TORCHET Hervé - Réformation des fouages de 1426 en Cornouaille - GrandTerrier

TORCHET Hervé - Réformation des fouages de 1426 en Cornouaille

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search


Image:LivresB.jpgCatégorie : Media & Biblios  

Site : GrandTerrier

Statut de l'article : Image:Bullgreen.gif [Fignolé] § E.D.F.

TORCHET (Hervé), Réformation des fouages de 1426, diocèse de Cornouaille, La Perenne, Paris, 2001, ISBN 2-914810-03-6
Titre : Réformation des fouages de 1426, diocèse de Cornouaille
Auteur : TORCHET Hervé Type : Livre/Brochure
Edition : La Perenne Note : -
Impression : Paris Année : 2001
Pages : 342 Référence : ISBN 2-914810-03-6

[modifier] Notice bibliographique

Couverture

Travaux admirables de recherches basés sur les registres de la Chambre des Comptes de Bretagne, suite à la Réformation des fouages [1] de 1426, ouvrage grand format superbement composé et illustré. Préface de Jean Kerhervé :

« Surtout, puisque le pouvoir admettait que " chascun noble homme " pût exempter " en son manoir, un mestaïer, là où le seigneur du lieu face sa résidence " [2], la tentation était grande d'étendre la franchise à tous les exploitants des terres nobles. La réformation permit de rappeler qu'il fallait que le manoir fût reconnu comme "manoir ancien", c'est-à-dire comme terre noble, jouissant d'un statut privilégié de mémoire d'homme, ce qui montre toute la complexité du fouage breton, impôt personnel certes mais impôt réel aussi, d'une certaine manière, puisque le lieu de résidence pouvait être invoqué par le candidat à l'exemption. »

Quinze lieux nobles gabéricois ont fait l'objet d'une enquête d'exemption. Et in fine 96 roturiers seront déclarés imposables.

Autres lectures : « 1426 - Exemptions gabéricoises à la Réformation des fouages » ¤ « 1536 - Réformation des personnes et des terres en Ergué-Gabéric » ¤ « 1481 - Monstre de l’Evesché de Cornouailles » ¤ « 1562 - Monstre de l’Evesché de Cornouailles » ¤ « Familles nobles gabéricoises » ¤ 

[modifier] Annotations

  1. Fouages, s.m.pl. : impôt direct perçu sur les roturiers possesseurs de biens roturiers. Parfois appelé « tailles et fouages ». À cet impôt, perçu par une administration royale, les États ont ajouté au 17e siècle des fouages extraordinaires qui servent à financer leur fonctionnement, qui sont devenus plus lourds que les premiers et que le Tiers État considère comme une avance faite par lui seul (« Glossaire des cahiers de doléances », AD29). L'imposition se base sur le feu, c'est-à-dire l'âtre autour duquel sont rassemblés le chef de famille et ses enfants. Seul le nom du chef de famille est indiqué dans les registres. En Bretagne sous l'Ancien Régime, le fouage est un impôt provincial, une taille réelle levée sur les feux roturiers par le duc à partir de l'an 1365. (Wikipedia). En Bretagne en 1426 une enquête, appelée Réformation des fouages, est diligentée par les autorités pour déterminer le nombre des imposables dans chaque paroisse et la liste des exempts pour raison de rattachement à un domaine noble. [Terme] [Lexique] [Ref.↑]
  2. Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, n° 1661, 9 janvier 1420. [Ref.↑]


Thème de l'article : Fiche bibliographique d'un livre ou article couvrant un aspect du passé d'Ergué-Gabéric

Date de création : Août 2011    Dernière modification : 8.12.2014    Avancement : Image:Bullgreen.gif [Fignolé]