1912-1919 - L'école primaire privée des filles du bourg en période de guerre - GrandTerrier

1912-1919 - L'école primaire privée des filles du bourg en période de guerre

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives    
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.
Les rapports d'inspections de rentrées scolaires à l'école privée des filles à l'occasion des changements de directrices laïques pendant les années de guerre.

Les événements rapportés sont notamment l'occupation militaire des locaux en 1914 et la fermeture de l'école en 1916 pour cause d'illégalités et d'insalubrité.

Dossier conservé aux Archives Départementales du Finistère, sous la côte ADF 1 T 1471, et comportant 32 documents.

Autres articles : « 1902 - Documents sur la fermeture de l'école Notre-Dame de Kerdévot » ¤ « Reportage sur l'expulsion des soeurs blanches, L'Ouest-Eclair 1902 » ¤ « 1911 - Pétition des électeurs pour le maintien d'une religieuse du St-Esprit » ¤ « Ecole Notre-Dame de Kerdévot, OF-LQ 1987 » ¤ « Jeanne Marie Le Gall, soeur Félicienne, supérieure à l'école privée, de 1898 à 1934 » ¤ 

[modifier] 1 Présentation

En 1912-1919, après les agitations des années 1902-1905 (fermeture de l'école confessionnelle tenue par les sœurs de la congrégation du Saint-Esprit, la loi dite Goblet du 30 octobre 1886 [1] est appliquée pour le contrôle de l'activité scolaire de l'unique école primaire privée d'Ergué-Gabéric. Aucune religieuse n'est sensée y exercer le métier d'institutrice, les maîtresses sont obligatoirement des jeunes femmes laïques.

Les rapports d'inspections systématiques contiennent les dossiers des institutrices accédant au poste de directrice, laquelle est assistée de deux ou trois institutrices adjointes. Leur âge (21 ans au minimum), leur diplôme obligatoire de capacité (à savoir le brevet élémentaire), et leurs domiciles et activités précédentes (elles ne peuvent pas être religieuses) sont vérifiés pour établir le bordereau d'autorisation d'exercer et d'ouvrir l'école à chaque rentrée de septembre.

Ces jeunes institutrices sont en l’occurrence :

  • Melle Donnard (avant 1912).
  • Adèle Guiziou (1912 à 1915) : 21 ans en 1912.
  • Marie Gourret (1915 à 1916) : 22 ans en 1915.
  • Amélie Le Berre (1916 à 1917) : 26 ans en 1916, la première candidature d'Anne Rannou (déjà institutrice adjointe) est refusée car elle n'a que 20 ans en septembre 1916, et les deux autres institutrices en poste ont respectivement 16 ans et 17 ans.
  • Euphrasie Hélou (1917 à 1918) : 39 ans en 1917, a exercé auparavant le métier de professeur de français à Lublin en Russie.
  • Monique Kerjean (1918 à 1919) : 34 ans en 1918, a déjà été directrice à Montesson (Seine-et-Oise) et à Audierne.

À la rentrée de 1914 une surprise attend la directrice Adèle Guiziou : « J'ai l'honneur de vous informer que l'école libre des filles d'Ergué-Gabéric étant occupée militairement ne peut procéder à l'ouverture de ses classes ». La guerre entre la France et l'Allemagne ayant été déclarée le 3 août, l'école privée du bourg d'Ergué-Gabéric est réquisitionnée pour la mobilisation locale des soldats bretons.

Heureusement une solution est trouvée pour accueillir provisoirement les élèves : « J'ai trouvé un local composé de deux salles attenantes sises au bourg dans lesquelles j'ai l'intention d'ouvrir les classes jusqu'à cessation de l'occupation de notre établissement par les soldats ».

 

En 1916 de multiples rebondissements émaillent la rentrée à l'école privée : la directrice se déclare démissionnaire, une institutrice déjà en poste agée de 20 propose sa candidature, l'école ouverte illégalement doit fermer.

En octobre une deuxième inspection relève une anomalie grave : « La fosse d'aisance se trouve dans le jardin, qui est lui-même séparé de la cour par un mur. Les urines et les matières fécales s'y déversent par trois ouvertures percées obliquement dans ce mur ; à la base de la fosse se trouve une autre ouverture par laquelle les excréments s'écoulent dans une sorte de 2e fosse en terre et à ciel ouvert ... », ce qui entraîne une nouvelle fermeture pour motifs sanitaires.

