREC André - L’ancêtre de la machine à laver

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Image:LivresB.jpgCatégorie : Media & Biblios  

Site : GrandTerrier

Statut de l'article : Image:Bullgreen.gif [Fignolé] § E.D.F.

KERVAREC (André), « L’ancêtre de la machine à laver », dans Le Lien n° 55, Centre de Généalogie du Finistère, Brest, ?
Titre : L’ancêtre de la machine à laver
Auteur : KERVAREC André Type : Article
Edition : Centre de Généalogie du Finistère Publication : Le Lien n° 55
Impression : Brest Année : 1995
Pages : ? Référence : -

[modifier] Notice bibliographique

Ar bail

Dans cet article le docteur Kervarec décrit le fonctionnement de ces bailles à laver qui fonctionnaient sans électricité.

Dans le schéma ci-dessous, la pierre de gauche représente une dalle circulaire à 4 rigoles découverte à Ergué-Gabéric et sur laquelle on posait la baille constituée d'une barrique sans fonds.

Autres lectures :« Pierres de granit pour les bailles à laver le linge dans nos campagnes » ¤ « GIOT Pierre-Roland - Machines à laver, pressoirs à cidre ou pierres gravées ? » ¤ « Une pierre insolite, Le Télégramme 1973 » ¤ « Patrimoine rural et utilitaire » ¤ 

[modifier] Article

Cet objet ménager si indispensable et si présent dans tout foyer en cette fin du XXème siècle ne semble pas avoir été très courant au siècle dernier, si l'on se réfère aux très rares vestiges qu'il en reste. Objet volumineux et très lourd, difficile à déplacer, sa nature même le prédisposait pourtant à une longévité exemplaire.

Il s'agit d'une pierre en forme de disque de plus d'un mètre de diamètre, et épaisse de 20 à 30 centimètres. À une dizaine de centimètres de son bord externe court une cannelure ou rigole assez profonde ; d'autres rigoles peuvent rayonner, divisant la dalle en quatre secteurs ou plus. Tout ce réseau se termine par un bec d'évacuation plus ou moins travaillé. Parfois, toute la partie interne à la cannelure circulaire est légèrement creusée. Cette dalle n'est en fait que la partie massive et non périssable de la « machine ». Elle constitue le fond pour la récupération des eaux de lessivage.

Dans la gorge circulaire venait s'adapter une « baille à buée », tirée d'une barrique défoncée, dont seules subsistaient les douves et les cercles. En dehors des lavages hebdomadaires, on faisait jadis deux fois l'an la grande lessive, une au printemps et une autre à l'automne. Cela demandait toute une préparation, et l'on avait recours au voisinage.

Sur la dalle, la baille était bien en place. Dans le foyer voisin brûlait un bon feu, sur lequel on faisait chauffer de l'eau. Un « drap à lessiver » garnissait entièrement le baillot dans lequel on disposait en couches successives les différents éléments à laver. Après une première couche de linges, draps, chemises, etc , on saupoudrait de « ludu tan » (cendres de bois gorgée de potasse), que l'on arrosait d'eau chaude.

 

Puis on disposait une autre couche de linges. Et ainsi de suite jusqu'à la limite permise par la baille. Il restait à rabattre sur le tout les bords du « drap à lessiver », et à tasser au moyen d'une lourde pierre.

L'eau chaude versée sur le dessus était récupérée par le bec verseur de la dalle dans une auge ou un récipient , elle faisait plusieurs passages successifs dans le baillot. Peu à peu, l'eau et la cendre faisaient leur travail. L'eau sale était conservée : riche en potasse, elle constituait un engrais appelé « ar cloag », recherché des maraîchers. Après rinçage, on procédait au blanchiment des linges et draps, bien étalés au soleil sur l'herbe du placître.

Objets décoratifs aujourd'hui, on peut encore voir de ces dalles en place tout près d'un foyer de cheminée, parfois même encastrées dans la maçonnerie de la bâtisse.

Les inventaires après décès sont d'une grande utilité pour retrouver ces ancêtres de la machine à laver. Différentes appellations y font référence : « fût de pierre servant à faire la buée », « baillot à buée », « fût à buée », « baille à buée et son escabeau », «baillot à buée et sa dalle », « barrique effoncée », « barrique effoncée contenant de la cendre », « draps à lessiver », « drap à buée » ... Après localisation de leur existence par les inventaires, une petite enquête sur place permettra peut-être de faire sortir de l'oubli cette pierre souvent insolite et énigmatique en objet d'interprétation des plus diverses.

Docteur A. Kervarec, CGF n° 468

[modifier] Annotations



    Thème de l'article : Fiche bibliographique d'un livre ou article couvrant un aspect du passé d'Ergué-Gabéric

    Date de création : juillet 2009    Dernière modification : 26.06.2018    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]