1807-1849 - Le projet des premières écoles communales au bourg - GrandTerrier

1807-1849 - Le projet des premières écoles communales au bourg

Un article de GrandTerrier.

Jump to: navigation, search
Catégorie : Archives   + fonds Patrimoine
Site : GrandTerrier

Statut de l'article :
  Image:Bullorange.gif [Développé]
§ E.D.F.

Cet article retrace les étapes qui ont conduit à l'édification de la première maison d'école du bourg d'Ergué-Gabéric dans la première moitié du 19e siècle.

Les documents et éléments de références sont essentiellement les délibérations des conseils municipaux, lesquels permettront la première classe en 1849 rue de Kerdévot, qui deviendra l'école des filles en 1885 lorsque les garçons se mettent à fréquenter leur nouvelle école de l'autre côté du bourg.

Autres lectures: « 1833-1850 - Positions municipales sur la loi Guizot d'instruction primaire » ¤ « 1800-1850 - Délibérations du conseil municipal * » ¤ « 1849-1887 Construction de la future école communale des filles au Bourg » ¤ « 1883-1885 Construction de l'école des garçons au Bourg » ¤ « 1946-1952 - Ecole communale des garçons au bourg » ¤ 

[modifier] 1 Les délibérations

Les conseillers municipaux d’Ergué-Gabéric abordent la question de l’instruction primaire pour la première fois au cours de leur séance du 15 avril 1807 : ils mentionnent en 4e position la future école primaire au nombre des dépenses qui leur restent encore à pourvoir pour l’année en cours, ce après le logement du curé, le loyer du local de mairie et les traitements du secrétaire de mairie  :

« Considérant que cette commune indépendamment de ses dépenses courantes a aussi à pourvoir :

1° [...] ;

4° à la quote part qu’elle doit supporter dans l’établissement et entretien d’une école primaire à établir pour chaque canton pour l’instruction de la jeunesse ;

5° [...] »


Document source => 17. Séance du 15 avril 1807

Le 20 novembre 1831, le conseil municipal note la proposition du métayer de Lezergué de louer trois chambres à un instituteur pour y loger et y faire classe :

« Délibération du conseil municipal de la commune d'Ergué-Gabéric, réuni au lieu ordinaire de ses séances, en vertu du bulletin administratif de Monsieur le Préfet daté du 24 octobre dernier relativement à l'instruction primaire.

Le Conseil, malgré son grand désir d'avoir dans la commune une instruction primaire, ne peut voter que trente francs annuellement, somme qu’il retranche du traitement du secrétaire du maire. Le Métayer du château de Lezergué se propose de céder trois chambres moyennant la somme de 60 frs pour servir de logement à M. L’instituteur et pour faire l’école. [...] »

Annotation : « Notre caisse municipale est entièrement épuisée par la réparation des chemins vicinaux qui nous (…) des ressources. »


Document source => 75. Délibération du 20 novembre 1831, procès-verbal du 27 novembre 1831

Le 08 avril 1832, le Conseil réaffirme ne pouvoir dégager autre somme que les 30 francs prélevés sur le traitement du secrétaire du maire :

« Délibération du conseil municipal de la commune d'Ergué-Gabéric, réuni au lieu ordinaire de ses séances, en vertu de l'autorisation de Monsieur le Recteur de l'académie en date du 19 mars dernier, relativement à l'instruction primaire ;

La caisse municipale étant épuisée, malgré le désir du conseil municipal d'avoir un instituteur dans la commune, il ne peut voter que la somme de trente francs annuellement et qui sera prélevée sur le traitement du secrétaire du maire. »


Document source => 79. Délibération du 8 avril 1832 et 20 mai 1832

Le 1er septembre 1833, le Conseil émet un avis négatif sur l'instruction primaire au Bourg d'Ergué-Gabéric. L'argument de la localisation fait penser que le transfert du Bourg de la commune vers le quartier de Lestonan est dans la tête de certains élus :

« Séance du conseil municipal de la commune d'Ergué-Gabéric réuni au lieu ordinaire des séances municipales, en vertu du Bulletin administratif de Mr le Préfet en date du 26 juillet relativement à l'instruction primaire.

Le Conseil municipal pense qu’une instruction primaire serait inutile dans cette commune, voyant la proximité de Quimper, et surtout notre bourg ne se trouvant pas au centre de la commune. »


Document source => 84. Séances du 4 mai, 1er et 15 septembre 1833

Le 18 mai 1834, le conseil délibère sur le traitement fixe de l’instituteur et de la nouvelle imposition de 211 francs car le traitement qui était arrêté pour 183 f. :

« Monsieur le maire a donné connaissance du dispositif de la loi du 28 juin 1833 et l'ordonnance du 16 juillet suivant relativement aux dépenses de l'école primaire, il a invité le conseil municipal à délibérer sur les objets ci-après :

1°. traitement fixe de l'instituteur, 2° les moyens d'acquitter les dépenses et 3° que le traitement était arrêté pour 183 f. séant.