Et enfin, en novembre, l'inspecteur relève une autre anomalie : l'école n'a pas déclaré son pensionnat, en évoquant maladroitement a posteriori l'existence d'une simple « pension de familles ». La nouvelle directrice Amélie Le Berre doit demander la reconnaissance officielle de ses deux dortoirs d'élèves internes.

Les effectifs d'élèves accueillies dans l'école privée sont relativement importants, et supérieurs à ceux de l'école publique, comme l'écrit le maire à l'Inspecteur primaire en 1916 : « 67 enfants à l'école publique. 107 à l'école privée », ce qui fait une répartition de 50 élèves dans chacune des deux classes.

Près de la première classe, une grande pièce est réservée au réfectoire, « La cour est vaste et close. Les classes et le préau sont convenablement installés ». La capacité d'accueil des dortoirs à l'étage est également précisée dans les rapports d'inspection : 37 écolières dans l'un (obligation de deux surveillantes) et 16 dans l'autre (une surveillante).

Les postes de surveillantes des dortoirs, de la cour et du réfectoire étaient tenus vraisemblablement par les religieuses (dont la sœur Félicienne présente à l'école depuis 1898), car l'obligation de personnel laïque de la loi Goblet n'était applicable qu'aux postes d'institutrices. Le rôle « de la religieuse qui appuie et corrige ses déclarations » comme vraie autorité masquée artificiellement par les maîtresses d'école, est même relevé par l'Inspecteur de l'enseignement primaire.


[modifier] 2 Transcriptions

Les textes transcrits ci-dessous contiennent des paragraphes ( § ) non déployés. Vous pouvez les afficher en un seul clic : § Tout montrer/cacher

1912

Melle Guiziou a remplacé Melle Donnard. Octobre 1912


Je soussignée Adèle Anne Guiziou déclare que, depuis 10 ans j'ai habité Loctudy chez mes parents, où je n'ai rempli aucune fonction et Ergué-Gabéric depuis septembre 1908, où j'ai rempli les fonctions d'institutrice adjointe jusqu'à ce jour à l'école libre des filles de cette commune.

Ergué Gabéric, le 6 août 1912, Adèle Guiziou


Commune d'Ergué-Gabéric. Département du Finistère. Enseignement Primaire. Déclaration d'Ouverture d'École privée.

Devant Nous, Maire d'Ergué-Gabéric département du Finistère, s'est présenté(e) ce jour 6 août mil neuf cent douze, Melle Adèle Anne Guiziou née à l'Ile de Batz, département du Finistère le 6 juillet 1891, laquelle nous a déclaré, en conformité des dispositions de l'article 37 de la loi du 30 Octobre 1886 [1], avoir l'intention d'ouvrir dans la commune d'Ergué-Gabéric une École primaire privée spéciale aux filles sans pensionnat et avec cours d'adultes.

En foi de quoi nous avons délivré à Melle Adèle Guiziou récépissé de la présente déclaration ainsi que les trois copies prescrites par article 158 du décret du 18 janvier 1887.

En Mairie d'Ergué-Gabéric les jour, mois et an que dessus. L'Institutrice déclarante, signé : Guiziou. Le Maire, Signé : L. Le Roux. Pour Copie conforme : Le Maire, L. Le Roux. Récépissé délivré le 8 août 1912.


Académie de Rennes. Département du Finistère. Inspection Primaire de Quimper. Objet : Ergué Gabéric. École privée (changement de titulaire).

Quimper, le 13 août 1912. L'Inspecteur primaire de Quimper à Monsieur l'Inspecteur de l'Académie de Rennes en résidence à Quimper,

J'ai l'honneur de vous retourner le dossier produit par Melle Guiziou en vue de l'ouverture au bourg à Ergué Gabéric d'une école privée sans pensionnat et avec cours d'adultes.

D'une part la déclarante, institutrice privée adjointe à Ergué Gabéric, née à l'Ile de Batz le 6 juillet 1891, pourvue du Brevet Élémentaire obtenu à Vannes en 1907, remplit les conditions de nationalité, d'âge, de capacité et de moralité exigées par la loi. D'autre part les locaux dans lesquels elle déclare ouvrir son établissement sont ceux de l'école privée actuelle qui satisfont aux garanties d'hygiène et de salubrité prévues par les règlements. Il n'y a donc pas lieu à mon avis, de faire opposition à l'ouverture de cette école.

