Fête champêtre et républicaine au Cleuyou, Le Finistère et La Lanterne 1890 - GrandTerrier

Fête champêtre et républicaine au Cleuyou, Le Finistère et La Lanterne 1890

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Journaux
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
La fête républicaine au Cleuyou annoncée par un quotidien local et acclamée par un journal national : plus de 6.000 personnes viennent à ce rassemblement, et la municipalité est qualifiée de réactionnaire et boycottant ostensiblement cette "fête du diable".

Autres lectures : « 1890 - Lettre autorisant la fête patriotique du 21 septembre au Cleuyou » ¤ « Kermesses à Odet et au Cleuyou en 1958-59, vidéo d'Alain Quelven » ¤ « Hervé Le Roux, maire (1882-1906) » ¤ « Guy Gourmelen, recteur (1878-1897) » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

Le journal républicain « Le Finistère » [1] du 13 septembre 1890 annonce la grande fête laïque du dimanche 21 septembre, une semaine après le grand pardon de Kerdévot.

Elle est organisée par un comité présidé par Albert Le Guay [2], ancien juge de paix et propriétaire du Cleuyou. Il avait demandé au préfet son accord par un courrier daté du 6 septembre 1890 : « Le but de cette assemblée est d'organiser une fête patriotique dans une commune qui en est totalement dépourvue, même à l'occasion du 14 juillet ».

Le journal local salut l'initiative : « Les organisateurs de cette fête méritent d'autant plus des encouragements, que la municipalité réactionnaire d'Ergué-Gabéric ne fait absolument rien pour attirer chez elle les étrangers, soit par des réjouissances publiques ou dans des assemblées, à la suite desquelles les commerçants et la commune y trouvent toujours profit.  ».

Le terme réactionnaire à la fin du XIXe siècle était, dans la bouche des républicains, le qualificatif désignant les partis conservateurs, et localement à Ergué-Gabéric l'équipe municipale dirigée par Hervé Le Roux de Mélennec était également dite catholique..

Le journal national satirique et anti-clérical « La Lanterne » [3] rend compte le 26 septembre de l'énorme succès de la fête : « Le coup d’œil était féerique : la colline couverte de spectateurs, et les amis des jeux et de la fête formaient une réunion de six mille personnes au moins. » .

Et le correspondant de « La Lanterne » ne mâche pas ses mots en rapportant l'abstention des conseillers et du recteur Guy Gourmelen : « On a remarqué l'absence des réactionnaires de la commune à la fête républicaine du Cluyou. Ils ont craint d'assister à cette fête impie, et, d'après ce que l'on rapporte à la dernière heure, le recteur avait promis de récompenser les fidèles qui préféreraient assister à l'office paroissiale pour renoncer à la fête du diable. »

 


[modifier] 2 Transcriptions, coupures

Édition du 13 septembre :

Ergué-Gabéric. Plusieurs notables républicains de cette commune ont eut l'heureuse idée d'organiser une fête champêtre qui attirera certainement beaucoup d'amateurs et un grand nombre de spectateurs de Quimper et des communes voisines. Les organisateurs de cette fête méritent d'autant plus des encouragements, que la municipalité réactionnaire d'Ergué-Gabéric ne fait absolument rien pour attirer chez elle les étrangers, soit par des réjouissances publiques ou dans des assemblées, à la suite desquelles les commerçants et la commune y trouvent toujours profit.

Cette fête aura lieu le dimanche courant, dans la grande prairie du Cleuyou, près du passage à niveau de l'Eau-Blanche (à 2 kilomètres de Quimper), et commencera à une heure.

Le programme qui nous est communiqué par le comité républicain de la commune est des plus attrayants. Il y aura, en effet, des luttes, courses d'hommes et enfants, courses en sac, jeu de la corde sur la rivière le Jet, jeu de la Poële et autres divertissements.

Des prix nombreux seront décernés aux vainqueurs : 12 moutons, 3 chapeaux, 20 mouchoirs, etc., etc.

Avis donc aux amateurs.

 

Édition du 25 septembre :

Départements. Finistère.

Ergué-Gabéric, 23 septembre. - Dimanche 21 septembre, le comité républicain de cette commune inféodée à la réaction avait organisé une fête champêtre dans une propriété particulière, au Cluyou.

Rien n'avait été négligé pour la réussite de cette assemblée. La musique municipale de Quimper prêtait son concours et jouait de nombreux morceaux de son répertoire. Les luttes, les courses d'hommes et de jeunes gens, le jeu de la corde sur la rivière et les autres divertissements semblaient intéresser le public accouru des environs.

Le coup d’œil était féerique : la colline couverte de spectateurs, et les amis des jeux et de la fête formaient une réunion de six mille personnes au moins.

Un grand nombre de prix, vigoureusement disputés, ont été distribués aux vainqueurs.

On a remarqué l'absence des réactionnaires de la commune à la fête républicaine du Cluyou. Ils ont craint d'assister à cette fête impie, et, d'après ce que l'on rapporte à la dernière heure, le recteur avait promis de récompenser les fidèles qui préféreraient assister à l'office paroissiale pour renoncer à la fête du diable.

[modifier] 3 Annotations

  1. Le Finistère : journal politique républicain fondé en 1872 par Louis Hémon, bi-hebdomadaire, puis hebdomadaire avec quelques articles en breton. Louis Hémon est un homme politique français né le 21 février 1844 à Quimper (Finistère) et décédé le 4 mars 1914 à Paris. Fils d'un professeur du collège de Quimper, il devient avocat et se lance dans la politique. Battu aux élections de 1871, il est élu député républicain du Finistère, dans l'arrondissement de Quimper, en 1876. Il est constamment réélu, sauf en 1885, où le scrutin de liste lui est fatal, la liste républicaine n'ayant eu aucun élu dans le Finistère. En 1912, il est élu sénateur et meurt en fonctions en 1914. [Ref.↑]
  2. Albert Le Guay est né le 26/05/1841 au manoir du Cleuyou, de père Albert et de mère Marie Louise Mermet. Il épouse le 24/04/1876 Elisa Huet native de Landerneau. Il exerce la profession de greffier de paix, puis de juge de paix. En 1891 il est adhérent de la Société d'Archéologie du Finistère. [Ref.↑]
  3. La Lanterne est un journal satirique, anti-clérical et anti-Napoléon III. Il est crée en 1868, et est au départ dirigé par le journaliste et homme politique Henri Rochefort (1831-1913). Quotidien, puis bi-hebdomadaire, il cesse de paraître en 1895. [Ref.↑]


Thème de l'article : Coupures de presse relatant l'histoire et la mémoire d'Ergué-Gabéric

Date de création : Avril 2013    Dernière modification : 2.05.2020    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]