Qu'il serait établi sur la commune une imposition de deux cent onze francs onze centimes, montant de trois centimes additionnels en principal des contributions foncière, personnelle et mobilière , cy 211 fr 11 cent. »


Document source => 85. Séance du 18 mai 1834

En cours d'année 1841 (la date du conseil n'est pas précisée, le compte-rendu est ajouté sur la dernière page de l'année 1840), le Conseil se prononce contre le projet de réunion avec les communes de Kerfeunteun et d'Ergué-Armel et la création d'une école centrale :

« Le Conseil Municipal d'Ergué-Gabéric, réunion au lieu ordinaire de ses séances, après avoir délibéré sur le projet contenu dans la lettre de Monsieur le préfet et datée de ce mois, ayant pour but la réunion de la commune d'Ergué-Gabéric à celles de Kerfeunteun et d'Ergué-Armel pour la création d'une école centrale à Quimper. »

 

Suite 1841:

« Est d'avis de conserver les fonds que la commune a en caisse, pour y construire plus tard une maison d'école, se proposant toutefois de contribuer par le revenu de ces fonds à l'établissement de l'école centrale de Quimper, et ce dans le cas seulement où l'on pourra se procurer des élèves d'un nombre assez fort pour parcourir tous les jours la distance de leur domicile à Quimper.

Le Naour ; Laurent, maire ; H. Lozach ; Louis Le Roux ; Guyader ; Nedelec Guillaume »


Document source => 132. Séances du 18 octobre 1840

Le conseil du 11 novembre 1847 délibère et prend la décision de lancer la construction d'une maison d'école pas trop proche des nombreux cabarets du bourg :

« [...] Considérant qu'en réunissant à ses ressources actuelles, les allocations que Monsieur le préfet a bien voulu lui faire espérer par sa lettre du 8 mars 1842, la commune serait aujourd'hui en mesure de faire construire une maison d'école convenable pour la tenue de la classe et le logement de l'instituteur.

Qu'il serait indispensable de se procurer dans la commune la location d'anciens bâtiments pouvant convenir à l'établissement d'une école avec les conditions indispensables de bonnes dispositions intérieures, de salubrité et de facilité d'accès pour tous les élèves appelés à participer aux bienfaits de l'instruction. [...]

Considérant aussi qu'il conviendrait que ce bâtiment, au lieu de se trouver placé au milieu de la masse des cabarets de la commune et dans une position qui n'en permettrait l'accès qu'à une faible part de la population, fût au contraire [...], situé de manière à concilier avec toutes les conditions de salubrité des villes et de tranquillité nécessaire aux écoles [...] »


Document source => 163. Fin de séance du 31 octobre 1847, séance du 11 novembre 1847

Le conseil du 27 février 1848 prend acte de l'approbation préfectorale de leur choix de maison d'école au bourg, suivie d'un rejet pour préférence à un déplacement hors du bourg :

« S'étant trouvé en nombre suffisant pour délibérer, la séance ayant été ouverte Mr le maire, président, a fourni à l'examen du conseil :

1°. Une lettre de Mr le préfet en date du 30 septembre dernier, contenant approbation des dispositions prises par le conseil dans sa séance du 21 du même mois, relativement au choix d'un terrain convenable pour l'établissement d'une maison d'école et dépendances.

2° Autre lettre du même fonctionnaire en date du 3 octobre suivant, revoyant sa première approbation, par suite de ... par le comité supérieur d'instruction primaire, qu'il n'y avait lieu à ... à un projet ayant pour but de déplacer la maison d'école hors du bourg ;  »


Document source => 166. Fin de séance du 11 novembre 1847, délibération du 27 février 1848

Le conseil de fin 1848 confirme donne son accord pour le projet d'acquisition d'un maison d'école et d'un jardin sous réserve d"un prix raisonnable :

« Le conseil municipal de la commune d'Ergué-Gabéric réuni au lieu ordinaire de ses séances en vertu de la lettre de Monsieur le préfet en date du 13 de ce mois à l'effet de délibérer sur l'acquisition d'une maison et un courtil pour servir de maison d'école et maison communale, le conseil est d'avis que si le prix est convenable et la maison pour telle qu'il est [...] sans [...] ils consentent au prix raisonnable de frais.

Le Pétillon ; Louis Le Roux ; Le Roux ; Lejour ; Laurent : Guyader »


Document source => 175. Fin du procès verbal d'installation des conseillers municipaux et du maire adjoint du 8 août 1848, séance du 6 octobre 1848, séance de fin 1848

Le 3 juin 1849 le conseil s'émeut de la tentative de pression du préfet sur le maire, comme s'il voulait leur faire « revivre l'enfer du déplacement du bourg chef-lieu de la commune » en plaçant ailleurs la nouvelle école :

« La séance ayant été ouverte, le citoyen maire président a fait donner lecture par le citoyen Lester, secrétaire, d'une lettre du citoyen préfet, en date du 12 mai dernier, invitant le conseil à réfléchir et à se prononcer entre deux projets d'établissement de maison d'école.

Délibérant sur l'objet de cette lettre, considérant qu'elle contient à l'endroit du citoyen maire, le reproche étrange d'être d'accord avec la moitié des membres du conseil ;

Qu'elle propose à ce même magistrat la pensée de subordonner le choix de l'emplacement d'une maison d'école à l'idée de faire revivre l'enfer du déplacement du bourg chef-lieu de la commune ; [...] »


Document source => 178. Fin de procès verbal du 3 juin 1849, séance du 3 juin 1849


* * *

Le 9 avril 1849, le préfet du finistère adresse une lettre à l'architecte du département à Quimper lui demandant de se rendre à Ergué-Gabéric pour l'estimation des travaux pour la mairie et la maison d'école : « 1849-1887 Construction de la future école communale des filles au Bourg » ¤ 

[modifier] 2 Annotations



    Thème de l'article : Document d'archives sur le passé d'Ergué-Gabéric.

    Date de création : Novembre 2008    Dernière modification : 22.06.2019    Avancement : Image:Bullorange.gif [Développé]