L'inspecteur primaire, (signature)


1914

Monsieur l'Inspecteur d'Académie,

J'ai l'honneur de vous informer que l'école libre des filles d'Ergué-Gabéric étant occupée militairement ne peut procéder à l'ouverture de ses classes.

J'ai trouvé un local composé de deux salles attenantes sises au bourg dans lesquelles j'ai l'intention d'ouvrir les classes jusqu'à cessation de l'occupation de notre établissement par les soldats.

Veuillez agrée, Monsieur l'Inspecteur d'Académie, l'hommage de mon profond respect.

A. Guiziou, Directrice de l'école libre.

Ergué Gabéric ce 4 octobre


1915

Reçu le 29 juin. À Monsieur l'Inspecteur d'Académie.

Je, soussignée, déclare avoir résidé pendant les dix dernières années : 1° dans ma famille où je n'ai rempli aucune fonction. 2° de septembre 1913 à juillet 1914 au Guilvinec où j'ai rempli les fonctions d'adjointe à l'École primaire privée. 3° de septembre 1914 à juillet 1915 à Plouhan où j'ai rempli les mêmes fonctions.

Marie Gourret


Académie de Rennes. Inspection académique du Finistère.

Quimper, le 30 juillet 1915. Bordereau d'envoi. À Monsieur l'Inspecteur primaire de Quimper. Dossier d'ouverture d'école privée. Ergué-Gabéric.

Communiqué pour enquête et avis à Monsieur l'Inspecteur primaire de Quimper. Retourné avec avis, l'Inspecteur primaire. 12 novembre retourné à Melle Legarret.


Devant Nous, Maire d'Ergué-Gabéric département du Finistère, s'est présentée ce jour 26 juillet mil neuf cent quinze, Mademoiselle Marie Gourret née à Plouhinec département du Finistère le 8 décembre 1892, laquelle nous a déclaré, en conformité des dispositions de l'article 37 de la loi du 30 Octobre 1886 [1], avoir l'intention de prendre la direction d'une École primaire privée spéciale aux filles en remplacement de Mademoiselle Adèle Guiziou.

En foi de quoi nous avons délivré à Melle Adèle Guiziou récépissé de la présente déclaration ainsi que les trois copies prescrites par article 158 du décret du 18 janvier 1887.

En Mairie d'Ergué-Gabéric les jour, mois et an que dessus. L'Institutrice déclarante, signée : Marie Gourret. Pour Copie conforme : Le Maire, L. Le Roux. 30 janvier délivré récépissé.


Inspection primaire de Quimper. Objet : Changement de direction à l'école privée de filles d'Ergué-Gabéric.

LGuiziou, Directrice de l'école libre.

Ergué Gabéric ce 4 octobre


1915

Reçu le 29 juin. À Monsieur l'Inspecteur d'Académie.

Je, soussignée, déclare avoir résidé pendant les dix dernières années : 1° dans une famille où je n'ai rempli aucune fonction. 2° de septembre 1913 à juillet 1914 au Guilvinec où j'ai rempli les fonctions d'adjointe à l'École primaire privée. 3° de septembre 1914 à juillet 1915 à Plouhan où j'ai rempli les mêmes fonctions.

Marie Gourret


Académie de Rennes. Inspection académique du Finistère.

Quimper, le 30 juillet 1915. Bordereau d'envoi. À Monsieur l'Inspecteur primaire de Quimper. Dossier d'ouverture d'école privée. Ergué-Gabéric.

Communiqué pour enquête et avis à Monsieur l'Inspecteur primaire de Quimper. Retourné avec avis, l'Inspecteur primaire. 12 novembre retourné à Melle Legarret.


Devant Nous, Maire d'Ergué-Gabéric département du Finistère, s'est présentée ce jour 26 juillet mil neuf cent quinze, Mademoiselle Marie Gourret née à Plouhinec département du Finistère le 8 décembre 1892, laquelle nous a déclaré, en conformité des dispositions de l'article 37 de la loi du 30 Octobre 1886, avoir l'intention de prendre la direction d'une École primaire privée spéciale aux filles en remplacement de Mademoiselle Adèle Guiziou.

En foi de quoi nous avons délivré à Melle Adèle Guiziou récépissé de la présente déclaration ainsi que les trois copies prescrites par article 158 du décret du 18 janvier 1887.

