Eur c’hlanvour iaouank ha mis du, Barz Kerdezot - GrandTerrier

Eur c’hlanvour iaouank ha mis du, Barz Kerdezot

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Rummad : Brezhoneg    
Lec'hienn : GrandTerrier

Statud an artikl :
  Image:Bullorange.gif [e darn]

Voici un extrait de l’une des compositions de Barz Kerdevot : Eur c’hlanvour iaouank ha mis du (le jeune homme malade et le mois de Novembre) paru dans Feiz Ha Breiz le 13/11/1880.

Par l’évocation du mois de mai confrontée, à la strophe suivante, à celle du mois de novembre, le jeune homme souffrant met en abime ses moments d’espoir et ses moments de langueur.

Il faut souligner la pureté de la langue dans laquelle compose le Barz Kerdevot. Ses poèmes d'inspiration religieuse n'ont rien à voir ni avec Ergué-Gabéric, ni avec la chapelle de Kerdévot. D'après Lucien Raoul sans son enquête sur le journalisme breton le barde de Kerdévot serait le père Caugant de Landudal.

E miz Mari ‘ve guelet
Leis ar prad a vleuniou,
Leun ar guez a eunigou
Dre ar stanken potred
O cana meuleudiou
‘Neur zioual ho denved …
Ar stank ‘zo heb encleo
Pep canaouen ’zo ach
Deut eo Mis Du !…

Au mois de Marie on voit
Des prés pleins de fleurs
Des arbres pleins de petits oiseaux
Dans la vallée des pâtres,
Chantant des louanges
En gardant les moutons
La vallée est sans écho
Chaque chant est terminé
Le mois noir est arrivé.

Ann eostik-noz gant spont-vras
‘N deus nijet da bell bro
Ken a vo deut ar guez glas
Ne deuo ket en dro.
Hed ann noz na glevimp mui
‘Med eur vouez oc’h hirvoudi
Gant an avel pa c’hueo
Dre ann noriou : - Hu ! Hu !…
« Me eo Mis Du »

Le rossignol de nuit épouvanté
A fui dans un pays lointain
D’ici que les arbres ne reverdissent
Il ne reviendra pas
La nuit je n’entendrai plus
Seulement qu’une voix plaintive
Avec le vent qui souffle
Sous les portes – Hou, hou
Je suis le mois noir.



Thème de l'article : Skridoù lennegel e brezhonneg - Littérature

Date de création : avril 2001    Dernière modification : 12.05.2018    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]    Source : Bernez Rouz, publié dans le Keleier d'Arkae n° 12