La fête du patrimoine, OF-LQ 1980 - GrandTerrier

La fête du patrimoine, OF-LQ 1980

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Mémoires 
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [développé]

Image:MémoiresK.jpg
Le 20 octobre 1980, paraissait dans les colonnes du Ouest-France un article écrit par Laurent Quevilly, correspondant pour Ergué-Gabéric (il n'avait pas encore le titre de jounaliste et donc ne pouvait pas encore signer de son nom), qui fait le compte-rendu et le bilan du week-end du patrimoine qui vient d'avoir lieu.



« Dans sa commune

comme chez soi »



Des centaines

de personnes ...



Michel Cocheril à l'orgue Dallam
Michel Cocheril à l'orgue Dallam

« De gueules à la croix potencée d'argent cantonnée de quatre croisettes de même ». Qu'est-ce que c'est ? Si l'on est allé hier à la journée du patrimoine organisée par Ergué-Gabéric, il n'y a plus de doute. Il s'agit bien du blason des Cabellic de Lezergué, les fondateurs d'Ergué-Gabéric. L'histoire d'Ergué-Gabéric commence au 13e siècle, mais il reste peu de pierres de cette époque pour faire parler l'histoire. Le 15e et le 16e sont par contre bien présents aujourd'hui, rappelle et prouve la commission extra-municipale des recherches historiques d'Ergué-Gabéric, qui s'est dévouée en effet à cette initiative qu'a été l'organisation de la journée du patrimoine.

« En fait, confit Jean Cognard, un jeune informaticien féru de hiéraldique (la science des blasons), cela fait trois ans que nous travaillons sur l'histoire d'Ergué-Gabéric». Bernard Leroux, professeur d'histoire de son état est peut-être le seul professionnel de l'équipe. Mlle Lauret, quant à elle, fait partie de la société archéologique du Finistère et travaille aux archives. Ce n'est pourtant pas la passion du savoir qui unit cette équipe de 15 personnes environ. Ici on ne travaille que pour connaître et faire connaître Ergué-Gabéric : « C'est le bénévolat complet », ajoute Jean Cognard. « Et ça marche bien ». Il illustre ce propos en montrant deux magnifiques céramiques confectionnées par Georges Auter, infirmier à l'hôpital de Gourmelen, et apportées aujourd'hui à l'ancienne école maternelle pour y être exposées. Tout à côté sont accrochées les bannières de saint Guinal, qui ont quitté pour un jour l'église du Bourg qui abrite le saint patron de la commune. Sainte Barbe, saint Mathieu, saint Luc et saint André sont aussi de sortie et leur regard patiné par le temps discerne mal les photos du mariage de M. Bolloré en 1911. « Quelle noce ! quel monde ! », disent les observateurs. Et le centenaire de la papeterie en 1922 : « C'était comme le 15 août à Quimper », raconte un ancien ouvrier qui a toujours vécu à Lestonan.

Après cette visite à la salle d'exposition, un brin de promenade est peut-être de mise. Un petit tour au manoir en ruine de Lezergué fera prendre un bol d'air, à moins qu'on ne préfère le Stangala pour méditer sur la légende de saint Alar qui avait dans les parages sa « maison de prières ».

Quoi qu'il en soit, le clou de cette journée du patrimoine restera le concert d'orgue, tricentenaire et remis en état cette année. L'église de Saint-Guinal prend désormais une place aussi importante que la chapelle de Kerdévot, avec son magnifique retable du 15e siècle, récemment remis en état lui aussi, après avoir été mis à mal par des pilleurs d'objets d'art.

On ne s'étonnera pas que l'élément religieux domine dans le patrimoine gabéricois. Comme dans toute commune bretonne qui va à la recherche de son passé, on trouve Dieu à la croisée des chemins, car le noble, le vilain et le serf boivent alors aux mêmes sources. Il n'empêche que la Providence divine a particulièrement gâté cette commune dans laquelle M. Faucher comme M. Morvan, respectivement maire et recteur, tiennent à prouver qu'il y a quelque chose à faire et à voir.

Des centaines de personnes
au récital d'inauguration


La paroisse et la commune d'Ergué-Gabéric ont vécu encore dimanche une extraordinaire journée. Thomas Dallam et son orgue restauré ont rassemblé, mieux, réuni, plusieurs centaines de personnes autour d'un instrument qui retrouvait ses voix après 60 ans de silence.

M. Morvan, recteur ; M. Faucher, maire ; Mme Le Roux, présidente de l'association des "Amis de l'Orgue" avaient plaisir à accueillir tous ceux qui avaient contribué à cette renaissance, à cette résurrection. Déjà, la grand messe avait permis à M. Jean-Albert Villard, organiste à la cathédrale St-Pierre de Poitiers, membre rapporteur de la commission supérieure des orgues historiques, pour la Bretagne, qui aida le facteur d'orgues Renaud, de Nantes, à réaliser une reconstitution fidèle de l'orgue de Dallam, de faire apprécier et le talent de l'organiste et la valeur de l'instrument.

Mais, à 16h, c'est une véritable foule qui vint à l'église paroissiale vivre des instants qui maquent la vie de la commune et de la paroisse.

Pour notre part, il nous faut remonter au 12 décembre 1971, en la circonstance de l'inauguration du grand orgue de la cathédrale de Quimper par Gaston Litaize pour retrouver (en tenant compte des dimensions des édifices) et semblable assistance et pareil intérêt, voire ferveur.

Avec talent, maîtrise, M. et Mme Villard ont interprêté les oeuvres qui mettaient en valeur la diversité et les caractéristiques de l'orgue d'Egué-Gabéric, musique classique française, oeuvres de Purcell, contemporain des Dallam, compositions des baroques allemands Kerll, Buxtehude et J.S. Bach.

Michel Cocheril, organiste de l'église St-Mathieu à Morlaix ; Bernard Pichard, qui est un grand joueur de bombarde, ont également contribué à l'excellence d'une audition qui a permis à des centaines d'auditeurs de découvrir ou de retrouver dans sa commune ou sa paroisse, les voix d'un orgue qui n'est plus seulement une façade, mais des voix.

Coupure de presse :




Thème de l'article : Mémoires de nos anciens gabéricois.

Date de création : Mars 2008    Dernière modification : 2.09.2011    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]