En Mairie d'Ergué-Gabéric les jour, mois et an que dessus. L'Institutrice déclarante, signée : Marie Gourret. Pour Copie conforme : Le Maire, L. Le Roux. 30 janvier délivré récépissé.


Inspection primaire de Quimper. Objet : Changement de direction à l'école privée de filles d'Ergué-Gabéric.

Le 4 août 1915. L'inspecteur primaire de Quimper à Monsieur l'Inspecteur d'Académie.

J'ai l'honneur de vous retourner le dossier de Mlle Gourret qui déclare avoir l'intention de prendre la direction de l'école privée de filles d'Ergué-Gabéric en remplacement de Mlle Adèle Guiziou.

Cette déclaration a été faite à la Mairie d'Ergué-Gabéric le 26 juillet. Toutes les pièces prescrites par la loi et le décret organique sont joints au dossier qui vous a été adressé. Mlle Gourret remplit les fonctions d'institutrice privée depuis le mois de septembre 1913 et paraît offrir toute garantie au point de vue de la moralité.

Il n'y a donc pas lieu, à mon avis, de s'opposer au changement de direction projeté.

L'Inspecteur primaire, (signature)

1916

Monsieur l'Inspecteur,

Je vous prie de recevoir ma démission comme Directrice de l'école privée d'Ergué-Gabéric.

Veuillez agréer, Monsieur l'Inspecteur, l'expression de mon profond respect.

Fait à Ergué-Gabéric le 24 juillet 1916. Marie Gourret.


Académie de Rennes. Département du Finistère. Inspection primaire de Quimper. Objet : Ecole privée de filles d'Ergué Gabéric : ouverture illégale.

Quimper, le 21 septembre 1916. L'Inspecteur primaire de Quimper à Monsieur l'Inspecteur d'Académie.

J'ai l'honneur de vous informer que j'ai constaté le 21 courant, à 10 heures du matin, que l'école privée de filles d'Ergué-Gabéric était ouverte et dirigée dans des conditions qui constituent une double infraction à la loi du 30 octobre 1886 [1] :

1° Mlle Rannou Anne Marie m'a été présentée comme remplissant les fonctions de directrice de l'établissement scolaire. Elle est pourvue du Brevet élémentaire et est née le 27 décembre 1895 ; elle n'a donc pas encore 21 ans, ce qui constitue une violation des dispositions de l'article 7 de la loi pré-citée (§ 2).

2° Mlle Marie Gourret, qui exerçait les fonctions de directrice avant les dernières vacances, m'a adressé la lettre ci-jointe, datée du 24 juillet 1916 et reçue le 15 septembre, dans laquelle elle "me prie de recevoir sa démission comme directrice de l'école privée d'Ergué-Gabéric". Aucune nouvelle déclaration de changement de directrice n'ayant été faite, il en résulte que l'école est ouverte conformément aux dispositions des articles 37 et 38 de la loi organique.

§ De plus, Mlle Rannou Anne Marie n'était présente ...


Monsieur l'Inspecteur d'académie,

Etant la plus âgée des adjointes de l'école privée d'Ergué-Gabéric, je me permets de vous écrire pour vous donner quelques explications au sujet de l'aventure qui nous est arrivée.

La date de rentrée de nos classes étant fixée au 18 septembre, nous avons ouvert notre école, bien que la directrice Mademoiselle Gourret, fût absente.

Monsieur l'Inspecteur primaire est venu voir l'école et m'a posé sur le retour de la directrice des questions auxquelles je ne savais complètement répondre, car j'ignorais complètement que la Directrice vous avait écrit pour vous donner sa démission.

Il me semble que ma bonne foi est évidente, car je n'aurais jamais osé ouvrir l'école si j'avais su que la Directrice était démissionnaire. Je ne pouvais pas espérer un instant que la chose eût passé inaperçue, et je n'aurais pas été de gaîté de cœur me mettre dans un mauvais cas, sans aucun profit pour moi ni pour l'école.

Dès que nous avons connu ce que la Directrice avait fait, nous avons fermé l'école.

J'ai tenu, Monsieur l'Inspecteur, à vous présenter justification de ma conduite. Agréez, s'il vous plait, Monsieur l'Inspecteur, l'assurance de mon profond respect. Anne Rannou, Institutrice privée. Ergué-Gabéric, ce 21.9.16, soir.


Académie de Rennes. Département du Finistère. Inspection primaire de Quimper. Objet : Ecole privée d'Ergué-Gabéric. Ouverture illégale.

Quimper, le 29 septembre 1916. L'Inspecteur primaire de Quimper à Monsieur l'Inspecteur d'Académie.

J'ai l'honneur de vous retourner la lettre dans laquelle Mlle Rannou, institutrice privée à Ergué Gabéric, essaie de justifier sa conduite et vous avise que l'école, illégalement ouverte, a été fermée.

J'ai constaté aujourd'hui même qu'il n'y avait pas d'élèves dans les deux classes ; d'autre part, Mlle Rannou m'a affirmé que les pensionnaires ont été rendues à leurs familles. Cette fois, les prescriptions légales sont donc respectées.

§ Mais il n'en reste pas moins ...


Commune d'Ergué-Gabéric. Département du Finistère. Enseignement primaire.

Devant Nous, Maire d'Ergué-Gabéric département du Finistère, s'est présentée ce jour 29 septembre mil neuf cent seize, Mademoiselle Amélie Le Berre née à Pouldergat département du Finistère le 6 mars 1890, laquelle nous a déclaré, en conformité des dispositions de l'article 37 de la loi du 30 Octobre 1886 [1], avoir l'intention de prendre la direction d'une École primaire privée spéciale aux filles en remplacement de Mademoiselle Marie Gourret.

En foi de quoi nous avons délivré à Melle Amélie Le Berre récépissé de la présente déclaration ainsi que les trois copies prescrites par article 158 du décret du 18 janvier 1887.

En Mairie d'Ergué-Gabéric les jour, mois et an que dessus. Le registre est signé. L'Institutrice déclarante, signée : Le Berre. Pour Copie conforme : Le Maire, L. Le Roux. Récépissé du 30 septembre 1916.


Inspection académique du Finistère. Récépissé de déclaration d'ouverture d'école privée.

L'Inspecteur de l'Académie de Rennes, en résidence à Quimper, donne récépissé à Melle Le Berre Amélie de la copie de sa déclaration en date du 29 septembre 1916 par laquelle elle fait connaître son intention d'ouvrir à Ergué-Gabéric une école primaire privée spéciale aux filles sans pensionnant et avec cours d'adultes.

Cette déclaration était accompagnée des pièces énumérées à l'article 38 de la loi du 30 octobre 1886 et à l'article 158 du décret du 18 janvier 1887.

Le dossier complet a été déposé à l'Inspection académique le trente septembre 1916. Quimper, le 2 octobre 1916, L'Inspecteur d'Académie, (signature).

 

1916 (suite)

Académie de Rennes. Département du Finistère. Inspection Primaire de Quimper. Objet : Ecole privée de filles d'Ergué-Gabéric. Changement de direction.

Quimper, le 8 octobre 1916. L'Inspecteur primaire de Quimper à Monsieur l'Inspecteur de l'Académie de Rennes en résidence à Quimper.

J'ai l'honneur de vous retourner le dossier produit par Mlle Le Berre qui a déclaré avoir l'intention de prendre la direction de l'école privée de filles, sans pensionnat et avec cours d'adultes, d'Ergué-Gabéric.

La réclamante remplit les conditions de nationalité, d'âge, de capacité et de moralité exigées par la loi. Elle a déjà exercé les fonctions d'institutrice privée et il n'y a pas à relever de motifs d'opposition du fait de la réclamante.

La cour est vaste et close. Les classes et le préau sont convenablement installés ; il manque pourtant les appareils de chauffage dans les 2 premières classes et il y aurait lieu d'y installer des poêles.

§ L'installation des privés présente des défectuosités graves ...


Mairie d'Ergué-Gabéric.

Le dossier de déclaration d'ouverture d'école privée va être retiré. Le maire prend l'engagement que des travaux nécessaires seront faits. Mais en raison du manque d'ouvriers il ne peut savoir combien de temps cela demandera, et par conséquent à quelle époque une nouvelle déclaration pourra être faite et ... régulièrement ouverte. Pour ne pas priver les enfants de toute fréquentation scolaire, il désirerait qu'on tolère l'ouverture de l'école avant avant l'époque régulière où elle pourra avoir lieu.

- - - 67 enfants à l'école publique. 107 à l'école privée.


Monsieur l'Inspecteur d'Académie

J'ai l'honneur de vous informer de mon intention d'annexer un pensionnat à l'externat pour lequel je vous ai adressé une déclaration d'ouverture à la date du 29 septembre.

Veuillez agréer, Monsieur l'Inspecteur, l'hommage de mon profond respect. Amélie Le Berre. Pouldergat le 11 octobre 1916.


Monsieur l'Inspecteur d'académie.

Veuillez remettre mon dossier à Monsieur Mauduit. Je l'autorise à prendre les pièces que j'ai déposées à vos bureaux le 29 septembre en vue de prendre la direction de l'internat et de l'externat de l'école libre spéciale aux filles d'Ergué-Gabéric.

Veuillez agréer, Monsieur l'Inspecteur d'académie, l'hommage de mon profond respect. Amélie Le Berre. Pouldergat, le 18 octobre 1916.


À Monsieur l'Inspecteur d'Académie,

Je, soussigné, déclare avoir résidé pendant les dix dernières années : 1° à Pouldergat, dans ma famille, où je n'ai rempli aucune fonction ; 2° à Taulé, où j'ai rempli les fonctions d'adjointe de septembre 1908, à juillet 1911 ; 3° de septembre 1911 à juillet 1915 à Commanna, où j'ai rempli les fonctions de directrice ; 4° de cette date jusqu'à ce jour j'ai résidé dans ma famille, à Pouldergat, et je n'y ai rempli aucune fonction.

Amélie Le Berre


Commune d'Ergué-Gabéric. Département du Finistère. Enseignement primaire.

Devant Nous, Maire d'Ergué-Gabéric département du Finistère, s'est présentée ce jour 11 novembre mil neuf cent seize, Mademoiselle Amélie Le Berre née à Pouldergat département du Finistère le 6 mars 1890, laquelle nous a déclaré, en conformité des dispositions de l'article 37 de la loi du 30 Octobre 1886 [1], avoir l'intention de prendre à Ergué-Gabéric la direction d'une École primaire privée spéciale aux filles avec pensionnat et avec cours d'adultes en remplacement de Mademoiselle Marie Gourret.

En foi de quoi nous avons délivré à Melle Amélie Le Berre récépissé de la présente déclaration ainsi que les trois copies prescrites par article 158 du décret du 18 janvier 1887.

En Mairie d'Ergué-Gabéric les jour, mois et an que dessus. Le registre est signé. L'Institutrice déclarante, signée : Le Berre. Le Maire, Le Roux. Pour Copie conforme : Le Maire, L. Le Roux. Récépissé délivré le 11 novembre 1916.


Académie de Rennes. Inspection Académique du Finistère.

3 mars. Retiré le plan annexé au dossier de la nouvelle déclarante.

Quimper, le 13 novembre 1916. Bordereau d'envoi. À Monsieur l'Inspecteur primaire de Quimper.

Ergué-Gabéric. Melle Le Berre. Dossier. Ouverture d'école privée avec pensionnat et cours d'adultes.

Communiqué pour rapport et avis. Sous réserve de mon droit d'opposition et vu l'exposé par M. le Maire des besoins scolaires de la commune, j'ai autorisé, à titre exceptionnel, l'ouverture de l'école avant l'expiration du délai réglementaire.

L'Inspecteur d'Académie, (signature).

Retourné avec rapport ci-joint à Monsieur l'Inspecteur d'Académie. Quimper le 23 novembre 1916. L'inspecteur primaire, (signature)?


Académie de Rennes. Département du Finistère. Inspection primaire de Quimper. Objet = Ecole privée de filles d'Ergué-Gabéric : Déclaration d'ouverture.

Quimper, le 23 novembre 1916. L'Inspecteur primaire de Quimper à Monsieur l'Inspecteur d'Académie.

J'ai l'honneur de vous retourner le nouveau dossier produit par Mlle Le Berre qui a déclaré prendre la direction de l'école privée de filles d'Ergué-Gabéric.

Les seuls motifs d'opposition que j'avais retenus dans mon rapport du 7 octobre dernier ayant trait à l'hygiène et concernaient l'installation défectueuse de la fosse d'aisance, ainsi que la trop faible distance qui séparait cette cette fosse du puits fournissant l'eau pour l'alimentation. Les privés ont été déplacés (voir nouvel emplacement sur le plan) et établis sur une fosse fixe cimentée. Il n'y a donc plus de motifs de s'opposer à l'ouverture régulière de l'école.

D'autre part, la nouvelle déclaration vise aussi l'ouverture d'un pensionnat annexé à l'école et considéré irrégulièrement depuis plusieurs années comme pension de famille non déclarée. Les chiffres précédemment fixés et dont j'ai vérifié l'exactitude peuvent être maintenus pour déterminer le nombre maximum d'élèves internes à recevoir dans chacun des dortoirs :

Dortoir A : 37 pensionnaires et 2 surveillantes (dont 1 dans le dortoir, à l'extrémité opposée à la porte d'entrée) ;

Dortoir B : 16 pensionnaires et 1 surveillante.

L'Inspecteur primaire, (signature).


1917

28 août 1917. Retourné. AN (acte de naissance) BE (brevet élémentaire) 3 (pièces) plan.

Je soussignée, déclare avoir résidé :

1° De septembre 1906 à juin 1913, à Lublin - Russie - exerçant les fonctions de professeur de français dans un Collège de Jeunes files,

2° De juin 1913 à septembre 1913, dans ma famille, en Bretagne, à Taulé (Finistère),

3° De septembre 1913 à février 1917, ai résidé à l'Ecole libre de Tréboul - Finistèr - exerçant les fonctions d'adjointe.

Tréboul, ce 26 de février 1917, Euphrasie Hélou.


Commune d'Ergué-Gabéric. Département du Finistère. Enseignement primaire.

Devant Nous, Maire d'Ergué-Gabéric département du Finistère, s'est présentée ce jour premier mars mil neuf cent sept, Mademoiselle Hélou Euphrasie née à Taulé, département du Finistère le 17 avril 1878, laquelle nous a déclaré, en conformité des dispositions de l'article 37 de la loi du 30 Octobre 1886 [1], avoir l'intention de prendre à Ergué-Gabéric la direction d'une École primaire privée spéciale aux filles avec pensionnat et avec cours d'adultes en remplacement de Mademoiselle Le Berre Amélie.

En foi de quoi nous avons délivré à Melle Hélou Euphrasie récépissé de la présente déclaration ainsi que les trois copies prescrites par article 158 du décret du 18 janvier 1887.

En Mairie d'Ergué-Gabéric les jour, mois et an que dessus. Le registre est signé. L'Institutrice déclarante, signée : Hélou Euphrasie. Le Maire, Le Roux. Pour Copie conforme : Le Maire, L. Le Roux. Récépissé le 2 mars 1917.


Académie de Rennes. Inspection Académique du Finistère.

Quimper, le 3 mars 1917. Bordereau d'envoi. À Monsieur l'Inspecteur primaire à Quimper.

Ergué-Gabéric. Melle Hélou. Dossier. Ouverture d'école privée avec pensionnat.

Communiqué pour rapport et avis. L'Inspecteur d'Académie, (signature). Retourné avec rapport ci-joint (le 17/3/17). L'Inspecteur primaire, (signature).


Académie de Rennes. Département du Finistère. Inspection primaire de Quimper. Objet = Ecole privée d'Ergué-Gabéric : Changement de directrice.

Quimper, le 17 mars 1917. L'Inspecteur primaire de Quimper à Monsieur l'Inspecteur d'Académie.

J'ai l'honneur de vous transmettre le dossier produit par Mlle Hélou Euphrasie qui a déclaré avoir l'intention de prendre la direction de l'école privée de filles avec pensionnat d'Ergué-Gabéric.

La déclarante remplit les conditions de nationalité, d'âge et de capacité. Les renseignements recueillis sur sa conduite sont très bons.

D'un autre côté, les locaux ne présentent aucun motif d'opposition au changement de direction projeté.

J'estime qu'il y a lieu de demander au C.D. de vouloir bien autoriser Melle Hélou à recevoir sous son établissement : 1° Dortoir A = 37 élèves et 2 surveillantes (1 à chaque extrémité du dortoir). 2° Dortoir B = 16 élèves et 1 surveillante. J'ai rappelé que l'installation convenable d'un seau hygiénique dans chaque dortoir était nécessaire.

L'Inspecteur primaire, (signature).


Académie de Rennes. Inspection du Finistère. Bordereau d'envoi.

Pièces transmises à Melle Hélou à Ergué-Gabéric : 1 Acte de naissance, 1 Brevet élémentaire, 3 plan.

Quimper, le 28 août 1917, L'Inspecteur d'Académie, (signature). Reçu les pièces ci-dessus énumérées. À Plouénan, le 31 août 1917. (Signature du Destinataire). Euphrasie Hélou.


1918

Commune d'Ergué-Gabéric. Département du Finistère. Enseignement primaire.

Devant Nous, Maire d'Ergué-Gabéric département du Finistère, s'est présentée ce jour dix-huit août mil neuf cent huit, Mademoiselle Kerjean Monique née à Crozon, département du Finistère le six novembre 1884, laquelle nous a déclaré, en conformité des dispositions de l'article 37 de la loi du 30 Octobre 1886 [1], avoir l'intention de prendre à Ergué-Gabéric la direction d'une École primaire privée spéciale aux filles avec pensionnat et avec cours d'adultes.

En foi de quoi nous avons délivré à Melle Kerjean Monique récépissé de la présente déclaration ainsi que les trois copies prescrites par article 158 du décret du 18 janvier 1887.

En Mairie d'Ergué-Gabéric les jour, mois et an que dessus. Le registre est signé. L'Institutrice déclarante, signée : M. Kerjean. Le Maire, L. Le Roux. Pour Copie conforme : Le Maire, L. Le Roux. Récépissé le 22 avril.


Monsieur l'Inspecteur d'Académie,

Je, soussignée, avoir résidé de septembre 1907 à juillet 1917 à Montesson, Seine-et-Oise, où j'ai rempli les fonctions de Directrice à l'Ecole maternelle privée ; de septembre 1917 à juillet 1918, à Audierne, Finistère, où j'ai rempli les fonctions de Directrice à l'Ecole primaire privée.

Monique Kerjean.


Académie de Rennes. Département du Finistère. Inspection primaire de Quimper. Objet = Ecole privée d'Ergué-Gabéric : Changement de Directrice.

Quimper, le 19 septembre 1918. L'Inspecteur de l'enseignement primaire à Monsieur l'Inspecteur d'Académie.

J'ai l'honneur de vous transmettre le dossier produit par Mlle Kerjean Monique qui a déclaré avoir l'intention de prendre la direction de l'Ecole privée de filles d'Ergué-Gabéric, avec pensionnat.

La déclarante remplit les conditions réglementaires : nationalité, âge, capacité. Elle exerçait précédemment les mêmes fonctions à Audierne ; sa conduite et de moralité y ont été bonnes. D'un autre côté, les locaux n'ont subi aucune modification et sont propres à leur destination.

Je suis d'avis de proposer au Conseil départemental de vouloir bien ... ainsi qu'il suit le nombre des élèves à admettre par Melle Kerjean dans son externat : Dortoir A 37 élèves internes avec 2 surveillantes. Dortoir B 16 élèves internes avec 1 surveillante.

L'Inspecteur d'Académie.


1919

Académie de Rennes. Inspection académique du Finistère. Bordereau d'envoi.

Pièces transmises à Mademoiselle Kerjean Institutrice privée à Ergué-Gabéric. 1 Acte de naissance. 1 Brevet élémentaire. Plan des locaux (3 pièces) avec indication du nombre d'internes à recevoir.

Quimper, le 27 février 1919. l'Inspecteur d'Académie, (signature).

Reçu les pièces ci-dessus énumérées. À Ergué-Gabéric le 1er mars 1919, (Signature du Destinataire) M. Kerjean.


[modifier] 3 Originaux

Lieu de conservation :

  • Archives Départementales du Finistère.
  • Cote 1 T 1471.
 

Usage, droit d'image :

  • Accès privé et restreint aux abonnés inscrits.
  • Utilisation obligatoire d'un compte GrandTerrier autorisé et mot de passe valide.


[modifier] 4 Annotations

Certaines références peuvent être cachées ci-dessus dans des paragraphes ( § ) non déployés. Cliquer pour les afficher : § Tout montrer/cacher

  1. La loi Goblet du 30 octobre 1886 prolonge la loi de 1882, en confiant à un personnel exclusivement laïque l'enseignement dans les écoles publiques (article L. 141-5 du code de l'éducation), remplaçant les instituteurs congrégationnistes (religieux des congrégations enseignantes). René Goblet (1828-1905) est Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts et des Cultes d'avril 1885 à décembre 1886. [Ref.↑ 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,8]


Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

Date de création : Août 2019    Dernière modification : 10.08.2019    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]